Élections législatives marocaines de 2016

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Élections législatives marocaines de 2016
395 sièges à la Chambre des représentants
Corps électoral et résultats
Population 33 848 242
Inscrits 15 702 592
Participation
42,29 %[1]  −3,1
Durée de campagne 24 septembre-6 octobre 2016
Abdelilah Benkirane 2014-08-05.jpg Parti de la justice et du développement – Abdel-Ilah Benkiran
Voix 1 618 963
27,88 %
 +0,8
Sièges obtenus 125  +18
Pas d'image disponible.svg Parti authenticité et modernité – Ilyas El Omari
Voix 1 216 552
20,95 %
 +9,1
Sièges obtenus 102  +55
Pas d'image disponible.svg Parti de l'Istiqlal – Abdelhamid Chabat
Voix 620 041
10,68 %
 −4,5
Sièges obtenus 46  −14
Mezwar cr.jpg Rassemblement national des indépendants – Salaheddine Mezouar
Voix 544 118
9,37 %
 −3,8
Sièges obtenus 37  −15
Driss-lachguar.jpg Union socialiste des forces populaires – Driss Lachgar
Voix 359 600
6,19 %
 −3,7
Sièges obtenus 20  −19
Représentation des partis au sein de la chambre basse
Diagramme
  •      PJD (125)
  •      PAM (102)
  •      PI (46)
  •      RNI (37)
  •      MP (27)
  •      USFP (20)
  •      UC (19)
  •      PPS (12)
  •      MDS (3)
  •      FGD (2)
  •      PUD (1)
  •      PGV (1)
Gouvernement
Sortant Élu
Benkiran
PJD, RNI, MP, PPS
El Othmani
PJD, RNI, MP, USFP, UC, PPS
Commission électorale du Maroc

Les élections législatives de 2016 au Maroc ont eu lieu le [2]. La campagne électorale s'est déroulée entre les 24 septembre et 6 octobre[3].

La campagne électorale a été marquée par de fortes tensions entre le Makhzen et les partis politiques dénonçant publiquement une forme d'autoritarisme (tahakoum). En réponse, Mohammed VI critique Abdelilah Benkiran dans un discours télévisé et le ministre de l'intérieur interdit l'organisation et la diffusion de sondages politiques [4].

Le ministre Nabil Benabdellah dénonce dans une conférence le lien entre Fouad Ali Himma et le PAM ce qui vaut d’être réprimandé par un communiqué public du cabinet royal [5],[6].

Contexte[modifier | modifier le code]

Principaux partis en lice[modifier | modifier le code]

Campagne[modifier | modifier le code]

Réglementation et mode de scrutin[modifier | modifier le code]

Mode de scrutin[modifier | modifier le code]

Le mode de scrutin des législatives marocaines pour élire les 305 députés dans les circonscriptions locales est un scrutin majoritaire plurinominal à un tour[7].Un seuil de 3% est retenu pour faire valoir le nombre de voix obtenus.

Le nombre de candidats par circonscription varie entre 2 et 6 selon le poids démographique de la circonscription. Les grandes villes telles que Casablanca , Fès, Rabat et Marrakech sont constitués de plusieurs circonscriptions. Les autres villes voient leur frontières administratives coïncider avec celles électorales.

Les 90 députés restants sont élus parmi deux listes nationales l'une réservées pour les femmes et l'autre pour les jeunes ayant moins de 40 ans[8].

Pour les listes nationales un seuil de 3% est établi pour faire valoir les voix obtenues par tel ou tel parti.

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Le découpage du territoire a donné 92 circonscriptions électorales.

Déroulement du scrutin[modifier | modifier le code]

Dépôt des candidatures[modifier | modifier le code]

Statistiques[modifier | modifier le code]

Les inscrits en listes électorales sont au nombre de 15 702 592 citoyens. Ils sont appelés à voter 395 députés parmi 6 992 candidats qui se répartissent sur 1 385 listes de circonscriptions et 25 listes nationales[9].

Résultats[modifier | modifier le code]

D'après plusieurs médias nationaux, le taux de participation avoisine les 43 %.

Lors d'une conférence de presse au petit matin du samedi 8 octobre 2016, Mohamed Hassad, le ministre de l’Intérieur, a donné les résultats partiels plaçant le PJD vainqueur de ces élections avec 99 sièges parmi les 305 sièges de circonscription, suivi du PAM avec 80 sièges. Le Parti de l'Istiqlal est placé troisième avec 31 sièges, le RNI quatrième avec 30 sièges[10].

Au titre des circonscriptions nationales, le Parti Justice et développement (PJD) remporte 27 sièges, selon des résultats provisoires du ministère de l’Intérieur. Le Parti authenticité et modernité (PAM) remporte quant à lui un total de 21 sièges. Le Mouvement populaire (MP) en obtient 7. Pour le reste des résultats on retrouve l’Union constitutionnelles (UC) avec 4 sièges au niveau national, l'Union socialiste des forces populaires (USFP) qui remporte 6 sièges, l'Istiqlal 11 sièges, le RNI 9 sièges, le PPS : 5 sièges. Les autres partis participants n'obtiennent pas de sièges au niveau des listes nationales[11].

Tableau récapitulatif[modifier | modifier le code]

Parti Listes locales Liste nationale Total Évolution
(Législatives 2011)
Voix % Sièges Voix % Sièges
  Parti de la justice et du développement (PJD) 1 571 659 27,14 % 98 1 618 963 27,88 % 27 125 en augmentation +18
  Parti authenticité et modernité (PAM) 1 205 444 20,82 % 81 1 216 552 20,95 % 21 102 en augmentation +55
  Parti de l'Istiqlal (PI) 621 280 10,73 % 35 620 041 10,68 % 11 46 en diminution -14
  Rassemblement national des indépendants (RNI) 558 875 9,65 % 28 544 118 9,37 % 9 37 en diminution -15
  Mouvement populaire (MP) 409 085 7,06 % 20 397 085 6,84 % 7 27 en diminution -5
  Union socialiste des forces populaires (USFP) 367 622 6,35 % 14 359 600 6,19 % 6 20 en diminution -19
  Union constitutionnelle (UC) 268 813 4,64 % 15 263 720 4,54 % 4 19 en diminution -4
  Parti du progrès et du socialisme (PPS) 279 226 4,82 % 7 273 800 4,72 % 5 12 en diminution -6
  Mouvement démocratique et social (MDS) 74 472 1,29 % 3 77 630 1,34 % 0 3 en augmentation +1
  Fédération de la gauche démocratique (FGD) 139 793 2,41 % 2 164 575 2,83 % 0 2 en augmentation +2
  Parti de l'unité et de la démocratie (PUD) 20 240 0,35 % 1 23 574 0,41 % 0 1 stagnation 0
  Parti de la gauche verte (PGV) 13 389 0,23 % 1 0 1 stagnation 0
  Total (taux de participation 42,29 %) 100% 305 100% 90 395

Résultats par zones géographiques[modifier | modifier le code]

Numéro Préfecture ou province Nom de la circonscription Nombre de sièges Nombre de listes candidates Noms des candidats élus (appartenance politique)[12]
Rabat-Salé-Kénitra
1 Rabat Rabat Océan 4 18[13] Omar Balafrej (FGD)
Mohamed Sadiki (PJD)
Abdellatif Ben Yacoub (PJD)
Abdelfetah El Aouni (PAM)
2 Rabat Rabat Chellah 3 18[13] Slimane EL Amrani (PJD)
Abderrahim Lakraa (PJD)
Ibrahim Joumani (PAM)
3 Salé Salé Médina 4 - Abdel-Ilah Benkiran (PJD)
Noureddine Lazrek (RNI)
Jamaa El Moatassim (PJD)
Rachid El Abdi (PAM)
4 Salé Salé El Jadida 3 - Abdelkader Amara (PJD)
Youssef Gharbi (PJD)
Mohamed Benattia (PAM)
5 Skhirat-Témara - 4 - Mouh Redjali (PJD)
Abdelaziz El Aid (PJD)
Hassan Arif (UC)
Mohamed Hilali (PAM)
6 Khemisset Khémisset Oulmès 3 - Mohamed Chrourou (PAM)
Mohamed Lahmouch (MP)
Lahbib El Houssaini (PPS)
7 Khemisset Tiflet Rommani 3 - Rahou El Hilaa (PAM)
Abdessamad Archane (MDS)
Hassan Filali (RNI)
48 Kénitra Kénitra 4 - Abdelaziz Rabbah (PJD)
Mustapha Ibrahimi (PJD)
Faouzi Chaâbi (PAM)
Bouselham Dich (RNI)
49 Kénitra Gharb 3 - Belassal Chaoui (UC)
Jaouad Gharib (RNI)
Sidi Hassan Bahraoui (PJD)
50 Sidi Kacem - 5 - Ahmed El Ghazoui (PPS)
Saad Bouzaroual (PAM)
Mohamed El Hafed (PI)
Ahmed El Haiki (PJD)
Abderrahmane El Harfi (UC)
51 Sidi Slimane - 3 - Mohammed El Hefiani (PJD)
Abdelouahed Radi (USFP)
Yassine Radi (UC)
Casablanca-Settat
8 Casablanca-Anfa Casablanca-Anfa 4 - Abdessamad El Haiker (PJD)
Abdelhak Najihi (PJD)
Said Naciri (PAM)
Mustapha Chenaoui (FGD/PSU)
9 Al Fida Mers-Sultan - 3 - Jawad Iraki (PJD)
El Fatmi Ramid (PJD)
Mohamed Touimi Benjeloun (PAM)
10 Aïn-Sebaâ-Hay Mohammadi - 4 15[14] Abdelaziz El Omari (PJD)
Nezha El Ouafi (PJD)
Adil El Baytar (PAM)
Hassan Benomar (RNI)
11 Hay Hassani - 3 - Amina Maelainin (PJD)

Ahmed Jeddar (PJD)
Abdelkader Boudraa (PAM)

