Abla Pokou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Abla Pokou (ou Aura Poku, ou Abra Pokou) est une reine africaine qui, vers 1770, mena le peuple baoulé du Ghana vers la Côte d'Ivoire. La légende raconte qu'elle aurait sacrifié son fils unique pour traverser une rivière. Le mot "Baoulé" par lequel on désigne désormais les descendants du peuple qu'elle conduisait provient de l'épisode du sacrifice de son fils unique. Après l'immolation de son rejeton, elle déclare « Ba-ouli », ce qui signifie « L'enfant est mort », d'où le nom « Baoulé ».

Vie et légende[modifier | modifier le code]

L’origine et la fuite d'une reine[modifier | modifier le code]

Née au début du XVIIIe siècle, Abla Pokou est la nièce du roi Osseï Tutu, fondateur de la Confédération ashanti du Ghana. À la mort de ce dernier, son neveu lui succède sur le trône, en vertu de la loi matrilinéaire, c'est-à-dire la loi de succession par lignée maternelle. En effet, chez les Ashanti, l'enfant issu de la sœur d'un roi défunt a plus de chance de succéder à ce dernier que l'enfant d'un frère dudit roi… Aussi, au décès du neveu de Osseï Tutu le fils de sa sœur donc, une guerre de succession éclate entre Itsa — un vieil oncle issu de la famille régnante — et Dakon, le second frère d'Abla Pokou[1],[2],[3].

Alors, dans la capitale du royaume, Kumasi, une lutte fratricide s'engage, au cours de laquelle Dakon est tué. Dès lors, Abla Pokou comprend le terrible sort qui l'attend, si elle reste. Elle doit donc s'enfuir vers le nord-ouest avec sa famille, ses serviteurs, ses soldats fidèles et tous ceux du peuple qui se reconnaissent en elle ou en Dakon. Elle franchit le fleuve de la Comoé. Elle réorganise ensuite son peuple, peu avant de mourir[1],[3].

La légende du sacrifice du fils[modifier | modifier le code]

Selon la légende, la reine Abla Pokou et ses partisans ont été bloqués dans leur fuite par le fleuve mugissant de la Comoé, une frontière naturelle entre le Ghana et leur prochaine terre d'accueil, la Côte d'Ivoire. Les pluies hivernales avaient gorgé le fleuve, le rendant infranchissable[1],[2],[3].

Les poursuivant étant à seulement quelques kilomètres d'eux, il faut trouver une solution. On consulte alors les mannes. En désespoir de cause, la reine Abla Pokou lève les bras au ciel et se tourne vers son devin : « Dis-nous ce que demande le génie de ce fleuve pour nous laisser passer ! » Et le vieil homme lui répond : « Reine, le fleuve est irrité, et il ne s'apaisera que lorsque nous lui aurons donné en offrande ce que nous avons de plus cher. »[1],[2],[3].

Aussitôt, les femmes tendent leurs parures d'or et d'ivoire ; les hommes avancent qui leurs taureaux, qui leurs béliers. Mais le devin repousse toutes ces offres et dit, de plus en plus triste : « Ce que nous avons de plus cher, ce sont nos fils ! ». Mais personne ne veut offrir son enfant en sacrifice. Dès lors, Abla Pokou comprend que seul le sacrifice de son propre fils, unique, peut satisfaire les génies du fleuve. Abla Pokou éleve l'enfant au-dessus d'elle, le contemple une dernière fois et le précipite dans les flots grondants… Sitôt après ce geste irréversible de la reine, les eaux troublées de la Comoé se calment et se retirent jusqu'au genou, comme par magie, et toute la tribu franchit le fleuve sans encombre[1],[3].

Après la traversée, la reine se retourne et murmure dans un sanglot : « Bâ wouli », ce qui signifie littéralement : « L'enfant est mort. » Cette phrase aurait donné par la suite le nom du peuple Baoulé (ba wouli). C'est ainsi qu'en souvenir de cet enfant, la tribu d'Abla Pokou aurait été appelée "Baoulé", et que le berceau du peuple Baoulé reçut le nom de Sakassou, autrement dit, « le lieu des funérailles ». De son berceau d'origine du Ghana à sa terre d'exil de Côte d'Ivoire, cette reine reste célébrée dans la littérature orale et écrite[1],[2],[3].

Littérature[modifier | modifier le code]

La légende a connu de nombreuses versions et variantes orales et écrites, y compris par les colonisateurs français. L'écrivain ivoirien Bernard Dadié en donne une version sous forme de conte dans Légendes africaines en 1966. L'auteure sud-africaine Véronique Tadjo s'en inspire dans son roman Reine Pokou. Concerto pour un sacrifice en 2005[4],[3].

Cinéma[modifier | modifier le code]

Le film d'animation ivoirien Pokou, princesse ashanti de N’ganza Herman et Kan Souffle, sorti en Côte d'Ivoire en 2013, s'inspire librement de la vie légendaire d'Abla Pokou[5].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Corinne Sese, « Pokou, Abla [M. à Niamenou V. 1760] », dans Béatrice Didier, Antoinette Fouque et Mireille Calle-Gruber (dir.), Le dictionnaire universel des créatrices, Éditions des femmes, , p. 3485-3486
  2. a, b, c et d « La légende d'Abla Pokou, reine des Baoulé », L'Arbre à Palabres, no 18,‎ , p. 106-111 (lire en ligne)
  3. a, b, c, d, e, f et g Bruno Gnaoulé-Oupoh, La littérature ivoirienne, Éditions Karthala, (lire en ligne), p. 361-370
  4. Viti Fabio, « Les ruses de l'oral, la force de l'écrit. Le mythe baule d'Aura Poku », Cahiers d'études africaines, vol. 4, no 196,‎ , p. 869-892 (lire en ligne)
  5. « Cinéma : Reine Pokou, Princesse Ashanti / Le tout premier film ivoirien d’animation en 3D bientôt sur les écrans », News Abidjan,‎ (lire en ligne)