Liste chronologique de familles belges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Quartiers et Armorial des Pays Bas

Cette liste chronologique de familles belges reprend de façon non exhaustive des familles belges sans distinction sociale dont l'ascendance prouvée est antérieure au XIXe siècle et qui ont fait l'objet d'une publication historique.

Méthodologie[modifier | modifier le code]

Les familles sont ici classées par ordre chronologique d'après la plus ancienne trace écrite prouvée les concernant.

Comme il s'agit de familles qui ont eu le loisir d'entreprendre ou les moyens de faire entreprendre des recherches sur leurs origines dans le cours du vingtième siècle cette liste mentionne de ce fait souvent des lignées devenues notables voire ayant été anoblies au cours de ce siècle.

Seules sont ici prises en compte les familles subsistantes qui ont pu prouver leur filiation sans interruption jusqu'à un ancêtre donné et cela d'après des sources d'archives précises et publiées avec preuves dans des revues ou des ouvrages historiques sérieux selon la méthodologie suivie par Jean-François Houtart, qui précise dans la préface de son ouvrage[1] que:

« Les familles envisagées ici sont celles qui ont été belges pendant le XXe siècle au moins et dont l'ancienneté est antérieure à 1801. Elles doivent également avoir fait l'objet d'une publication scientifique, avec sources et références accessible aux chercheurs dans une bibliothèque généalogique belge. »

Chronologie et ancienneté[modifier | modifier le code]

Cette liste s'occupe uniquement de la date chronologique d'apparition des familles dans les documents écrits, et non de leur ancienneté. D'après l'usage de la langue française, en effet, l'ancienneté[2] d'une famille concerne la date où celle-ci est arrivée aux honneurs, c'est-à-dire soit à la noblesse, soit à un statut comparable par les illustrations ou les hautes charges.

Liste chronologique de familles belges par date d'existence prouvée[modifier | modifier le code]

Xe siècle[modifier | modifier le code]

XIe siècle[modifier | modifier le code]

XIIe siècle[modifier | modifier le code]

XIIIe siècle[modifier | modifier le code]

XIVe siècle[modifier | modifier le code]

XVe siècle[modifier | modifier le code]

XVIe siècle[modifier | modifier le code]

XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Cette liste a été établie de manière plus exhaustive par Jean-François Houtart pour son ouvrage Anciennes Familles de Belgique[1]. Sauf indication contraire, les données sont tirées de cet ouvrage. La date d'ancienneté de chaque famille présente dans cet ouvrage est disponible sur le site de l'OGHB[37].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Listes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « tombée en quenouille », elle est relevée par les comtes de La Marck au XIVe siècle, puis par la maison de Ligne au XVIe siècle. Cette date correspond donc à celle de la famille de Ligne dont la famille d'Arenberg contemporaine est issue.
  2. Ascendance commune avec la famille le Polain de Waroux.
  3. Ascendance commune avec la famille d'Herbais de Thun.
  4. ou La Hamayde (de)
  5. a b et c Famille absente de l'article d'Hervé Douxchamps: Les 40 familles belges les plus anciennes subsistantes, classement 2016 publié dans Le Parchemin, Bulletin bimestriel édité par l'association royale Office Généalogique et Héraldique de Belgique, no 426, novembre-décembre 2016, p. 591. Cette liste commence en 1068 avec les Limburg Stirum et s'arrête en 1357 avec les Croÿ.
  6. Famille éteinte dans les mâles
  7. Voir : Ferdinand de Meeûs, Adrien de Meeûs et Henri de Meeûs d'Argenteuil de Trannoy
  8. Cette famille est citée dès 1218 : "Radulfus de Bruera était échevin de Ronquières en …1218… et …1221…."
  9. Houtart référence cette famille à l'année 1480 (voir AFB2008, p. 107) alors que Goffin remonte lui jusqu'au XIVe siècle. Houtart donne pourtant l'ouvrage de Goffin comme référence.
  10. Les familles Oury, le Polain de Waroux (2ème maison) et Xheneumont sont toutes les trois issues des Cockeal passant par les (de) Xhénemont.
  11. Voir: Pierre della Faille, Jean-Charles della Faille
  12. voir: Hervé Douxchamps
  13. Issus des de Vaux et dont est aussi issue la famille Grisard de la Rochette
  14. Dont aussi la famille van Houtryve.
  15. Voir les références sur l'article dédié: Famille de Prelle de la Nieppe.
  16. issue de Gilles (dit aussi Gillechon) Gillion, bourgeois de Trélon, qui doit payer pour la Noël 1436 un chapon et un denier de rente à l'Abbaye de Liesses pour sa maison à Trélon qui fut à Collart son père. Gilles tient un fief direct de la pairie de Chimay à Momignies, † 8 mai 1486, il est inhumé dans l'Eglise Saint-Germain de Mons. Mathieu GILLION, "Testament de maître Jehan Gillion, chanoine de Sainte-Waudru à Mons (1496), compléments à la généalogie de la famille Gillion de Trélon", Le Parchemin n°427, Jan-Fev 2017, pp. 77-86 voir aussi : Mathieu GILLION, "Descendance de la famille Gillion, magistrats et bourgeois de la ville de Trélon (Nord) du XVe au XVIIIe siècle", Le Parchemin n°421, Jan-Fev 2016, pp. 2–45
  17. Voir les références sur l'article dédié: Famille de Muyser Lantwyck.
  18. dont sont issus les branches « Eeckhoutte » et « Wavrans »
  19. voir: Jean-Charles Snoy et d'Oppuers, Thérèse Snoy et d'Oppuers
  20. dont sont issues les branches d'Annevoie et de Vedrin.
  21. Voir: Albert t'Serstevens
  22. voir : Philippe Piers de Raveschoot
  23. dont les branches Pierpont Surmont de Volsberghe (de) et Pierpont de Rivière (de)
  24. Voir: Auguste Delbeke et Francis Delbeke
  25. Voir: Pascal de Duve, Jacques de Duve, Christian de Duve et Famille de Duve
  26. et Dewalque, voir: Bernard de Walque
  27. Voir: Jean-Baptiste Bethune
  28. et Benoist de Gentissart (de)
  29. et Fierlants (de), voir : Goswin de Fierlant et Hugues de Fierlant Dormer
  30. Gaspard Maigret de Priches, La Famille Maigret, Maigret de Priches, Histoire et Généalogie, 1958, p. 7, qui renvoie à l’Annuaire de la Noblesse belge 1910, 1re partie, p. 105 et 1940-1950, 1re partie, p. 88 ainsi qu’à F. met den Ancxt, Recueil Nobiliaire belge, tome II, p. 75. Voir aussi Parch., 2013 p. 433 et p. 447. F. Koller et S. Melia in, Armorial Général de Belgique, écartèlent curieusement les armoiries Maigret avec celles des Priches alors que les Maigret de Priches ont toujours porté publiquement leurs armes pleines. À ce sujet, voyez Gaspard Maigret de Priches, Nos familles de maîtres de Forges, 1937 et Gaspard Maigret de Priches, Les de Priches dans l’ancien comté de Hainaut, sous les auspices du Cercle archéologique de Mons, 1950, deux ouvrages dont les couvertures arborent les trois flammes, sans écartelé.
  31. Voir: Émile de t'Serclaes de Wommersom
  32. Voir: Paul de Favereau
  33. et Sauvage Vercour (de)
  34. Dont sont issus les Potter de ten Broeck, Potter d'Indoye et Potter de Zinzerling.
  35. Voir les références sur l'article dédié: Famille Orts
  36. voir: Adolphe le Hardy de Beaulieu
  37. Corroy-le-Grand, voir: Jo Gérard
  38. Voir: Joseph Neuville
  39. et Solvay de La Hulpe
  40. Voir: Théodore Verhaegen
  41. L'un des deux ouvrages sur lequel se base Jean-François Houtart, à savoir, Pierre-Théodore VERHAEGEN (1796-1862) : son ascendance et sa descendance, par Charles Verhaegen et paru en 1972, fait remonter la famille Verhaegen à Jean Vander Hagen, cité à Malines en 1356.
  42. et Dora Amory-Derbaix
  43. Famille établie à Campagne-lès-Boulonnais, Doudeauville (Pas-de-Calais), Dunkerque, Erquelinnes, Anvers. Ces armes sont apparues dans le bimestriel édité par l'Office généalogique et héraldique de Belgique : Le Parchemin, 1982, pp. 396-398.
  44. dit Vandive à Paris
  45. Voir: Jacques Brel et Bruno Brel
  46. Voir: Charles Picqué
  47. Voir les références sur l'article dédié: Famille Coart
  48. Voir : Albert Lantonnois van Rode
  49. Jupille, Herve
  50. Voir: Isidore Fallon
  51. Voir: Octave Maus
  52. Voir aussi: Émile van Dievoet
  53. Voir : Léon Janssen, Charles Janssen, Alfred Janssen, Emmanuel Janssen, Albert-Édouard Janssen, Charles-Emmanuel Janssen, Daniel Janssen.
  54. Lives-sur-Meuse
  55. Voir: Jules Vandievoet et Jacques Vandievoet.
  56. Voir : Paul Berryer
  57. voir: Ghislain-Joseph Henry
  58. Voir: Charles Faider
  59. Voir: Léonard Greindl,Gérard Greindl, Jean Greindl et Jules Greindl
  60. Voir: Stéphanie Rittweger de Moor
  61. Voir : Thomas Vinçotte
  62. Ainsi que la branche Jacques de Dixmude. Voir: Général Alphonse Jacques de Dixmude)
  63. Lagasse de Locht
  64. Voir: Carlo Bronne
  65. voir: Philippe Roberts-Jones

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jean-François Houtart, Anciennes Familles de Belgique, Recueil LXI de l’Office généalogique et héraldique de Belgique, 600 pages, format 19x24,5 cm, broché. Tirage limité.
  2. M. P. Poitevin, Nouveau dictionnaire universel de la langue française, tome premier, Paris, 1869, p. 133 : "Ancienneté : En parl. d'une famille, d'une maison illustre, Antiquité d'origine : L'ancienneté des maisons est une marque de leur noblesse. (Trévoux)".
  3. a et b Hervé DOUXCHAMPS, Les 40 familles belges les plus anciennes subsistantes, classement 2015, dans Le Parchemin, Bulletin bimestriel édité par l'association royale Office Généalogique et Héraldique de Belgique, no 420, novembre-décembre 2015, p. 615.
  4. Hervé DOUXCHAMPS, Les 40 familles belges les plus anciennes subsistantes, classement 2016, dans Le Parchemin, Bulletin bimestriel édité par l'association royale Office Généalogique et Héraldique de Belgique, no 426, novembre-décembre 2016, p. 591.
  5. Hervé Douxchamps, Les quarante familles belges les plus anciennes subsistantes, Poucques (Poeke), 1275, in Le Parchemin, bulletin bimestriel édité par l'Association royale Office généalgique et héraldique de Belgique, 83e année, janvier-février 2019, no 433, pp. 14-22.
  6. Raf van der Donckt, Genealogie van der Donckt, Een queste naar acht eeuwen familiegeschiedenis, 2018, 484 pages. L'historien et archiviste Rafaël (Raf) van der Donckt a établi et publié l'ascendance van der Donct jusqu'à Gerard de le Donc, alias Gheeraert van der Donct, né vers 1250, mentionné en 1291 dans une charte faisant partie des archives de l'abbaye Sainte-Claire (abbaye de Beaulieu) à Petegem.
  7. Hervé Douxchamps, Les quarante familles belges les plus anciennes subsistantes, Voorst, article publié dans Le Parchemin, bulletin bimestriel édité par l'Association royale Office généalgique et héraldique de Belgique, 85e année, mars-avril 2020, no 446, pp. 121-130.
  8. Notice généalogique sur la famille Van der Haeghen (Flandre et Brabant) (par Philippe Van der Haeghen), Florence : A. Cecchi, Paris : A. Derenne, 1883, p. 11: charte de Jean Ier de Pamel (décrite d'après le cartulaire de Gaesbeck par Alphonse Wauters, Histoire des environs de Bruxelles, t. 1, 1855, p. 287) où intervient une certaine « Heinrike Vanderhaghen » = Henri van der Haeghen (±1290-1354), ancêtre de la famille des barons d’Eesbeke (Eesbeek) dite van der Haeghen de Mussain (sur laquelle, cf. par exemple l’Annuaire de la noblesse de Belgique de 1857, Bruxelles : Aug. Decq, p. 23, ou nl: Philibert van der Haeghen de Mussain).
  9. Hervé Douxchamps, Les 40 familles belges les plus anciennes subsistantes, dans Le Parchemin, Bulletin bimestriel édité par l'association royale Office Généalogique et Héraldique de Belgique, no 438, novembre-décembre 2018, pp. 626-633.
  10. La charte du Brabant n° 2463 du 6 janvier 1367 cite Frédéric et Gilles Meeus.
  11. Félix-Victor Goethals, Miroir des Notabilités nobiliaires de Belgique, des Pays-Bas et du nord de la France, tome I, 1857, p. 139.
  12. René Goffin, de le Bruyère, dans Généalogies Nivelloises, parues dans Annales de la Société Archéologique et Folklorique de Nivelles et du Brabant Wallon A. S. B. L., première partie, tome XV, 1951, p. 133-150.
  13. Met den Ancxt, Recueil nobiliaire belge, tome I, p. 23 et suivantes.
  14. Arbre de la famille Delbruyère sur généanet
  15. Ludger del Bruyère, La famille Delbruyère au pays de Charleroi, paru dans Le Vieux Châtelet, 1976, p. 117
  16. Pierre-Marie Cambier, Publications concernant la famille Cambier, dans Le Parchemin, 2002, pages 332 et 333, et spécialement : Colonel de Lannoy, Les origines tournaisiennes de la famille Cambier, de Renaix, dans Le Parchemin, 1982, pages 126 à 145, ainsi que Pierre-Marie Cambier, Héraldique vivante, famille Cambier, dans Le Parchemin, 1997, pages 1 à 39
  17. Javier Castillo Fernández, Los Mármol, un linaje de origen converso al servicio de la Monarquía española (siglos XV-XVIII), Historia y Genealogía Nº4 (2014), p. 193-234 et José Manuel Castellano Oñate, 40 Linajes Madrileños, Real Academia Matritense de Heráldica y Genealogia et Real Cuerpo de la Nobleza de Madrid, 2017, p. 167-174
  18. Roland Iweins d'Eeckhoutte, Iweins, 1440-2000 : Généalogie, histoire familiale, mémoire d'une région, Bruxelles, , 829 p. (lire en ligne), livre publié à l'occasion du tricentenaire du décès d'Adrien Iweins, dit le Jeune 1640-1700 dernier ancêtre commun à tous les Iweins, ce livre a reçu le Prix Prince Alexandre de Mérode 2000 par la Fédération Généalogique et Héraldique de Belgique.
  19. Charles Emmanuel Joseph Poplimont, La Belgique héraldique : recueil historique, chronologique, généalogique et biographique complet de toutes les maisons nobles, reconnues de la Belgique. Vol. 9, 1867, p. 353
  20. Pierre de Tienne, L'intermédiaire des généalogistes n°372 - Éléments pour une généalogie van Goidsenhoven, juin 2007, pp. 292 à 299.
  21. (Waillet et Ponthoz). Voir: François-Xavier van der Straten-Waillet
  22. Page Wikipédia en néerlandais sur les de Mahieu.
  23. Jean de Witte (évêque), dominicain, nommé évêque de Cuba en 1528 sous Charles-Quint. Luc Devliegher, Les maisons à Bruges page 86, chez Pierre Mardaga, Liège, 1975. Voir général-baron Léon de Witte de Haelen
  24. ainsi que la branche Helbig de Balzac
  25. Famille dont le premier ancêtre connu est Merten de Wever fils de feu Joes (1598), né vers 1558 et mort à Lombeek-Sainte-Catherine en 1627 et qui est reconnu comme maisnier le 11 janvier 1575, résidant dans ce même village proche de Ternat. De lui descendent en ligne directe le professeur d'Histoire Bruno De Wever et son frère l'homme politique Bart De Wever. Leur généalogie est attestée par la Genootschap van Meiseniers uit het land van Grimbergen, et est publiée sous le lien [1].
  26. Gaspard Maigret de Priches, La famille Maigret, Maigret de Priches, histoire et généalogie, 1958 et Parch. 2013, 426-452.
  27.  : Notice génalogique concernant la famille de Knyff par le baron de Herckenrode dans Complément au nobiliaire des Pays-Bas et du comté de Bourgogne, pp. 75 à 82, Gand, 1862.
  28. Famille Thomaes dite de la châtellenie d'Audenarde, qui descend de Marcus (ou Marc) Thomaes (ou Thomas), né vers 1540, dont le fils Pauwel (ou Paulus, Paul) Thomaes, né vers 1565, eut de sa femme Maria Ziels, son premier enfant baptisé le 23 novembre 1594 à Huysse, où il fut recensé en 1600 au lieu-dit la Keithulle (Keitel). La généalogie de cette famille n'a pas encore fait l'objet d'une publication "en papier" mais seulement d'une publication électronique par l'Historien et archiviste Rafaël (Raf) van der Donckt : [2]. A cette famille appartient l'industriel renaisien Oscar Thomaes (Gand 1867 - Renaix 1937). Il ne faut pas confondre cette famille Thomaes avec la famille homonyme (1596) avec laquelle aucun lien n'a été encore trouvé.
  29. Prof. Dr. Carl B.A.J. Puylaert, Een legendarisch man : De Rijke Thomaes, dans Vlaamse Stam, 2001, pp. 560 - 572. Cette famille Thomaes descend de Jaspar Thomaes, marié à Catharina de Neufville, cité de 1596 à 1603 au Christoffelpolder de Watervliet et mort le 3 mars 1626 à Waterland-Oudeman. A cette famille appartient Rudolf (dit Rudi) Thomaes (Anvers 21 août 1952 - Knokke-Heist 25 juillet 2018) qui fut anobli avec le titre de baron en 2014.
  30. Famille dont sont issus les Cornet d'Elzius (de Peissant etc.) Voir: Charles Cornet d'Elzius, Georges Cornet d'Elzius de Peissant, Christine Cornet d'Elzius
  31. En réalité 1593. Bartholomé de Werbomont, grand-père de Jacques Bartholomé de Neuville, rachète une terre le 21 avril 1593 à Richard de la Vaulx (AEL Principauté de Stavelot, œuvres é& reliefs 78, f°211 et Parch. 2007-244)
  32. Parch. 1987, 699-702.
  33. Arbre de la famille Linard sur généanet
  34. Paul De Zuttere, Famille Spaak, dans : L'Intermédiaire des Généalogistes, n°385, Bruxelles, janvier-février 2010.
  35. voir Florence Descampe
  36. À propos des origines palatines de la famille Rosman qui, avant de s'installer à Bruxelles en 1852, échoue à Vlaardingen en 1709 en tentant de rejoindre la Pennsylvanie sous l’égide d’Anne Stuart, voyez Stadsarchief Vlaardingen, Religieuze vluchtelingen uit de Pfalz stranden in Vlaardingen.
  37. Anciennes Familles de Belgique sur le site de l'Association Royale Office Généalogique et Héraldique de Belgique.

Remarque : Les Janssens (Langdorp) 1776 cité dans l'ouvrage sont en réalité les Janssens, olim JANS, Langdorp den Savel, dont la généalogie remonte avant 1630 (1585) et certains ancêtres sont déjà cités dans les recensements de 1525 et 1575.

- autres : https://gw.geneanet.org/jclaude10_w?lang=fr [archive]