Abubakar Shekau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abubakar Shekau
Abubakar Shekau dans une vidéo rendue publique le 2 octobre 2014, où il dément l'annonce de sa mort.
Abubakar Shekau dans une vidéo rendue publique le 2 octobre 2014, où il dément l'annonce de sa mort.

Surnom Darul Tawhid
Abacha Abdullahi Geidam
Damasack
Naissance Entre 1965 (50-51 ans) et 1975 (40-41 ans)
Shekau, État de Yobe (Nigeria)
Origine Nigérian, Kanouri
Allégeance ShababFlag.svg Boko Haram (depuis 2002)
ShababFlag.svg Groupe sunnite pour la prédication et le djihad (2010-2015 ; depuis 2016)
Drapeau de l'État islamique État islamique (depuis 2015)
Grade Wali[1]
Conflits Insurrection de Boko Haram
Commandement Chef de Boko Haram
Faits d'armes 1re Bataille de Maiduguri
3e Bataille de Damaturu
3e Bataille de Maiduguri
Bataille de Giwa

Abubakar Shekau, alias « Darul Tawhid », alias « Abacha Abdullahi Geidam », alias « Damasack »[2], né entre 1965 et 1975 au Nigéria[3] ou au Niger[4], est un chef djihadiste. En 2009, après la mort de Mohamed Yusuf, il prend la tête du Groupe sunnite pour la prédication et le djihad, dit « Boko Haram »[5],[6], puis il prête allégeance à l'État islamique en 2015. Il devient alors le chef de la « Province de l'Afrique de l'Ouest » du califat. Mais jugé trop extrémiste par l'État islamique, il est destitué en août 2016 et remplacé par Abou Mosab al-Barnaoui.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Abubakar Shekau naît dans le village de Shekau, dans l'État de Yobe au nord-est du Nigeria. Sa date de naissance n'est pas connue, il pourrait être né en 1965, 1969 ou 1975[7]. Il grandit dans un quartier défavorisé de Maiduguri, dans le nord-est du Nigeria. Appartenant au peuple Kanouri, il parle également l'haoussa, l'arabe et l'anglais. Après une jeunesse dissolue, il rencontre au début des années 2000 le prédicateur Mohamed Yusuf, qui a fondé en 2002 le mouvement islamiste Boko Haram[5]. Shekau devient alors un prédicateur très populaire dans l'État de Borno[8].

Après l'exécution de Mohamed Yusuf en 2009, lors de l'insurrection de Maiduguri, Boko Haram entre dans la clandestinité. Shekau réapparaît en juillet 2010 dans un enregistrement vidéo dans lequel il se proclame chef de Boko Haram qui prend le nom officiel de « Groupe sunnite pour la prédication et le djihad »[9],[3]. Sous l'influence de Shekau, Boko Haram, passe du statut de secte à celui de groupe armé[9],[10].

Selon Élodie Apard, chercheuse à l'Institut français de recherche en Afrique, à partir de l'année 2010 ; « le discours du nouveau leader change ; ses propos deviennent outranciers, parfois vulgaires, mais participent d’une stratégie de communication réfléchie. [...] Les paroles de Shekau n’ont certainement plus la profondeur religieuse des prêches de Yusuf et peuvent être perçues comme l’expression d’une folie meurtrière sur fond de djihad globalisé. Pour autant, Shekau développe sa propre rhétorique, passe maître dans l’art de la provocation, et exploite sciemment un besoin local de revanche sociale. Dénigrer, ridiculiser et insulter les plus hautes autorités du pays – politiques comme religieuses – à qui sont habituellement réservées éloges et manifestation de déférence – lui assure une certaine popularité, d’autant qu’il surexploite le registre de la grossièreté et confère ainsi une dimension comique à ses propos. Au nord Nigeria, la masse invisible, oubliée des politiques gouvernementales, délaissée par des élites corrompues, est lasse de subir des inégalités qui s’aggravent ; les diatribes de Shekau offrent une caisse de résonance à sa rancœur »[8].

Rébellion de Boko Haram au Nigeria[modifier | modifier le code]

À partir d’avril 2011, le groupe multiplie les attentats à la bombe contre des églises chrétiennes, des gares, des hôtels, débits de boisson et des bâtiments officiels. Dans une vidéo mise en ligne en janvier 2012[11], Abubakar Shekau prône une guerre sans merci contre les politiques, les policiers et surtout les chrétiens, notamment le président nigérian Goodluck Jonathan. Le , la tête d'Abubakar Shekau est mise à prix par le Département d'État des États-Unis pour sept millions de dollars[7]. L'armée nigériane offre une récompense de 50 millions (soit environ 300 000 $) pour tous ceux qui donnent des indices menant à l'arrestation de Shekau[12].

