Élections territoriales de 2012 à Wallis-et-Futuna

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Des élections territoriales ont lieu le à Wallis et Futuna, collectivité d'outre-mer de la République française.

Présentation[modifier | modifier le code]

Il s'agit de renouveler les vingt membres de l'Assemblée territoriale, élus au suffrage universel direct par les citoyens du territoire. Wallis élit treize représentants, et Futuna, sept. L'Assemblée « délibère sur les affaires de l'archipel et vote le budget »[1].

La précédente élection, en 2007, avait conféré douze sièges à une majorité de coalition composée de la droite (notamment de l'UMP) et du centre. La vie politique de la collectivité se distingue de celle de la France métropolitaine ; si certains partis de métropole (tels l'UMP ou le parti socialiste) y sont bien présents, « le choix des électeurs répond surtout à des liens familiaux et coutumiers »[1]. Selon la chaîne Wallis et Futuna 1re, « [l]es étiquettes politiques métropolitaines [y] ont peu de sens [...]. Ici, pas de tracts ou de slogans idéologiques. La campagne s’organise essentiellement avec des réunions le soir dans les villages, autour d’un kava »[2].

Les principales préoccupations exprimées par les électeurs pendant la campagne comprennent « la vie chère, l'économie qui ne décolle pas et l'exode massif des forces vives vers la Nouvelle-Calédonie et la Métropole ». Le taux de participation atteint 85,95 %, soit près de 7 650 des 8 897 inscrits. À l'annonce des résultats, « compte tenu de la diversité des listes, il était prématuré de dire quelle sera[it] la prochaine majorité »[1].

C'est finalement une majorité favorable à la gauche qui se dessine dans la nouvelle assemblée ; début avril, celle-ci élit Vetelino Nau à sa présidence. Il est le premier socialiste à occuper ce poste[3].

Élus[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Île de Wallis (13 conseillers territoriaux) :

  • Circonscription électorale de Mua (6 conseillers territoriaux) :
    • Mireille Laufilitoga (liste Vaka Fo'ou ou « Nouvelle pirogue »)
    • Mme Yannick Feleu (liste Faka'amu tu'u ma'u kite lelei o Uvea mo Futuna)
    • Munipoese Muliakaaka (liste Fakatahi La kae tou Ma'uli ou « Union pour la vie »)
    • Bernard Taufana (liste Pe'e ke manatu'i au afea ta ma'uli vaevae la)
    • Émile Selui (liste Vaka Fo'ou ou « Nouvelle pirogue »)
    • Eselone Ikai (liste Laga Fenua ou « Construire le pays »)
  • Circonscription électorale de Hahake (4 conseillers territoriaux) :
    • David Vergé (liste Gaue fakatahi kihe apogipogi lelei ou « Travailler ensemble à un bon avenir »)
    • Mikaele Kulimoetoke (liste Ta'ofi ki'Uvea ou « Retenir à Wallis »)
    • Patalione Kanimoa(liste UMP - Taofi ke mau pea sio mamao)
    • Petelo Hanisi (liste Haofaki tou Fenua ou « Bataille pour sauver le pays »)
  • Circonscription électorale de Hihifo (3 conseillers territoriaux) :
    • Sosefo Suve (liste Tau mau lelei ou « Bonne bataille intelligente »)
    • Nivaleta Iloai (dissidente de l'USPWF, liste Fakatahiaga O Hihifo ou « Union pour Hihifo »)
    • Atoloto Kolokilagi (liste Vaka Afea - UMP, ou « Ancienne pirogue - UMP)

Île de Futuna (7 conseillers territoriaux) :

  • Circonscription électorale de Sigave (3 conseillers territoriaux) :
    • Petelo Falelavaki (dissident de l'USPWF, liste Moko moko alo tagata taukele ou « Bataille d'une homme frais d'Alo »)
    • Savelina Vea (liste Alofa maoki ki lou Fenua ou « Aimer la vérité dans le pays »)
    • Pasikale Niutoua « Moetoto » (liste Fetokoi'aki ou « S'entraider »)
  • Circonscription électorale de Alo (4 conseillers territoriaux) :
    • Vetelino Nau (liste UPWF)
    • Sosefo Motuku (liste Lou Fenua ou « Ton pays »)
    • Toma Akino Savea (liste Fakatasi kile laga olo tatou Fenua ou « Ensemble pour la construction du pays »)
    • Frédéric Baudry (liste « Travail et partage »)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]