1985 dans les chemins de fer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Chronologies
Années :
1982 1983 1984  1985  1986 1987 1988
Décennies :
1950 1960 1970  1980  1990 2000 2010
Siècles :
XIXe siècle  XXe siècle  XXIe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire
Chronologies géographiques
Chronologies thématiques
Aéronautique Architecture Arts plastiques Astronautique Automobile Bande dessinée Chemins de fer Cinéma Disney Droit Échecs Économie Fantasy Football Informatique Jeu Jeu vidéo Littérature Musique populaire Musique classique Numismatique Parcs de loisirs Photographie Radio Santé et médecine Science Science-fiction Sociologie Sport Télévision TerrorismeThéâtre
Calendriers
Romain · Chinois · Grégorien · Hébraïque · Hindou · Musulman · Persan · Républicain

Chronologie des chemins de fer

1984 dans les chemins de fer - 1985 - 1986 dans les chemins de fer

Évènements[modifier | modifier le code]

Catastrophes ferroviaires[modifier | modifier le code]

L'été 1985 sera marqué par une série de 3 accidents mortels en France :

  • 8 juillet : collision entre un Corail Le Havre-Paris et un camion sur un passage à niveau à Saint-Pierre-du-Vauvray dans l'Eure, 10 morts et 60 blessés.
  • 3 août : collision frontale sur la commune de Flaujac dans le Lot, entre un autorail effectuant un trajet Rodez-Brive venant de la gare d'Assier et un Corail effectuant un trajet Paris-Capdenac venant de la gare de Gramat. Le bilan humain s'élève à 35 morts et 120 blessés.
  • 31 août : en gare d'Argenton-sur-Creuse dans l'Indre, deux voitures d'un train Corail effectuant un trajet de Paris à Port-Bou déraillent au moment où passe un train postal effectuant une liaison entre Brive et Paris. Ces deux voitures s'encastrent dans la locomotive du train postal. Le bilan est de 43 morts et 37 blessés. Cet accident est dû à une vitesse excessive du train Corail qui roulait à 100 km/h dans une zone limitée à 30 ce qui conduisit le chauffeur à freiner brusquement entraînant donc le déraillement.

Cette dramatique série engendra une crise grave à la SNCF et amènera à la démission de son PDG : André Chadeau. Ce dernier sera par la suite remplacé par Philippe Essig.

Marquages et livrées[modifier | modifier le code]

  • SNCF : Adoption du sigle « nouille » SNCF (lettres majuscules inclinées écrites en double trait). Il succède au sigle encadré de 1972 et sera remplacé en 1992 par le sigle « casquette ».
  • SNCF : Généralisation de la livrée gris béton aux BB électriques.