Le 19 août 2013, l'armée nigériane annonce qu'il « est très probable que Shekau soit mort entre le 25 juillet et le 3 août » mais précise qu'elle doit encore en obtenir confirmation[13]. Mais d'après une vidéo visionnée par l'Agence France-Presse le 25 septembre, Abubakar Shekau fait savoir qu'il est toujours vivant[14].

Boko Haram rend publiques, à plusieurs reprises, des vidéos dans lesquelles Abubakar Shekau revendique plusieurs attaques commises par ses hommes. Le 4 novembre 2013, il revendique ainsi l'attaque des postes de police de Damaturu. Celle-ci avait eu lieu le 24 octobre et les affrontements avaient fait des dizaines de morts[15]. Le 12 décembre 2013, il revendique l'attaque d'une caserne de l'armée nigériane à Maiduguri[16]. Selon un communiqué du ministère nigérian de la Défense, 24 assaillants sont tués, deux militaires blessés et trois avions militaires et hélicoptères sont détruits[17].

Le 24 mars 2014, il revendique l'attaque de la caserne de Giwa et la libération de 2 000 prisonniers qui y étaient détenus[18]. Cependant beaucoup sont repris par l'armée nigériane, et environ 600 sont massacrés par les militaires selon Amnesty International[19]. La bataille avait également fait 207 morts du côté des islamistes selon l'armée nigériane[20].

Le 19 avril 2014, Abubakar Shekau, revendique le premier attentat de Nyanya ayant fait 75 morts et 141 blessés. Il déclare en s'adressant à Goodluck Jonathan : « Nous sommes ceux qui ont organisé l’attentat d’Abuja. […] Nous sommes dans votre ville mais vous ne savez pas où »[21]. Le 5 mai 2014, Boko Haram revendique l'enlèvement mi-avril de plus de 200 lycéennes dans le nord-est du Nigéria. Abubakar Shekau, dans une vidéo de 57 minutes obtenue par l'AFP, déclare : « J'ai enlevé vos filles. Je vais les vendre au marché, au nom d'Allah. » En date de la revendication, certaines des 200 lycéennes auraient déjà été vendues pour 12 $ chacune, afin d'être, selon les dires du leader islamiste, « traitées en esclaves » et « mariées de force ». D'après lui, « l’éducation occidentale doit cesser » et les filles « doivent quitter (l’école) et être mariées »[22].

Annonces de la mort Shekau[modifier | modifier le code]

Abubakar Shekau est annoncé mort à de nombreuses reprises par l'armée nigériane, mais ces affirmations sont à chaque fois démenties. Le 20 août 2013, l'armée nigériane affirme que Shekau est probablement mort de ses blessures reçues au cours d'affrontement avec les forces de sécurité du pays. D'après Sagir Musa, porte-parole de l'armée, citant des sources du renseignement, Abubakar Shekau est blessé le 30 juin dans un affrontement qui a lieu dans la forêt de Sambisa, au nord-est du Nigeria. Le communiqué affirme alors que : « Shekau a été mortellement blessé au cours de l'affrontement et il a été transporté à Amitchide, une ville frontalière au Cameroun, pour y être soigné. […] Shekau y est probablement mort entre le 25 juillet et le 3 août[23]. » L'information se révèle être fausse et Shekau apparaît dans une vidéo quelques semaines plus tard.

Le , l'agence de renseignement nigériane affirme que Shekau a été tué au cours de combats autour de Konduga au nord-est du Nigeria. L'armée nigériane affirme sur Twitter que 60 membres de Boko Haram ont été tués et qu'un de ses dirigeants a été tué à Konduga[24].

La mort de Shekau, déjà été annoncée deux fois depuis 2009 par des sources sécuritaires, est confirmée officiellement pour la première fois par l'armée nigériane par l'intermédiaire de son porte-parole, le major-général Chris Olukolade lors d'une conférence de presse à Abuja le [2]. Mais les preuves apportées sont jugées insuffisantes par les États-Unis[25]. Le , Aboubakar Shekau apparaît dans une nouvelle vidéo diffusée par Boko Haram, et où il affirme être toujours en vie[26]

Le , l'armée nigériane annonce encore une fois que Sekau a été « gravement blessé » lors d'un raid mené le 19 août dans la forêt de Sambisa[27],[28],[29]. Mais la nuit du 24 au 25 septembre, Boko Haram diffuse une nouvelle vidéo où Abubakar Shekau dément ces affirmations et déclare aller « parfaitement bien » et être « en bonne santé et en sécurité »[30],[31]

Allégeance à l'État islamique[modifier | modifier le code]

Dans une vidéo diffusée le , Abubakar Shekau apporte son soutien à la fois à Abou Bakr al-Baghdadi, calife de l'État islamique, Ayman al-Zaouahiri, émir d'Al-Qaïda et au Mollah Omar, chef des Taliban[32]. En décembre 2014, Shekau annonce vouloir instaurer « un Sultanat de Dieu », selon Élodie Apard : « c'est la première formulation claire d’une ambition politique visant à la création d’une entité étatique »[8]. Le Shekau annonce son intention de reconquérir les anciens territoires du Califat de Sokoto[33],[34]. Une dizaine de jours plus tard, dans une nouvelle vidéo, Abubakar Shekau expose sa doctrine idéologique et se réfère à Ibn Taymiyya et Mohammed ben Abdelwahhab. Selon Romain Caillet, chercheur à l'Institut français du Proche-Orient, au regard de cet exposé il apparaît que Boko Haram « n'est donc pas un groupe jihadiste foncièrement différent de ceux du Moyen-Orient »[35].

Le , Abubakar Shekau annonce prêter allégeance à Abou Bakr al-Baghdadi, calife de l'État islamique[36],[37]. Le 12 mars, l'EI déclare accepter l'allégeance de Boko Haram[38].

Selon Idriss Déby, Abubakar Shekau est présent à Dikwa lors de la bataille du 2 mars 2015 et prend la fuite après la défaite de ses hommes. Le président tchadien déclare alors « Il a intérêt à se rendre, nous savons là où il est. S'il refuse de se rendre, il va subir le même sort que ses camarades »[39]. Le 15 mars, à Gwoza, les djihadistes massacrent leurs femmes avant d'abandonner la ville à l'armée nigériane, selon des témoins l'ordre aurait été donné par Abubakar Shekau lui-même, afin de « pouvoir les retrouver au paradis »[40].

Destitution[modifier | modifier le code]

Dans les mois qui suivent son allégeance, Abubakar Shekau n'apparaît plus dans les vidéos de propagande djihadistes. Progressivement, il est écarté par l'État islamique en raison de son extrémisme. Selon le journaliste Wassim Nasr, contrairement au commandement de l'EI, Shekau estime que les musulmans qui vivent sans se révolter dans des « territoires de mécréants », deviennent eux-même des mécréants et donc des cibles, en prenant pour exemple la population de Maiduguri. De plus pendant une prière de la fête de l'Aïd, Shekau fait assassiner deux commandants militaires et un chef religieux de l'État islamique[41].

Selon les déclarations en juin 2016 du général Thomas Waldhauser, chef des forces américaine en Afrique, la moitié des membres de Boko Haram auraient fait scission et n'obéiraient plus à Abubakar Shekau. Ils reprocheraient à ce dernier de ne pas suivre les consignes l'État islamique, notamment d'être resté sourd aux exigences de l'EI de mettre fin aux attentats-suicides commis par des enfants[42].

Le 2 août, l'État islamique présente Abou Mosab al-Barnaoui, comme le Wali et chef de ses forces en Afrique de l'Ouest[43]. Shekau répond le 3 août dans un communiqué audio dans lequel il refuse sa destitution. S'il reconnaît toujours Abou Bakr al-Baghdadi comme le « calife des musulmans », il critique Abou Mosab al-Barnaoui qu'il qualifie de « déviant » et affirme qu'il a été « trompé » et qu'il ne veut plus « suivre aveuglément » certains émissaires de l'EI : « Par ce message, nous voulons affirmer que nous n'accepterons plus aucun émissaire, sauf ceux vraiment engagés dans la cause d'Allah »[44],[45]. Selon Romain Caillet, l'État islamique en Afrique de l'Ouest s'est divisé en deux tendances : « Une tendance qui se rallie derrière Abubakar Shekau, qui est la plus dure et une tendance qui va paradoxalement être un peu moins radicale, un peu moins extrémiste et qui est justement cette tendance qui s’est ralliée à l’Etat islamique. C’est-à-dire que contrairement à tout ce qu’on pouvait dire, finalement les partisans de Shekau sont les partisans de la ligne ultra radicale absolue »[46],[47].

