Abbaye de Divielle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abbaye de Divielle
L'abbaye de Divielle vers 1930
L'abbaye de Divielle vers 1930
Présentation
Culte Catholique romain
Type Abbaye
Début de la construction Fin du XIe ou XIIe siècle
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Landes
Ville Goos
Coordonnées 43° 44′ 21″ nord, 0° 55′ 28″ ouest

Géolocalisation sur la carte : Landes

(Voir situation sur carte : Landes)
Abbaye de Divielle

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye de Divielle

L’abbaye de Divielle, actuellement en ruines, est située à Goos, dans les Landes. Ses derniers occupants, des moines Trappistes, la quittent en 1932.

Historique[modifier | modifier le code]

L'histoire de la commune de Goos est en grande partie liée à celle de son abbaye.

Selon David Chabas[1], l'abbaye de Divielle aurait été fondée par les Cisterciens, probablement au XIIe siècle, sinon à la fin du XIe siècle. Elle aurait ensuite été occupée par les Bénédictins, puis par les Prémontrés et plus précisément l'ordre des Trappistes qui en sont les derniers occupants jusqu'en 1932.

Elle est alors vendue à un particulier qui, peu soucieux de conservation du patrimoine, la vend en « pièces détachées » : zinc des couvertures, puis démolition qui servent à empierrer les routes de la commune de Goos[2].

Du corps principal de l'abbaye ne subsistent que quelques pans de murs, parmi lesquels il faut tout de même noter une magnifique ouverture à arcades géminées, vestige de celles qui entouraient le cloître.

Il se raconte que les moines de Divielle ne désirant pas, pour des raisons « politiques », résider sur le territoire de la commune de Préchacq-les-Bains, détournèrent le cours du Louts, petite rivière servant de limite entre Préchacq et Goos, modifiant ainsi la « frontière » entre les deux communes et se retrouvant, de ce fait, habitants de celle de Goos.[réf. nécessaire]

Aujourd'hui, l'abbaye est en état de ruines avancé, et seules quelques facades, cachées par la végétation, subsistent.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Villes et villages des Landes, Éditions Chabas
  2. Commune de Goos

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]