12 Aïn Chock - 3 20[15] Rachid Qabil (PJD)
Abdellatif Naciri (PJD)
Abdelhak Chafik (PAM)
13 Sidi Bernoussi - 3 - Mohamed Yatim (PJD)
Abdelmajid Ait Laadila (PJD)
Ahmed Brija (PAM)
14 Ben M'sik - 3 - Abdelmajid Joubij (PJD)
Mohamed Joudar (UC)
Tawfik Kamil (RNI)
15 Moulay Rachid - 3 16 Mustapha El Hayya (PJD)
Mohammed Mâayet(PJD)
Mohammed Ajbeyl (PAM)
16 Nouaceur - 3 - Abdelkarim Choukri (PAM)
Noureddine Rafik (PI)
Rachid Abdellatif (PJD)
17 Mediouna - 2 - Hachim Aine Chafik (UC)
Salaheddine Aboulghali (PAM)
18 Mohammedia - 3 - Saâdeddine El Othmani (PJD)
Said Tadlaoui (MP)
Tahar Bimzagh (PAM)[16]
79 El Jadida - 6 - Abdelhakim Sajda (PAM)
Mohamed Zahraoui (USFP)
Mbarek Tarmounia (PI)
Abou Zaid Makri Idrissi (PJD)
Redouan Mouhadab (UC)
Mustapha Mkhantar (MP)
80 Sidi Bennour - 4 - Mustapha El Khalfi (PJD)
Bouchaib Ammar (PAM)
Abdelghani Lakhdad (PAM)
Abdelkader Kandil (RNI)
82 Settat - 6 - Hassan Al Haris (PJD)
Hicham Harrami (PAM)
Abdellatif Mirdas (UC)
Rachid Bahloul (USFP)
Said Nmili (PPS)
Abdallah Abou Faris (PI)
84 Benslimane - 3 - Hassan Oukacha (RNI)
Mohamed Karmin (PI)
Mohamed Benjelloul (PJD)
85 Berrechid - 4 - Zine EL Abidine Houass (PI)
Mohamed Bouchnif (PJD)
Noureddine Baydi (PAM)
Saber El Kyaf (RNI)
Souss-Massa [17]
19 Agadir Ida-Outanane - 4 14 Hamid Ouahbi (PAM)
Saleh El Malouki (PJD)
Ismaïl Choukri (PJD)
Abdellah Messaoudi (RNI)
20 Inezgane-Aït Melloul - 3 13 Bouchra Ramdane (PJD)
Ahmed Adrak (PJD)
Mohamed Ghanem (PAM)
21 Chtouka-Aït Baha - 3 11 Mohamed Lachgar (PJD)
Said Dour (PAM)
Lahoucine Azougagh (PI)
22 Taroudant Taroudant-Nord 3 14 Hamid EL Bahja (RNI)
El Kordi Mustapha (PJD)
Abdellatif Ouahbi (PAM)
23 Taroudant Taroudant-Sud 4 14 Mohamed Ourich (PJD)
Abdeljalil Masskine (PJD)
Ali Kayouh (PI)
Mohamed Boudlal (RNI)
24 Tiznit - 2 14 Ibrahim Boughden (PJD)
Abdellah El Ghazi (RNI)
44 Tata - 2 13 Mustapha Tadoumante (RNI)
El Houcein Bouzihay (PI)
Drâa-Tafilalet
25 Ouarzazate - 3 - Ismail Lamaui (PAM)
Said Essadek (PJD)
Essaid Ameskane (MP)
26 Zagora - 3 - Jaouad Naciri (PAM)
Lahcen Ouaara (PJD)
Hmad Ait Baha (RNI)
27 Tinghir - 3 - Hassan Bouarkalen (PAM)
Ahmed Sadki (PJD)
Addi Khezzou (RNI)
67 Errachidia - 5 - Addi Bouarfa (PAM)
Abdellah Hanaoui (PJD)
Mustapha El Amari (RNI)
Mohammed Belhassan (PI)
Omar Ouddi (PGVM)
68 Midelt - 3 - Redouane Ghanem (PAM)
Omar Hmine (PJD)
Said Chbaatou (RNI)
Béni Mellal-Khénifra [18]
34 Beni Mellal - 6 18 Lahcen Daoudi (PJD)
Mohamed Marzouk (PJD)
Khalid El Mansouri (PAM)
Halim Fouad (PAM)
Abderrahmane Khair (PI)
Hamid Ibrahimi (MP)
83 Khouribga - 6 25 Lahcen Haddad (PI)
Habib El Malki (USFP)
Abderrahim Atmoune (PAM)
Charki Ghalmi (PJD)
Mohamed Zegrani (UC)
Hamid Archi (RNI)
35 Azilal Bzou-Ouazizght 3 18 Mustapha Reddad (RNI)
Badr Touami (PAM)
Mouloud Berkayou (UC)
36 Azilal Azilal-Demnate 3 14 Abderrazak Nait Abdou (PUD)
Khalid Takoukine (PJD)
Ibrahim El Mouhi (PAM)
37 Fquih Ben Salah - 4 14 Mohamed Moubdii (MP)
Abdelhadi Chrika (PAM)
Cherkaoui Znaidi (USFP)
Bouabid Labida (PJD)
66 Khénifra - 3 - Nabil Sabri (USFP)
Lahcen Ait Achou (MP)
Salah Oughbal (PI)
Fès-Meknès [19],[20]
38 Fès Fès-Sud 4 19 Driss El Azami El Idrissi (PJD)
Mohammed El Harti (PJD)
Rachid El Fayeq (RNI)
Allal El Amraoui (PI)
39 Fès Fès-Nord 4 18 Omar Fassi-Fihri (PJD)
Abdelouahed Bouharcha (PJD)
Abdelhamid Chabat (PI)
Aziz Ellabbar (PAM)
40 Moulay Yaâcoub - 2 14 Jawad Dwahi (PAM)

Mohamed Yousef (PJD)

31 Taounate Taounate-Tissa 3 9 Abdellah Drissi El Bouzidi (PPS)

Mohamed Abbou (RNI)
Abdellatif El Fouiker (PAM)