Après sa destitution, Shekau se retire avec ses partisans dans un endroit isolé. Selon Wassim Nasr, la plupart des combattants de l'EI en Afrique de l'Ouest prennent le parti d'al-Barnaoui[41].

Le 7 août, Abubakar Shekau apparaît avec plusieurs de ses combattants dans une vidéo dans laquelle ils dénoncent le « dogme déviant » d'Abou Mosab al-Barnaoui mais affirment qu'ils ne le combattront pas. Shekau se présente comme le chef du « Groupe sunnite pour la prédication et le djihad », ancien nom de Boko Haram, et affirme qu'il continue la lutte contre les « mécréants » en menaçant les Nations unies, les États-Unis, la France et l'Allemagne. Il déclare faire « du combat contre le Nigeria et le monde entier une responsabilité personnelle »[48],[49],[50],[51],[52],[53].

Quelques jours plus tard, des combats éclatent entre l'État islamique et le Groupe sunnite pour la prédication et le djihad. Ces premiers affrontements tournent à l'avantage des partisans de Barnaoui qui chassent les partisans de Shekau de plusieurs villages. Un habitant, Mele Kaka, témoigne à l'AFP : « Après chaque attaque, les combattants de Barnaoui ont dit aux villageois que leurs rivaux du clan Shekau s’étaient éloignés du vrai « jihad », qu’ils tuaient des innocents, pillaient leurs biens et brûlaient leurs maisons [...] des actes contraires aux enseignements de l’islam »[54]. Le Groupe sunnite pour la prédication et le djihad publie une nouvelle vidéo la nuit du 24 au 25 septembre, dans laquelle Abubakar Shekau maintient ses positions mais continue de reconnaître la légitimité de l'État islamique et d'Abou Bakr al-Baghdadi, avec lequel il ne souhaite pas rompre[31].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Romain Caillet, twitter.
  2. a et b M. K. avec AFP, Nigeria : l'armée affirme que le chef de Boko Haram est mort, 24 septembre 2014
  3. a et b Jeune Afrique : Nigeria : Abubakar Shekau, l'imam caché de Boko Haram
  4. Le chef du groupe Boko Haram, Abubakar Shekau est originaire du Niger (Sénat nigérian), ActuNiger Online, publié le 27 juin 2013
  5. a et b Camille Martin, « Portrait du chef de Boko Haram, Abubakar Shekau », Ouest-France,‎ (ISSN 0999-2138, lire en ligne)
  6. (en) Michelle Faul, « Nigerian Boko Haram Leader Abubakar Shekau Threatens Group Will Burn More Schools », The World Post,‎ (lire en ligne)
  7. a et b (en) « Abubakar Shekau Up to $7 Million Reward », sur rewardsforjustice.net, Département d'État des États-Unis (consulté le 29 mai 2014)
  8. a, b et c Elodie Apard, Les mots de Boko Haram (2/2) : stratégie médiatique, provocations et outrance verbale dans les messages d’Abubakar Shekau, Le Monde, 29 avril 2016.
  9. a et b Les mots de Boko Haram (1/2) : les prêches de Mohammed Yusuf sur le « djihad obligatoire », Le Monde, 29 avril 2016.
  10. Le Figaro : «Boko Haram n'est plus une secte, mais un groupe insurrectionnel islamiste»
  11. (en) [vidéo] Boko Haram leader "Imam Abubakar Shekau" Message to President Jonathan 1 sur YouTube
  12. (en) « Nigeria army offers $1.8 mln reward for Boko Haram leaders », Reuters,‎
  13. Nigeria : le chef de Boko Haram « serait mort », selon l'armée, La Libre Belgique en ligne, 19 août 2013
  14. Le Monde : Nigeria : un homme disant être le chef de Boko Haram, donné pour mort, apparaît dans une vidéo
  15. Koaci : Nigeria : Boko Haram revendique la mort des 35 policiers dans l’attaque de Damaturu
  16. Koaci : Nigeria : Boko Haram revendique l’attaque contre la base militaire de Maiduguri
  17. Cameroun info : Nigeria: Le Boko Haram lance une vaste attaque à Maiduguri
  18. Le Parisien : Nigeria: Boko Haram revendique l'attaque du 14 mars contre une caserne
