Bernard Dadié

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bernard Dadié
Nom de naissance Bernard Binlin Dadié
Alias
Climbié
Naissance
Assinie, Drapeau de la Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire
Nationalité Drapeau de la Côte d'Ivoire Ivoirienne
Profession
Homme de lettres
Autres activités
Présidence du CNRD

Bernard Binlin Dadié est un écrivain et homme politique ivoirien né à Assinie, au sud de la Côte d’Ivoire en 1916. Fils de Gabriel Dadié, compagnon de lutte du premier président ivoirien Félix Houphouët-Boigny, Bernard Dadié est considéré comme le père de la littérature ivoirienne.[réf. nécessaire]. Bernard Dadié, figure de proue de la littérature ivoirienne, est l'auteur d'une œuvre véritablement prolifique, qui aborde tous les genres littéraires: poésie, roman, théâtre, chroniques, contes traditionnels, le plus significatif étant le théâtre. Après des études à l'école normale William-Ponty de Gorée, il travaille pendant dix ans à l'IFAN de Dakar. En 1947, il retourne dans son pays et milite au sein du RDA (Rassemblement démocratique africain). Les troubles de février 1949 le conduisent en prison pour seize mois, où il tient un journal qui ne sera publié qu'en 1981, Carnets de prison. À l'indépendance, il exerce tour à tour les fonctions de chef de cabinet du ministre de l'Éducation nationale, de directeur des Affaires culturelles, d'inspecteur général des Arts et Lettres, et, en 1977, il devient ministre de la Culture et de l'Information.

En 1965 il obtient le Grand prix littéraire d'Afrique noire pour Patron de New York[1].

Vie politique[modifier | modifier le code]

Dadié est un militant du RDA de Félix Houphouët-Boigny. Incarcéré en 1949, à Grand-Bassam, par l’administration coloniale avec Mathieu Ekra, Jacob William..., il combat le colonialisme – politique ou économique

Œuvre littéraire[modifier | modifier le code]

Auteur prolifique, Dadié a écrit des nouvelles, des romans, de la poésie, du théâtre et des essais. Sa poésie est militante, comme en témoignent ces vers[2] :

« Je vous remercie mon Dieu de m’avoir créé Noir
Le blanc est une couleur de circonstance
Le noir, la couleur de tous les jours
Et je porte le Monde depuis l’aube des temps
Et mon rire sur le Monde, dans la nuit, crée le Jour »

Chronique[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • Monsieur Thôgô-Gnini (1970),
  • Mhoi ceul (1979),
  • Béatrice du Congo (1995),
  • Les voix dans le vent (1970),
  • Papassidi maître escroc.

Nouvelles[modifier | modifier le code]

  • Légendes Africaines (1954),
  • Le Pagne noir (1955),
  • Commandant Taureault et ses nègres (1980),
  • Les Jambes du fils de Dieu (1980).

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Afrique debout (1950),
  • La Ronde des jours (1956),
  • Je vous remercie Mon Dieu,
  • Les lignes de nos mains.

Œuvres autobiographiques[modifier | modifier le code]

  • Climbié (1952),
  • Carnet de prison 1949-1950 (1984).

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Grand prix littéraire de l'Afrique noire. Liste des lauréats, [lire en ligne], consulté le 14 avril 2016
  2. texte cité dans Bernard Dadié, écrivain ivoirien, textes commentés par Roger Mercier et Monique et Simon Battestini, F. Nathan, 1964, p. 38

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Molly Grogan Lynch, « Dadié Bernard Binlin », dans Christiane Chaulet Achour, avec la collaboration de Corinne Blanchaud (dir.), Dictionnaire des écrivains francophones classiques : Afrique subsaharienne, Caraïbe, Maghreb, Machrek, Océan Indien, H. Champion, Paris, 2010, p. 119-123 (ISBN 978-2-7453-2126-8)
  • Lilyan Kesteloot, « Bernard Dadié », in Anthologie négro-africaine. Histoire et textes de 1918 à nos jours, EDICEF, Vanves, 2001 (nouvelle éd.), p. 205-211
  • Frédéric Le Maire, Bernard Dadié : itinéraire d'un écrivain africain dans la première moitié du XXe siècle, Harmattan, Paris, 2008, 207 p.
  • Nicole Vincileoni, Comprendre l'œuvre de Bernard B. Dadié, Les Classiques africains, Issu-les-Moulin eaux, 1987, 319 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]