Éric Berdoati

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Éric Berdoati
Illustration.
Fonctions
Maire de Saint-Cloud
En fonction depuis le
(14 ans, 11 mois et 14 jours)
Réélection 16 mars 2008
30 mars 2014
15 mars 2020
Prédécesseur Bertrand Cuny
Conseiller général puis départemental des Hauts-de-Seine
Président du groupe majoritaire
En fonction depuis le
(9 ans, 1 mois et 25 jours)
Élection 27 mars 2011
Réélection 22 mars 2015
Circonscription Canton de Saint-Cloud
Prédécesseur Odile Fourcade
Député de la 7e circonscription des Hauts-de-Seine

(1 an, 5 mois et 23 jours)
Législature XIIIe
Groupe politique UMP
Prédécesseur Patrick Ollier
Successeur Patrick Ollier
Biographie
Date de naissance (56 ans)
Lieu de naissance Vincennes (Val-de-Marne, France)
Nationalité Française
Parti politique RPR puis UMP puis LR
Profession Management des médias

Éric Berdoati est un homme politique français, membre de l'UMP né le à Vincennes (Val-de-Marne)[1]. Il est maire de la commune de Saint-Cloud (Hauts-de-Seine) et conseiller de la Métropole du Grand Paris. Il devient député de la 7e circonscription des Hauts-de-Seine le lorsque Patrick Ollier, dont il était le suppléant, est nommé ministre chargé des relations avec le Parlement.

Il a également occupé plusieurs fonctions dans le management des médias. En 1986, il a été champion de France des maîtres d'armes en escrime.

Le il annonce qu'il va quitter LR. Il devient alors maire sans étiquette.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance - Jeunesse[modifier | modifier le code]

Fils d'un expert-comptable, Éric Berdoati passe son enfance et sa jeunesse à Beauchêne, commune de Boutigny-Prouais et fait toute sa scolarité à l'institut privé Saint-Pierre Saint-Paul à Dreux.

Le 4 janvier 1982, alors qu'il se trouve avec un ami à Dreux, attendant le car devant le ramener chez lui, il est abordé par une bande de sept jeunes qui lui demande une cigarette. N'en ayant pas car n'étant pas fumeur, Éric Berdoati et son ami sont alors assaillis par la bande qui les frappe violemment. Il est hospitalisé d'urgence[2]. Quelques jours plus tard la bande est appréhendée[3], ce sont des jeunes désœuvrés vivant du racket et violant dans des caves des mineures, dont certaines âgées de moins de quinze ans, l'une d'elles, traumatisée, se jetera par la fenêtre du cinquième étage. Rachid Djedidi et Aziz Arar et deux autres mineurs sont écroués[4].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Entre 1992 et 1995, il est directeur du développement de la société MD Communication puis directeur général de la société Présence et Communication Médicales jusqu'en 1999 et secrétaire général du Centre de Formation et de Perfectionnement des Journalistes (CFPJ) de 1999 à 2003[5].

De 1997 à 1999, il est président du Syndicat de la Presse Médicale du Spécialiste qu'il a fondé[5].

Depuis 2004, il est gérant de la SARL « Presse entreprises formation & conseil »[6].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Élevé dans une famille gaulliste, c'est le lendemain de ses 17 ans, après la victoire de François Mitterrand aux élections présidentielles qu'Éric Berdoati s'intéresse à la politique et prend sa carte du RPR[7]. Entre 1998 et 2005, il est délégué de la section locale du RPR (puis de l'UMP à partir de 2002) à Saint-Cloud où il vit avec sa famille depuis la fin des années 1980. En 2001, il est nommé maire adjoint à la jeunesse et aux sports par le maire de la commune, Bertrand Cuny (UDF). En 2005, après la démission de ce dernier, il est choisi comme candidat par la majorité municipale et élu puis réélu au premier tour en 2008, avec 62 % des voix[5]. En tant que maire de Saint-Cloud, il préside depuis 2006 le conseil d'administration du Centre hospitalier des quatre villes[8].

En 2007, il est suppléant de Patrick Ollier, élu député de la 7e circonscription des Hauts-de-Seine.

En 2008, il est candidat à la présidence de la fédération départementale des Hauts-de-Seine de l'UMP et, malgré son manque de notoriété, il n'est battu que de justesse par le président sortant Patrick Devedjian[9]. Il se présente à nouveau en 2010 avant de se retirer le 5 novembre[10] pour soutenir la candidature de Jean-Jacques Guillet qui remporte l'élection le 15 novembre[11].

Le 14 novembre 2010, Patrick Ollier est nommé ministre chargé des relations avec le Parlement dans le gouvernement Fillon III. Éric Berdoati prend donc sa place à l'Assemblée nationale dès le 15 décembre. Il devient également membre de la Commission des Affaires culturelles et de l'Éducation au sein de l'Assemblée[12].

Aux élections cantonales de 2011[13], Éric Berdoati est élu conseiller général du canton de Saint-Cloud, avant de devenir vice-président du Conseil général des Hauts-de-Seine[14].

Le , il démissionne de son mandat de député[15].

En février 2013, dans le cadre de la direction « partagée » entre Jean-François Copé et François Fillon, il devient, comme onze autres personnalités, secrétaire général adjoint de l’UMP, en plus du tenant du poste, Marc-Philippe Daubresse.

Lors des élections législatives françaises de 2017, alors que Patrick Ollier, maire de Rueil-Malmaison, ne brigue pas un nouveau mandat de député, Éric Berdoati est candidat Les Républicains dans la 7e circonscription des Hauts-de-Seine (le candidat suppléant qui l'accompagne est Denis Gabriel, adjoint au maire de Rueil-Malmaison). Il est alors soutenu par Patrick Ollier et par Jacques Gautier, maire de Garches. Il parvient au second tour, mais finit deuxième, le 18 juin 2017, avec 42,19 % des suffrages exprimés, derrière le candidat de la République en marche, Jacques Marilossian, lequel obtient 57,81 % des voix et devient donc député[16].

Le il annonce dans Le Journal du dimanche qu'il va quitter LR[17].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Éric Berdoati est marié et père de deux enfants[5].

Il pratique l'escrime au Cercle d'escrime drouais[18] et devient maître d'armes en 1985 à l'âge de 21 ans[7], il est sacré champion de France des maîtres d'armes en 1986[5]. Rugbyman amateur, il fut dirigeant d’un club agréé[19].

Détail des mandats[modifier | modifier le code]

Mandats nationaux[modifier | modifier le code]

Mandats locaux[modifier | modifier le code]

  • Maire :

Autres[modifier | modifier le code]

  • Du  : secrétaire général adjoint de l’UMP.
  • Du 30 mai 2015 au 13 décembre 2017 : secrétaire général adjoint de LR.

Annexe[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche d'Éric Berdoati », sur le site officiel de l'Assemblée nationale (consulté le 16 mars 2011)
  2. L'Écho républicain de la Beauce et du Perche, 6 janvier 1982 :"Ils n'avaient pas de cigarettes sur eux... 2 collégiens sont passés à tabac par 7 jeunes loubards"
  3. L'Écho républicain de la Beauce et du Perche, 29 janvier 1982 : "Les rançonneurs des deux élèves de St-Pierre-St-Paul appréhendés"
  4. L'Écho républicain de la Beauce et du Perche, 7 février 1982 : Le violeurs au violon : l'une de leurs jeunes victimes a voulu se suicider"
  5. a b c d et e « Le député-suppléant », sur le site personnel de Patrick Ollier (consulté le 16 mars 2011)
  6. « Identité de l'entreprise », sur le site societe.com (consulté le 16 mars 2011)
  7. a et b « Eric Berdoati entre à l'Assemblée », sur le site du quotidien Le Parisien, (consulté le 16 mars 2011)
  8. « Organisation de l'hôpital », sur le site du Centre hospitalier des quatre villes (consulté le 16 mars 2011)
  9. « Eric Berdoati a donné des sueurs froides à Devedjian », sur le site du quotidien Le Parisien, (consulté le 16 mars 2011)
  10. « Présidence de l'UMP : Berdoati rallie Guillet », sur le site du quotidien Le Parisien, (consulté le 16 mars 2011)
  11. « Patrick Devedjian perd la présidence de la fédération UMP des Hauts-de-Seine », sur une dépêche de l'AFP, (consulté le 18 novembre 2010)
  12. « Fiche du député Éric Berdoati », sur le site des députés UMP (consulté le 16 mars 2011)
  13. Roberto Cristofoli, « La banque du maire lui refuse un compte de campagne », sur le site du quotidien Le Parisien, (consulté en 16 mars 2011,)
  14. . « La Bataille des Sénatoriales commence à Vanves », sur le billet d'un auteur anonyme sur le blog « Vanves au quotidien », (consulté le 16 mars 2011)
  15. Fiche d'Éric Berdoati sur le site de l'Assemblée nationale.
  16. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections législatives 2017 », sur http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Legislatives/elecresult__legislatives-2017 (consulté le 29 mars 2019)
  17. Sarah Paillou, « Le maire de Saint-Cloud, Eric Berdoati, quitte Les Républicains », sur lejdd.fr, (consulté le 3 juin 2019).
  18. Journal l'Echo Républicain de la Beauce et du Perche du 1er juillet 1977 : à l'épreuve de la coupe du Maître du 12 juin 1977 qui s'est déroulé à la salle des sports de Dreux Eric Berdoati, benjamin, se classe 8ème.
  19. Eric Berdoati, nouveau maire, lettre de l'association Val de Seine Vert, n°36, page 8, [lire en ligne]