  19. Amnesty International : Nigeria. Des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité sont commis tandis que la violence s’intensifie dans le nord-est
  20. Sahara Reporters : Boko Haram Claims Responsibility For Giwa Barracks Attacks
  21. AFP : Nigeria: Boko Haram revendique le sanglant attentat d’Abuja
  22. Le Soir Les 200 lycéennes enlevées au Nigéria seront « vendues et mariées de force » selon le chef de Boko Haram
  23. (en) Nigerian Says Boko Haram Leader Shekau Is Probably Dead bloomberg.com, 20 août 2013
  24. (en) Le Nigeria Said to Be Probing Whether Boko Haram’s Shekau Killed, bloomberg.com, 20 septembre 2014
  25. Slate : Faut-il croire à la mort annoncée du chef de Boko Haram?
  26. Le Monde.fr avec AFP et Reuters  : Le chef de Boko Haram toujours vivant
  27. Nigeria : Abubakar Shekau blessé dans un raid aérien, selon l’armée, Jeune Afrique avec AFP, 23 août 2016.
  28. Nigeria: Shekau, le chef de Boko Haram, est-il blessé ou mort?, RFI, 23 août 2016.
  29. Le chef de Boko Haram blessé, John Kerry félicite l'armée nigériane, Le Point avec AFP, 24 août 2016.
  30. Nigeria : "je vais parfaitement bien", annonce Shekau, chef de Boko Haram (nouvelle vidéo), AFP, 25 septembre 2016.
  31. a et b Romain Caillet, Abu Bakr Shekau persiste et signe, Jihadologie, 27 septembre 2016.
  32. AFP et Le Monde : Boko Haram soutient l'EI, Al-Qaida et les talibans
  33. TF1 : Nigeria : "Boko Haram, une combinaison monstrueuse d'Al-Qaïda et de l'Etat islamique", par Fabrice Aubert.
  34. RFI : Le chef de Boko Haram menace le président camerounais Paul Biya
  35. Romain Caillet, twitter.
  36. RFI : Boko Haram fait allégeance au groupe Etat islamique
  37. Vidéo de annonçant l'allégeance à l'État islamique
  38. Le Monde : L'Etat islamique accepte l'allégeance de Boko Haram
  39. RFI : Tchad: Idriss Déby assure savoir où se cache le chef de Boko Haram
  40. AFP : Nigeria: le chef de Boko Haram avait ordonné de "tuer toutes les femmes" à Gwoza
  41. a et b “L’ancien chef de Boko Haram a été destitué par l’Etat islamique pour extrémisme”, Les Inrocks, 7 août 2016.
  42. Boko Haram en proie à une scission, selon l'état-major américain, Reuters, 21 juin 2016.
  43. L'EI nomme un nouveau chef de Boko Haram, le sort d'Abubakar Shekau incertain, France 24 avec AFP, 4 août 2016.
  44. Évincé par l'EI, le chef de Boko Haram Abubakar Shekau affirme être "toujours présent", France 24 avec AFP, 4 août 2016.
  45. Joan Tilouine, L’organisation Etat islamique tente de reprendre en main Boko Haram, Le Monde, 4 août 2016.
  46. Jean-Jacques Louarn, Romain Caillet: les deux tendances de Boko Haram, Shekau et al-Barnawi, RFI, 5 août 2016.
  47. L'invité de BBC Midi, BBC, 4 août 2016.
  48. L’ex-chef de Boko Haram apparaît dans une vidéo adressée au groupe Etat islamique, Les Inrocks, 8 août 2016.
  49. Romain Caillet, #Nigéria : la section médiatique du #GSPJ (#BokoHaram) publie une nouvelle vidéo dans laquelle apparaît Shekau., twitter, 7 août 2016.
  50. Nigeria : Shekau réaffirme sa volonté de se battre à la tête de Boko Haram, Le Point avec AFP, 8 août 2016.
  51. Clarisse Martin, Boko Haram : pourquoi Abubakar Shekau a été destitué par Daesh, RTL avec AFP, 8 août 2016.
  52. Anissa Boumediene, Destitution du chef de Boko Haram : «Si Abubakar Shekau sort du giron de Daesh, la confrontation armée sera inévitable», 20 Minutes, 8 août 2016.
  53. Boko Haram: qui est à la tête de l'organisation?, France Culture, 9 août 2016.
  54. Nigeria : Boko Haram déchiré par des combats entre factions rivales, Jeune Afrique avec AFP, 7 septembre 2016.

Sur les autres projets Wikimedia :