Véronique Tadjo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant  une femme de lettres image illustrant la Côte d'Ivoire
Cet article est une ébauche concernant une femme de lettres et la Côte d'Ivoire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Véronique Tadjo
Veronique Tadjo IMG 2385.JPG
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (61 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Écrivaine, poétesse, auteure de littérature d'enfanceVoir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Distinction

Véronique Tadjo, née le à Paris, mais élevée à Abidjan, est une écrivaine ivoirienne, autrice de poèmes, de romans et d'ouvrages pour la jeunesse qu'elle illustre elle-même.

Véronique Tadjo lors d'une lecture à Francfort/Main, 2001.

Après avoir séjourné longtemps au Kenya et en Angleterre, elle vit aujourd'hui (2011) en Afrique du Sud où elle dirige depuis 2007 le Département de Français de l'Université du Witwatersrand à Johannesburg[1]. Elle est lauréate du Grand prix littéraire d'Afrique noire en 2005[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Véronique Tadjo est l'autrice d'une thèse de 3e cycle intitulée Le processus d'acculturation des Afro-américains de 1619 à 1808, soutenue à l'Université Paris 4 en 1981[3]. Née à Paris d´un père ivoirien et d´une mère française, Véronique Tadjo est née à Paris et a grandi en Côte d´Ivoire. Elle est poète, romancière, peintre et autrice de livres pour la jeunesse qu´elle illustre elle-même.

Elle a fait l´essentiel de ses études à Abidjan, puis s´est spécialisée dans le domaine anglo-américain à la Sorbonne Paris IV. Sa thèse de doctorat en Civilisation Africaine Américaine porte sur le processus d´acculturation des Noirs à travers l´esclavage. Après avoir enseigné l´anglais au Lycée Moderne de Korhogo dans le Nord de la Côte d´Ivoire, elle a occupé le poste d´assistante au département d´anglais de l´Université Nationale de Côte d´Ivoire.

Elle a écrit plusieurs romans et recueils de poèmes. Ses livres revisitent l´histoire familiale (Loin de mon père), l´histoire nationale (Reine Pokou) et l´une des tragédies africaines les plus cruelles de notre temps que fut le génocide des Tutsi au Rwanda (L´ombre d´Imana).

Il y a une dizaine d´années, Véronique Tadjo s´est lancée dans la littérature pour la jeunesse afin d´apporter sa contribution à l´émergence d´une production africaine. Elle a animé plusieurs ateliers d´écriture et d´illustration, notamment au Mali, au Bénin, au Tchad, en Haïti, à l´île Maurice et au Rwanda.

Elle a vécu dans plusieurs pays d’Afrique et d’Europe. Après quatorze ans à Johannesburg où elle a dirigé le département de français de l‘université du Witwatersrand à Johannesburg (2007-2015), elle est maintenant basée entre Londres et Abidjan.

Grand Prix d´Afrique Noire en 2005, ses œuvres sont traduites en plusieurs langues.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • 1984 : Latérite
  • 1991 : Le Royaume aveugle
  • 1992 : À vol d’oiseau
  • 1995 : À mi-chemin (Poèmes)
  • 2001 : L’Ombre d’Imana : Voyages jusqu'au bout du Rwanda
  • 2005 : Reine Pokou, concerto pour un sacrifice
  • 2006 : Champ de bataille et d'amour
  • 2007 : Ayanda La petite fille qui ne voulait pas grandir
  • 2010 : Loin de mon père
Pour la jeunesse
    • La chanson de la Vie (recueil de contes et de nouvelles), Monde Noir Poche Jeunesse, Hatier, Paris 1989 – épuisé réédité par les NEI en 2007.
    • Mamy Wata et le Monstre (livre illustré), NEI, Abidjan, 1993. Prix UNICEF 1993 à la Biennale des Arts et Lettres de Dakar. « Mention d´honneur » en 1994 pour « Noma Award for publishing in Africa ».
    • Le Seigneur de la Danse, NEI, Abidjan, 1993.
    • Le grain de Maïs Magique (livre illustré), NEI, Abidjan, 1995.
    • Grand-mère Nanan (livre illustré), NEI, Abidjan, 1996.
    • Le bel oiseau et la pluie, NEI, Abidjan, 1998.
    • Masque, raconte-moi, (livre illustré) EDICEF-NEI, Paris-Abidjan, 2002.
    • Si j´étais roi, si j´étais reine (livre illustré), NEI, Abidjan 2004.
    • Ayanda, la petite fille qui ne voulait pas grandir, Actes Sud Junior, Paris, 2007.
    • Mandela, non à l´apartheid ! (fiction historique) Actes Sud Junior, Paris, 2010.
    • Les enfants qui plantaient des arbres (album), Oskar, Paris, 2013.
    • Léopold Sédar Senghor, le poète des paroles qui durent (fiction historique), A dos d’âne, Paris, 2014.

Citation[modifier | modifier le code]

« Bien qu'ayant vécu dans plusieurs pays, mon plus grand dépaysement aura été de voyager dans mon propre pays, en allant dans le nord, vers Korhogo, où les gens sont différents, l'habillement est différent, le climat est différent, la nature est différente... » (Télévision française, le 22 mars 2006).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site officiel de l'Université du Witwatersrand [1]
  2. Grand prix littéraire de l'Afrique noire. Liste des lauréats, [lire en ligne], consulté le 14 avril 2016
  3. Catalogue SUDOC [2]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Germain-Arsène Kadi, « Roman et contre-pouvoir chez Véronique Kadjo », in Le champ littéraire africain depuis 1960 : roman, écrivains et société ivoiriens, L'Harmattan, Paris, 2010, p. 99-110 (ISBN 9782296118720)
  • Georges Gnakpa, « Véronique Tadjo : Une poétique féministe de la complémentarité », in Du féminisme dans la poésie ivoirienne, L'Harmattan, Paris, 2009, p. 51-63 (ISBN 9782296110632)
  • Beverley Ormerod et Jean-Marie Volet, Romancières africaines d'expression française : le Sud du Sahara, Éd. l'Harmattan, Paris, 1994, p. 139-140

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :