Henriette de France (1727-1752)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Henriette de France.
Henriette- Anne de France
Description de cette image, également commentée ci-après
Madame Henriette par Nattier (1751)
Biographie
Dynastie Maison de Bourbon
Nom de naissance Anne-Henriette de France
Surnom Madame Seconde
Madame Henriette
Madame
Naissance
Versailles (France)
Décès (à 24 ans)
Versailles (France)
Sépulture Nécropole de Saint-Denis
Père Louis XV
Mère Marie Leszczyńska

Signature

Signature de Henriette- Anne de France

Description de l'image Princess of France.svg.
Acte de baptême 1737

Anne-Henriette de France (ou Henriette Anne) (née le à Versailles, morte le à Versailles), est une des nombreuses filles du roi Louis XV de France et de la reine née Marie Leszczynska. Elle est la sœur jumelle d'Élisabeth (1727-1759), qui, état considérée comme l'aînée épousa l'infant Philippe d'Espagne (bientôt duc de Parme). Elle se signala par sa douceur et ses qualités de cœur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Une naissance attendue[modifier | modifier le code]

Succédant à son arrière-grand-père Louis XIV dont le règne brillant fut un des plus longs que l'histoire ait connus, le roi Louis XV, orphelin de bonne heure, était âgé de 5 ans et six mois lors de son avènement. Son oncle et plus proche parent mâle étant le roi d'Espagne, Philippe V, la régence fut assumée par un de leurs cousins, Philippe d'Orléans, duc d'Orléans. Sacré en octobre 1722 à Reims, le jeune roi Louis XV fut déclaré majeur en février 1723. Il confia le pouvoir à l'ex-régent qui mourut en décembre de la même année. A peine âgé de 13 ans, le roi orphelin confia le pouvoir à un autre de ses cousins, Louis-Henri de Bourbon, duc de Bourbon. Celui-ci, gouverné par sa mère et surtout sa maîtresse, se posait en rival des Orléans et chaque maladie du jeune roi le mettait en transe. En 1724, la duchesse douairière d'Orléans, dans l'expectative de la mort du roi adolescent et convoitant le trône pour son propre fils maria ce dernier prestement. En février 1725, le roi qui venait de fêter son quinzième anniversaire, se trouva une fois encore malade. La puberté le tourmentait. Le duc de Bourbon n'hésita plus.

Tabatière commémorative du mariage royal

Il voulut marier le roi afin de contrecarrer les partisans du jeune duc d'Orléans qui avait trouvé en son épouse l'amour de sa vie. Le but était de donner au plus vite une descendance à la branche aînée de la maison de Bourbon décimée par les maladies et les accidents entre 1711 et 1715. Cependant, le duc de Bourbon n'élit pas une princesse issue des grandes dynasties catholiques européennes régnantes. Sa maîtresse, craignant l'influence que pourrait prendre sur le jeune souverain une épouse digne de son rang, choisit une princesse en exil, vieille fille d'un roi de Pologne fantoche imposé par la Suède puis chassé par les Russes et les Autrichiens quinze ans plus tôt et vivant au fin fond de l'Alsace des quelques subsides que lui octroyait la monarchie française : Marie Leszczyńska, qui avait sept ans de plus que son futur époux et était une princesse inoffensive, ne connaissant rien à la vie de cour. La maîtresse du duc calculait que, par reconnaissance, la nouvelle reine lui serait totalement soumise. Cependant, dès l'année suivante, le duc, particulièrement impopulaire, perdait la confiance du roi, se trouvait disgracié, séparé de sa maîtresse - exilée par ailleurs - et reclus dans un de ses châteaux tandis que sa maîtresse trouvait une mort prématurée. La jeune reine, qui avait voulu s'entremettre, s'y prit si mal qu'elle perdit à jamais l'influence politique qu'elle aurait pu avoir sur son mari. Néanmoins, le roi gardait son affection à son épouse qui conservait sa mission de mère du futur héritier.

Coup-double[modifier | modifier le code]

Louise-Elisabeth et Henriette de France (Pierre Gobert, 1737).

Le premier accouchement de la reine était donc très attendu. Mais à la place du dauphin espéré, ce furent deux princesses qui virent le jour. La surprise et la déception furent grandes et les ragots commençaient à fuser quand le roi, heureux père de 17 ans, s'exclama joyeusement « on me disait impuissant et j'ai fait coup double » et il demanda à haute voix à la reine de donner rendez-vous à son accoucheur pour l'année suivante.

Venue au jour après sa sœur, Madame Henriette fut considérée comme fille puinée nommée Madame Seconde avant son baptême[1] à Versailles le 27 avril 1737 puis Madame Henriette puis uniquement Madame pour souligner le fait qu'après le mariage de sa sœur jumelle, elle était l'aînée des filles du roi (1739) encore célibataire. Son parrain fut le prince de Condé et sa marraine Mademoiselle de Charolais.

D'un caractère réservé et doux, elle fut la fille préférée du couple royal.

Une famille nombreuse[modifier | modifier le code]

La reine et son fils, le Dauphin (1730)

L'année suivante, une autre fille vint au monde (qui ne vécut que 5 ans) mais en 1729 naquit enfin le dauphin tant espéré. En 1730, un petit duc d'Anjou prit le second rang dans la succession royale mais le rendit après trois ans d'existence. De 1732 à 1737 cinq filles se succédèrent.

En 1738, une fausse-couche obligea les médecins à déclarer à la reine qu'une onzième grossesse lui serait fatale. Sans rien oser dire, la reine ferma sa porte au roi qui, devenu jeune homme tandis que la reine devenait une vieille femme, commença la carrière d'adultère qui le rendit si impopulaire.

Le cardinal de Fleury qui tenait les fonctions de premier ministre convainquit alors le roi qui l'aimait comme un père de confier l'éducation de ses filles au plus prestigieux couvent de France, l'abbaye de Fontevrault dont l'abbesse était toujours une dame de la plus haute noblesse : si les jumelles étaient dispensées du voyage (on songeait déjà à marier l'aînée), la pétillante Madame Adélaïde, du haut de ses six ans, sut au dernier moment attendrir son père et resta à Versailles avec ses aînées et son frère tandis que les cadettes, Victoire, 5 ans, Sophie-Philippine, 4 ans, Thérèse, 2 ans et Louise, 1 ans, quittèrent la cour pour un lieu moins corrompu.

Madame Henriette passa les dernières années de son enfance à la cour de Versailles avec sa sœur jumelle Élisabeth, leur cadette Adélaïde et leur unique frère, le dauphin Louis.

L'ombre de l'Espagne[modifier | modifier le code]

Louis XV de France, grand-père à 31 ans

L'année suivante, Élisabeth, "Madame", fut mariée à l'infant Philippe d'Espagne, troisième fils du roi Philippe V d'Espagne. Il s'agissait de consolider l'union entre les branches française et espagnole de la maison de Bourbon. Les souverains Espagnols avaient été humiliés par la rupture des fiançailles de Louis XV avec l'infante Marie-Anne en 1725. En signe de réconciliation, le dauphin était promis à l'infante Marie-Thérèse et "Madame" devait épouser l'infant Philippe, troisième fils du roi. Le mariage n'était guère brillant pour la fille aînée du plus puissant roi d'Europe l'infant, troisième dans l'ordre de succession n'était pas appelé à ceindre la couronne. La princesse devrait laisser la pas à ses belle-soeurs , une infante de Portugal et une duchesse de Saxe, princesses issues de dynasties moins prestigieuses sans parler de sa belle-mère, née princesse de Parme. Fière de son sang, la toute jeune princesse - à peine 12 ans - vécut douloureusement cette relégation.

La séparation des trois enfants aînés du roi fut déchirante. "Hélas, c'est pour toujours !" se lamentait le Dauphin. En 1741, la jeune infante d'Espagne donna une fille à son mari qui combattait en Italie pendant la Guerre de succession d'Autriche. Louis XV devenait grand-père. Il avait 31 ans.

Histoires de famille[modifier | modifier le code]

Devenue la fille aînée du roi résidant à la cour, Madame Henriette ne fut plus appelée désormais selon le protocole que "Madame".

À la différence de sa sœur, elle ne fut jamais mariée, ni même fiancée.

L'amour impossible[modifier | modifier le code]

Madame Henriette jouant de la basse de viole par Nattier (posthume,1754)

On lui prêta une idylle avec son cousin le duc de Chartres. Le roi, qui posa d'abord sur cette idylle un regard bienveillant, dut finalement, pour des raisons diplomatiques, s'opposer à ce mariage qui aurait trop élevé le futur chef de cette branche cadette de la maison de France et aurait indisposé le roi d'Espagne, plus proche successeur du roi au cas où le dauphin Louis mourût sans descendance mâle survivante (1743).

La musique avant tout[modifier | modifier le code]

Comme son frère et ses sœurs (qui revinrent à la cour entre 1748 et 1750, une fois leur éducation terminée), Madame Henriette se passionna pour la musique. En témoigne le célèbre portrait de Jean-Marc Nattier, Madame Henriette jouant de la basse de viole, instrument qu'elle étudia avec Jean-Baptiste Forqueray

On célébra en 1745 le mariage convenu du Dauphin âgé de 15 ans avec l'infante d'Espagne qui en avait 18. Au cours des fêtes qui suivirent le rencontra la châtelaine d'Etiolles. Charmante jeune femme du monde de la finance. Le roi en fit sa maîtresse et, pour qu'elle pût être présentée à la cour et y tenir une charge la titra marquise de Pompadour. La reine se résigna à la présence de cette quatrième favorite royale qui, à la différence des trois premières issues de la Haute Noblesse, la traitait avec respect et ménagement.

Maman Putain[modifier | modifier le code]

Madame, son frère le dauphin Louis, sa belle-soeur la Dauphine et leur soeur cadette Madame Adélaïde, dans la fougue de leur jeunesse, formait un groupe uni qui, par amour pour leur mère, s'opposa à Madame de Pompadour qu'ils appelaient en privé « Maman Putain ».

La grande sœur et la triste Pepa[modifier | modifier le code]

Le dauphin (1747)
Marie-Josèphe de Saxe

Marié à 16 ans, père et veuf à 17, le dauphin, inconsolable de la mort de sa première épouse morte en couches à l'âge de 20 ans en 1746, fut pourtant remarié au plus tôt.

Après une Espagnole, on choisit pour des raisons toutes diplomatiques une princesse de la lointaine Allemagne orientale dont le père régnait sur la Pologne, Marie-Josèphe de Saxe. Le dauphin fut si contristé de cette union qui lui était imposée que l'on compara la nuit de noces à un sacrifice. Il battit froid à sa jeune épouse qui faisait tout son possible pour lui plaire et se morfondait dans son impuissance. Quant à la reine, elle ne considérait pas d'un œil favorable, cette jeune princesse issue de la Maison qui avait chassé son père de son trône et de son pays.

Jeune et intelligente, pieuse et généreuse, la nouvelle Dauphine sut rapidement conquérir les cœurs de cette famille royale meurtrie et divisée par l'adultère de son chef.

En 1748 mourut la petite princesse que le dauphin avait eue de sa première épouse et Marie-Josèphe pleura sincèrement la fille de sa rivale d'outre-tombe.

Madame, qui ne se consolait pas de son histoire d'amour avortée, se prit d'affection pour cette jeune belle-sœur intelligente et pleine de tact et, avec succès, s'employa à faire changer les sentiments de son frère. Le couple delphinal fut un des couples princiers les plus unis de l'histoire de France et eut une nombreuse descendance et après la naissance d'une fille en 1750, la dauphine conforta la continuité de la dynastie en mettant au monde un petit duc de Bourgogne en 1751.

.

Le châtiment divin[modifier | modifier le code]

Madame décéda prématurément le , à seulement 24 ans : la petite vérole emporta la fille favorite de Louis XV, après une existence solitaire et effacée.

La famille royale fut très affectée par la mort de la princesse. Madame Adélaïde, la sœur suivante, fut à son tour appelée Madame par le protocole.

Le roi commençait à être impopulaire et le peuple prétendit que la mort de sa fille préférée était un châtiment que le Ciel envoyait au roi adultère.

Ascendance[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. AD 78, registre des baptêmes de la paroisse Notre-Dame de Versailles, année 1737, vue 27/76

L'an mil sept cent trente sept le vingt septième d'avril Anne Henriette fille de très haut et très excellent et très puissant Prince Louis quinze par la grâce de Dieu Roy de France et de Navarre et de très haute très excellente et très puissante Dame Marie Princesse de Pologne son épouse, née et ondoyée le quatorze du mois d'aout mil sept cent vingt sept par messire Henry Hubert de Couravel de Pesé conseiller aumônier du Roy abbé de Beaupré, a reçu les cérémonies du baptême par haut et puissant Prince de Strasbourg monseigneur Armand Gaston de Rohan cardinal et grand aumônier de France, en présence de nous curé soussigné, le parrain a été très haut et puissant Prince monseigneur Louis Henry de Bourbon Prince de Condé duc de Bourbon Prince du sang, et la marraine très haute et puissante Princesse mademoiselle Louise Anne de Bourbon, Princesse du sang, qui ont signé. Le Roy et la Reine présents qui ont bien voulu signer.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :