Aglaonice de Thessalie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aglaonice de Thessalie
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Date inconnueVoir et modifier les données sur Wikidata
ThessalieVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Date inconnueVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
ἈγλαονίκηVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité

Aganice ou Aglaonice de Thessalie (en grec ancien Ἀγλαονίκη / Aglaoníkê, de aglaòs, « lumineux » et nike, « victoire » ; fl. IIe siècle av. J.-C.) est souvent considérée comme la première femme astronome[1].

Nom[modifier | modifier le code]

Le grec ancien Ἀγλαονίκη / Agolaoníkē[2] est un anthroponyme féminin ; rare, il n'est attesté que par une épigramme d'Hédylos que nous a conservée l'Anthologie palatine[3],[4] et par deux épigraphes d'Érétrie[5],[6]. Ἀγλαονίκη est un composé[7] de l'adjectif ἀγλαός / āglaós (« brillant, éclatant, splendide » ; par extension, « beau » ou, en parlant d'une chose, « magnifique » ou, en parlant d'une personne, « noble, illustre » ; avec ironie, « brillant, fier »)[8] et du substantif νίκη / nī́kē (« victoire »)[9].

Vie[modifier | modifier le code]

Fille d'Hégétor de Thessalie selon Plutarque mais d'Hégémon selon une scholie d'Apollonios de Rhodes, elle vit en Grèce où elle passe pour une sorcière. Ainsi, selon le témoignage de Plutarque, elle « connaissait la cause des éclipses complètes de lune et prévoyait le moment où il arrive à cet astre d'entrer dans l'ombre de la terre, elle abusait les autres femmes en les persuadant qu'elle faisait descendre la lune[10] ».

Postérité[modifier | modifier le code]

Astronomie[modifier | modifier le code]

Art contemporain[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

  • Aglaonice est un personnage du film Orphée de Jean Cocteau. Aglaonice y est une amie d'Eurydice et dirige la Ligue des Femmes. Le rôle d'Aglaonice est interprété par Juliette Gréco.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cette indication est sans doute exagérée. Ainsi, dans son Voyage d'Anacharsis, où il évoque Aglaonice, l'abbé Barthélémy parle d'« une autre femme de Thessalie, qui, dès les siècles héroïques, exerçait sur cet astre un pouvoir souverain » (chapitre 34).
  2. Graf 2006.
  3. Cairns 2016, p. 374.
  4. Hédylos, V, 199, 1.
  5. Cairns 2016, p. 374, n. 92.
  6. Fraser et Matthews 1987, s.v. Ἀγλαονίκη, p. 11.
  7. Bailly 1935, s.v. Ἀγλαο·νίκη, p. 12, col. 2.
  8. Bailly 1935, p. 12, col. 2-3.
  9. Bailly 1935, s.v. νίκη, 1, p. 1328, col. 2.
  10. Préceptes conjugaux, traduction de Victor Bétolaud, 1870.
  11. (en) Working Group for Planetary System Nomenclature, Gazetteer of Planetary Nomenclature 1994, Washington, International Astronomical Union, United States Government Printing Office, , 295 p. (lire en ligne), p. 12.
  12. Musée de Brooklyn - Centre Elizabeth A. Sackler - Aglaonice
  13. Judy Chicago, The Dinner Party : From Creation to Preservation, Londres, Merrel 2007. (ISBN 1-85894-370-1).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Dictionnaires et encyclopédies[modifier | modifier le code]

Nom[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]