32 Taounate Karia-Ghafsay 3 12 Mohamed Hjira (PAM)
Lamfadl Tahiri (PI)
Nourdine Kchibl (PJD)
40 Sefrou - 3 18 Driss Chtibi (USFP)
Driss Mskin (PJD)
Lahsen Sekouri (MP)
42 Boulemane - 3 - Mohamed Drissi (PJD)
Ahmed Shouki (PAM)
Hasan Lansar (MP)
63 Meknès - 6 22 Abdelwahd Ansari (PI)
Abdelkader Lbriki (MP)
Abdellah Bouiano (PJD)
Driss sqali Adawi (PJD)
Driss Kachal (UC)
Badr Tahiri (RNI)
64 El Hajeb - 2 15 Yousef Hadhm (PI)
Khalid Boukri (PJD)
65 Ifrane - 2 17 Ahmed Rachidi (PJD)
Mohamed Walzine (MP)
30 Taza - 5 21 Abdelouahed El Massaoudi (PAM)
Jamal El Massaoudi (PJD)
Mohamed Boudass (PI)
Aziz Kouskouss (MP)
Mohamed Amghar (MDS)
Guelmim-Oued Noun
43 Guelmim - 2 - Mohamed Lahbib Nazoumi (USFP)
Mbarka Bouaida (RNI)
45 Assa-Zag - 2 - Rachid Tamek (PAM)
Hamidi Ouayssi (USFP)
47 Tan-Tan - 2 - Salek Bouloune (PI)
Abdallah Oubarka (PAM)
28 Sidi Ifni - 2 - Mohamed Belefkih (USFP)
Omar Boumris (PJD)
Laâyoune-Sakia El Hamra
52 Lâayoune - 3 - Hamdi Ould Errachid (PI)
Mohamed Salem Joumani (PAM)
Ibrahim Daif (PJD)
53 Boujdour - 2 - Abdelaziz Abba (PI)
Abdallah Abadda (PAM)
54 Tarfaya - 2 - Abdallah Billat (PAM)
Ali Razma (PJD)
46 Es-Semara - 2 - Moulay Zoubir Habdi (PAM)
Hamad Chiguer (PI)
Dakhla-Oued Ed Dahab
69 Oued Eddahab - 2 20 Mohamed El Amine Didi (MP)
Aazouha Laarak (PJD)
70 Aousserd - 2 11 Abdelfattah El Mekki (MP)
Mohamed Boubakir (PAM)
Marrakech-Safi
55 Marrakech Medina Sidi Youssef 3 - Youness Benslimane (PJD)
Moulay Bachir Tobi (PJD)
Fatima Zahra Mansouri (PAM)
56 Marrakech Guéliz Nakhil 3 - Youness Ait El Haj Lahcen (PJD)
Jamila Afif (PAM)
Rachid Driouech (MP)
57 Marrakech Menara 3 - Larbi Belcaid (PJD)
Mohamed Toufla (PJD)
Omar Khafif (PAM)
58 Chichaoua - 4 12 [21] Hicham Lmhajri (PAM)
Haj Miloud Ait Hammou (PAM)
Hamza Essofi (PJD)
Abedelghani Janah (PI)
59 Al Haouz - 4 - Mohamed Kamal Iraqi (PAM)
Karch Mourad (PJD)
Mohamed Idmoussa (PI)
Idar Anjar (RNI)
60 El Kelâa des Sraghna - 4 - Abderrahim Ouamrou (PAM)
Abderrazak El Ouarzazi (PAM)
Aloullal Belaid (PJD)
Ahmed Toumi (PI)
61 Essaouira - 4 - Abdellatif El Aidi (PJD)
Mohamed Malal (USFP)
Said Idbaili (PPS)
Asmae Chaabi (PAM)
81 Youssoufia - 2 - Youssef Rouijel (PAM)
Miloud Mahria (PAM)
62 Rehamna - 3 - Abdeslam Bakouri (PAM)
Abdelatif Zaim (PAM)
Abd Khalid Basri (PJD)
78 Safi - 6 - Idriss Tamri (PJD)
Hassan Adili (PJD)
Mohamed Karim (PAM)
Hicham Saânane (PI)
Adil Sbai (MP)
Thami Maski (MDS)
Oriental (total de 111 listes pour l'obtention de 23 sièges[22])
71 Oujda-Angad - 4 - yousef hawar (pam)
abdelkader hadouri (pam)
abdellah hamel (pjd)
mohamed otmani (pjd)
72 Jerada - 2 - mustafa touto (pam)
yasin drou (pi)
73 Berkane - 3 - mohamed ibrahimi (pam)
mohamed bakaoui (pi)
mustafa qouri (pjd)
74 Taourirt - 2 - ibrahim jdi (pi)
mohamed nacer (uc)
75 Figuig - 3 - Driss Oukemeni (PAM)
Elkebir Kada (PI)
Mustapha Ezziti (PJD)
76 Nador - 4 - soliman holich (pam)
said rahmouni (mp)
farouq tahiri (pjd)
mustafa mansouri(rni)
77 Driouch - 3 - mohamed fadili (mp)
fouad darqawi (pam)
abdellah boukili (rni )
33 Guercif - 2 - mohamed albrnichi (pam)
ali jrawi (pi)
Tanger-Tétouan-Al Hoceïma
86 Tanger-Assilah - 5 - Mohamed Najib Boulif (PJD)[23]
Samir Abdelomoula (PJD))
Mohamed Khayi (PJD)
Fouad El Omari (PAM)
Mohammed Zemmouri (UC)
87 Fahs-Anjra - 2 - radouan anouino (pam)
souad bolaich hajroui (pjd)
88 Tétouan - 5 12 Mohamed Idaomar (PJD)[24]
Noureddine El Harrouchi (PAM)
Rachid Talbi Alami (RNI)
Mohamed El Arbi Ahnin(PPS)
Mohamed El Milahi (USFP)
89 M'diq-Fnideq - 2 - mohamed karouq (pjd)
ali amniwl (pps)
90 Larache - 4 - mohamed simo (mp)
abdelaziz alouadqi (uc)
mohamed alhamdaoui (pjd)
amal boukir (pam)
29 Hoceïma - 4 - mohamed median (pi)
mohamed alhamouti (pam)
omar zrade (pam)
mohamed alaraj (mp)
91 Chefchaouen - 4 - abderahman al omri (mp)
taoufiq almimouni (pam)
abdellah aloui (uc)
ismail baqali (pi)
92 Ouezzane - 3 - abdelaziz leshab (pi)
wiam elmharchi (pam)
mohamed ahwit (usfp)

Listes nationales féminines/ jeunes[modifier | modifier le code]

Réactions[modifier | modifier le code]

Au niveau national[modifier | modifier le code]

  • Miloudi Moukharik, syndicaliste marocain et patron de l'Union marocaine du travail a déclaré qu'il est prêt pour reprendre le dialogue social avec Abdel-Ilah Benkiran si le PJD est désigné pour mener le prochain gouvernement. Il a aussi considéré que la victoire du PJD ne constitue nullement une défaite pour son syndicat[25].
  • Driss el-Yazami, Président du Conseil national des droits de l'Homme au Maroc, et coordinateur des observateurs de ces élections a déclaré, lors d'un point de presse, qu'il y a un saut qualitatif significatif concernant "l'observation indépendante" de ces élections, malgré quelques rares irrégularités lors de la campagne et au jour du scrutin. Il a aussi déclaré qu'ils ont retenu quelques failles et agissements de fraude mais pas au point de douter de l'impartialité de l'administration et d'entacher la crédibilité du scrutin et de nier la transparence de l'opération électorale[26] [27].
  • «On est toujours dans une monarchie exécutive, déplore Omar Iarchane, secrétaire général de la jeunesse de l’association illégale Al Adl Wal Ihsane, qui avait mobilisé le plus de manifestants en 2011. Même si j’ai conscience qu’on a fait bouger les choses. Les jeunes ont en un an accompli davantage que leurs aînés en plusieurs générations. On a compris qu’on pouvait obtenir des choses dans la rue.» Les acteurs du Mouvement du 20-Février se rejoignent sur ce point : 2011 a été un déclic pour une génération. «Le mur de la peur s’est fissuré, explique Tahani Brahma, de la section française de l’Association marocaine des droits de l’homme, qui avait 18 ans en 2011. L’expression s’est libérée.»[28]

Au niveau international[modifier | modifier le code]

  • « Le gouvernement espagnol félicite le peuple ami du Maroc et ses autorités pour le déroulement exemplaire des élections législatives organisées le 7 octobre au Maroc », souligne l’exécutif espagnol dans un communiqué du ministère espagnol des Affaires étrangères et de la coopération[29].
  • Les États-Unis ont félicité le Maroc pour « son engagement continu en faveur des processus démocratiques, comme cela a été démontré durant les élections législatives du 7 octobre », a souligné le Département d’État. « Les États-Unis félicitent le Maroc pour son engagement continu en faveur des processus démocratiques, comme cela a été démontré durant les élections législatives du 7 octobre », a indiqué le Département d’État. « Nous formons le souhait de poursuivre notre partenariat avec le gouvernement et le peuple du Maroc, dans un esprit de respect mutuel et de coopération », a poursuivi la diplomatie américaine[30].
  • Bernard Lugan, historien africaniste, fondateur de la revue L'Afrique réelle, s'étonne du fait que les islamistes du PJD arrivent en tête des législatives tenues dans un pays stable tel que le Maroc, alors que dans d'autres pays arabes moins stables comme l'Égypte et la Tunisie les islamistes ont été évincés du pouvoir[31].

Saisine de la Cour constitutionnelle[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Résultats de la Commission électorale du Maroc
  2. « Élections législatives 2016: Dernier délai le 8 août pour s'inscrire sur les listes électorales », sur huffpostmaghreb.com, 8 juillet 2016.
  3. « Les élections législatives marocaines auront lieu le 7 octobre 2016 », sur huffpostmaghreb.com, 28 janvier 2016.
  4. « Législatives. Hassad interdit les sondages d’opinion », sur Telquel.ma, .
  5. « Nabil Benabdallah se fait recadrer par le cabinet royal », sur Medias24, .
  6. « Au Maroc, le palais réprimande un ministre allié aux islamistes », sur Le Monde.fr.
  7. http://ipu.org/parline-e/reports/2221_B.htm
  8. http://www.medias24.com/MAROC/NATION/POLITIQUE/165931-Legislatives-2016-mode-de-calcul-circonscriptions-parlement-sortant%E2%80%A6.html
  9. (ar) http://www.hespress.com/politique/323467.html
  10. http://www.maroc.ma/fr/actualites/legislatives-2016-le-pjd-remporte-99-sieges-et-le-pam-80-apres-depouillement-de-plus-de
  11. http://lematin.ma/journal/2016/le-pjd-toujours-en-tete-avec-125-sieges-suivi-du-pam-avec-102-sieges/255751.html
  12. « La liste officielle des 395 députés élus le 7 octobre 2016 », sur Médias24, .
  13. a et b (ar) « نبيل بنعبد الله يدلي بصوته الانتخابيّ على إيقاع الاحتجاج », sur Hespress.com,‎ .
  14. (ar) « "المصباح" يتصدر في عين السبع الحي المحمدي », sur Hespress.com,‎ .
  15. (ar) « "البيجيدي" يتصدر نتائج "اقتراع عين الشق" », sur Hespress.com,‎ .
  16. (ar)http://www.hespress.com/regions/323856.html
  17. (ar)http://www.hespress.com/regions/323610.html
  18. (ar)http://www.hespress.com/regions/323609.html
  19. (ar)http://www.hespress.com/regions/323582.html
  20. (ar)http://www.hespress.com/regions/323872.html
  21. (ar)http://www.hespress.com/regions/323855.html
  22. (ar)http://www.hespress.com/regions/323623.html
  23. (ar)http://www.hespress.com/regions/323820.html
  24. (ar)http://www.hespress.com/regions/323858.html
  25. (ar)http://www.hespress.com/societe/323917.html
  26. (ar)http://www.hespress.com/politique/323979.html
  27. http://www.romandie.com/news/Maroc-les-legislatives-ont-ete-transparentes_ROM/743210.rom
  28. « Cinq ans après le printemps marocain, les islamistes confortés aux législatives », Libération.fr,‎ (lire en ligne).
  29. http://www.infomediaire.net/news/maroc/legislatives-marocaines-madrid-parle-de-scrutin-exemplaire
  30. http://apanews.net/news/fr/article.php?id=4864968
  31. https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201610101028127066-maroc-legislatives/