Abbaye de Combelongue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abbaye de Combelongue
Image illustrative de l'article Abbaye de Combelongue
Vue de l'abbaye de Combelongue
Présentation
Culte Ordre de Prémontré
Type Abbaye
Rattachement Diocèse de Pamiers, Couserans et Mirepoix
Début de la construction 1138
Fin des travaux 1230
Style dominant Roman, mudéjar
Protection  Inscrit MH (2007)
Site web http://www.abbayedecombelongue.fr/
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Ariège
Ville Rimont
Coordonnées 42° 59′ 17″ nord, 1° 16′ 35″ est[1]

Géolocalisation sur la carte : Ariège

(Voir situation sur carte : Ariège)
Abbaye de Combelongue

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées

(Voir situation sur carte : Pyrénées)
Abbaye de Combelongue

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye de Combelongue

L'abbaye de Combelongue, également appelée abbaye Saint-Laurent de Combelongue est une abbaye de l'ordre de Prémontré, située en France sur la commune de Rimont dans le département de l'Ariège (ancien diocèse de Couserans, aujourd'hui diocèse de Pamiers).

L'abbaye fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [2].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'abbaye de Combelongue est fondée en 1138 par Arnauld d'Austria, comte de Pallars pour l’un de ses fils Antoine, qui en devient le premier abbé. En 1154, l'abbaye reçoit le roi Louis VII, en route vers Saint-Jacques-de-Compostelle. Riche et prospère jusqu’au XIVe siècle, elle compte alors une centaine de religieux.

En 1207, l’abbé de Combelongue, Navarrus d'Acqs (qui était également évêque de Couserans) est légat du pape Innocent III. C'est à ce titre qu'il prend part aux querelles religieuses entre Catholiques et cathares à Montréal (Aude) et au Colloque de Pamiers.

À partir de 1446, l'abbaye commence à décliner. Affectée par l'épidémie de peste noire (1353-1355), elle est endommagée pendant la Guerre de Cent Ans et les guerres de religion. En 1568, l'abbaye de Combelongue est dévastée par les Protestants, venus de la région de Tarascon.

L'abbaye se maintient jusqu’à la Révolution sous le régime de la commende. En 1789, l’abbaye est pillée et incendiée. Arnaud de Jonquet, dernier abbé de l’abbaye de Combelongue (de 1741 à 1789) émigre en Espagne.

En 1791, l'abbaye est sécularisée et plus tard vendue comme bien national.

Architecture[modifier | modifier le code]

Construite entièrement en briques roses — chose inhabituelle dans cette région où la pierre abonde —, cette abbaye romane est l'un des rares témoins de l'influence mudéjare dans la région.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source : Géoportail et cartes IGN à l'échelle 1:25000
  2. « Ancienne abbaye de Combelongue », notice no PA00093948, base Mérimée, ministère français de la Culture

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Dubourg, Les abbayes de Midi-Pyrénées, Saint-Cyr-sur-Loire, Éditions Alan Sutton, (ISBN 978-2-8138-0020-6), p. 23-27
  • Bernard Ardura, Abbayes, prieurés et monastères de l'ordre de Prémontré en France des origines à nos jours : dictionnaire historique et bibliographique, Presses universitaires de Nancy,
  • Pierre-Georges Guillonnet, L'architecture retrouvée de l'Abbaye de Combelongue, Éditions Lacour,

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :