Sept ans de mariage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis 7 ans de mariage)
Aller à : navigation, rechercher
Sept ans de mariage
Réalisation Didier Bourdon
Scénario Didier Bourdon
Dominique Coubes
Nathalie Vierne
Acteurs principaux

Catherine Frot
Didier Bourdon
Jacques Weber

Sociétés de production Ciby 2000
DD Productions
RF2K
TF1 Films Production
TPS Star
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie
Durée 97 minutes
Sortie 2003

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Sept ans de mariage est un film français réalisé par Didier Bourdon, sorti le .

Synopsis[modifier | modifier le code]

Pour tenter de sauver son couple à la dérive tant sexuellement que sentimentalement après 7 ans de mariage, Alain, qui est médecin urgentiste dans une clinique parisienne, consulte un ami sexologue. Celui-ci, à force de grande théories pseudo-freudiennes sur le point D (le point du Désir qui ne doit pas devenir le point de la Déprime) le persuade que la solution ne passe que par la réalisation des fantasmes refoulés et la libération des mœurs (sex-shops, échangisme, films porno...), et lui conseille de mettre ses fantasmes à exécution avec sa femme, Audrey, employée de banque, femme devenue froide et ayant totalement cessé d'aimer son mari, ne maintenant sa vie de couple que par habitude installée au fil des années et pour l'éducation de leur fille Camille.

Alain et Audrey vont découvrir l'univers des sex-shops, du voyeurisme et de l'échangisme, mais découvriront peu à peu que cet univers n'est pas le leur. Une erreur d'itinéraire qui leur sera pourtant profitable puisque leur couple va se retrouver profondément uni au terme de l'histoire.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Anecdotes du film[modifier | modifier le code]

  • Sept ans de mariage est la deuxième réalisation de Didier Bourdon en solo après L'Extraterrestre.
  • De nombreuses références à l'écrivain Michel Houellebecq sont faites dans le film. Didier Bourdon s'explique : « Je voulais à la fois me moquer un peu du phénomène de mode (à une époque, tout le monde lisait ou devait lire Les Particules élémentaires) et rendre hommage à l'auteur de Plate-forme dont la lecture m'a enthousiasmé autant qu'agacé. Ce que j'aime dans Michel Houellebecq, c'est qu'il dit ce qu'il pense. Il échappe au politiquement correct ».
  • Deux images subliminales érotiques sont insérées dans le film, dans les scènes où Alain et Audrey font l'amour et la caméra fait des zooms avant et arrière sur une vitre, vers 01:04[réf. nécessaire].

Liens externes[modifier | modifier le code]