Émile van Dievoet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dievoet.
Ne doit pas être confondu avec Auguste van Dievoet.
Émile van Dievoet
Fonction
Député
Titre de noblesse
Baron
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 81 ans)
LouvainVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Enfant
Guido van Dievoet (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Wapen van Baron en Jonkheren van Dievoet.jpg
blason

Le baron Émile van Dievoet est un homme politique et juriste flamand né le à Lombeek-Sainte-Catherine et décédé le à Louvain.

Docteur en droit et docteur en sciences politiques et sociales, il est aussi docteur honoris causa des universités d'Utrecht et de Nimègue.

Carrière[modifier | modifier le code]

Outre une carrière d'avocat au Barreau de Louvain et de professeur à l'Université catholique, il eut une carrière politique où il défendit la cause de la langue néerlandaise délaissée de son temps. Il est une figure historique du Mouvement flamand.

Il fut ministre de la Justice et ministre de l'Agriculture.

Ses combats politiques[modifier | modifier le code]

Il lutta principalement pour la flamandisation de la vie juridique ainsi que contre l'extension de Bruxelles. C'est ainsi comme l'écrit la baronne Els Witte, qu'il tenta de s'opposer à l'incorporation de Haren à la ville de Bruxelles, craignant que la population ne perde son caractère rural catholico-flamand[1].

Marques honorifiques[modifier | modifier le code]

Le roi Baudouin Ier l'a anobli le 17 mars 1967 avec le titre de baron.

Armoiries du baron van Dievoet : D'argent à une main de justice de gueules, le champ chapé du même, à deux croix ancrées du premier.

Il obtint officiellement concession de noblesse héréditaire et du titre personnel de baron le 30 avril 1968. Les Lettres patentes furent délivrées à Eugénie Bulens, sa veuve, fille d'Henri et de Marie Deschreyer.

Armoiries[modifier | modifier le code]

D'argent à une main de justice de gueules, le champ chapé du même, à deux croix ancrées du premier. Heaume: d'argent couronné. Lambrequins : d'argent et de gueules. Cimier: une croix de l'écu. Devise : Houd voet bij stuk, d'argent sur un listel de gueules. En outre, pour le baron Josse-Emile van Dievoet, Couronne de baron, et comme supports : deux lions d'or, armés et lampassés de gueules.

Les membres de cette famille portent actuellement le titre de Jonkheer.

Famille[modifier | modifier le code]

Il est le père de :

Bibliographie concernant le Baron Émile van Dievoet[modifier | modifier le code]

  • Cahiers d'histoire du temps présent = Bijdragen tot de eigentijdse geschiedenis, du Centre d'études et de documentation "Guerre et sociétés contemporaines" (Belgium, Centre d'études guerres et sociétés contemporaines, Publié par Centre d'études guerres et sociétés contemporaines, 2004, p. 127, 131, 132.
  • Encyclopedie van het Vlaamse Beweging, I, Tielt-Utrecht, 1973, 421-422 (avec bibliographie).
  • Winkler Prins Encyclopedie van Vlaanderen, II, Bruxelles, 1973, p. 304-305 (concerne le baron Émile et le Jonkheer Guido van Dievoet).
  • De Grote Oosthoek, Encyclopedie en Woordenboek, 7e édition, VI, 's-Gravenhage, 1977, 86.
  • État présent de la Noblesse du Royaume de Belgique, par Oscar Coomans de Brachène et alii, Bruxelles, 1987, p. 361-362.
  • L'État présent de la noblesse belge : annuaire de 2005. Seconde partie, par le Comte Humbert de Marnix de Sainte Aldegonde, et alii.
  • Intermédiaire des généalogistes, famille originaire de Ternat, 1977, 232.
  • Fernand Baudhuin, L'économie belge sous l'occupation, 1940-1944, p. 366.
  • Robert Capelle, Au service du roi: 1940-1945, éd. C. Dessart, 1949, p. 117, 277, 318.
  • F. Collin, "Prof. E. Van Dievoet", dans Onze Alma mater, II, 1948, no 3.
  • Alain Dantoing, La "Collaboration" du cardinal: L'Église de Belgique dans la Guerre 40-45, 1991, page 371.
  • Henri Grégoire et Oscar Grojean, dans, Le Flambeau: revue belge des questions politiques et littéraires, vol. 11 pt.3 1928: "Il y a le projet de la commission ou projet Van Dievoet. M. Van Dievoet, suivi par la majorité de la commission, éteint la peine pour tous les condamnés y compris Borms
  • Carl-Henrik Höjer, Le régime parlementaire belge de 1918 à 1940, 1946, p. 288. ("M. Spaak avait élargi la base linguistique de son gouvernement en y appelant deux extrémistes: le flamingant van Dievoet, etc.").
  • J.Marijnen, "Nieuwe tendenties in het Vlaamsche Rechtsleven", dans, Het vlaamsche Land, 1er juillet 1943.
  • Pierre Stéphany, La Flandre aux Flamands, Bruxelles, 2008, p. 2007.
  • Georges van Hecke, Notes pour servir à l'histoire du barreau de cassation, Bruxelles, 1979, p. 42.
  • Leen van Molle, Chacun pour tous: le Boerenbond Belge, 1890-1990, 1990, p. 318
  • P. Van Molle, Le Parlement belge 1894-1969, Ledeberg, 1969, 349-350 (avec bibliographie).
  • Baronne Els Witte, De Brusselse negentien gemeenten en het Brussels model, Bruxelles, 2003, p. 49: " (Emiel) Van Dievoet vreesde duidelijk dat de Vlaams-katholieke identiteit van de bevolking door de inlijving bij Brussel in de verdrukking zou komen": " Émile Van Dievoet craignait clairement que l'identité catholico-flamande de la population (de Haeren) soit soumise à pression après l'incorporation à Bruxelles".

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Baronne Els Witte, De Brusselse negentien gemeenten en het Brussels model, Bruxelles, 2003, p. 49: "(Emiel) Van Dievoet vreesde duidelijk dat de Vlaams-katholieke identiteit van de bevolking door de inlijving bij Brussel in de verdrukking zou komen": " Émile Van Dievoet craignait clairement que l'identité catholico-flamande de la population (de Haren) soit soumise à pression après l'incorporation à Bruxelles"

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]