Nabila Mounib

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une femme politique image illustrant marocain
Cet article est une ébauche concernant une femme politique marocaine.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nabila.
Nabila Mounib
نبيلة منيب
Nabila Mounib en septembre 2012
Nabila Mounib en septembre 2012
Fonctions
Secrétaire générale du Parti socialiste unifié
En fonction depuis le
Prédécesseur Mohamed Moujahid
Biographie
Nom de naissance Nabila Mounib
Date de naissance
Lieu de naissance Casablanca (Drapeau du Maroc Maroc)
Nationalité Marocaine
Parti politique Parti socialiste unifié
Diplômé de Université Mohammed V
Université Montpellier II
Profession Professeur des universités, Chercheur

Nabila Mounib, née en 1960 à Casablanca, est une professeure universitaire, chercheuse[1] et femme politique marocaine. Elle est l'actuelle secrétaire générale du Parti socialiste unifié (PSU)[2] et la première femme élue à la tête d'un parti politique au Maroc.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née en 1960 à Casablanca, Nabila Mounib est une femme politique marocaine affiliée au Parti socialiste unifié. Le , elle a été élue secrétaire générale de sa formation politique et devient la première femme marocaine élue à la tête d'un parti politique[3].

Elle est également professeur d'endocrinologie à l'Université Hassan II de Casablanca et secrétaire régionale du Syndicat national de l'Enseignement supérieur[4]. Elle est titulaire d'un doctorat en endocrinologie délivré par l'Université de Montpellier[5].

Action politique[modifier | modifier le code]

En 1985, alors qu'elle préparait sa thèse de doctorat en France, elle milite au sein de la jeunesse des étudiants démocrates, elle intègre ensuite l’Organisation pour les libertés d’information et d’expression (OLIE) et l'Organisation de l'action démocratique populaire (OADP) qui devient après fusion avec d'autres formations de gauche le Parti socialiste unifié[6],[7].

Lors du référendum constitutionnel de 2011, elle appelle avec son mouvement politique et l'Alliance de la gauche démocratique au boycott estimant que la constitution n'est pas démocratique vu qu'elle maintient la majeure partie des pouvoirs aux mains du souverain et n'assure pas une réelle séparation des pouvoirs. Elle appelle au boycott des législatives 2011 également.

Interrogée par le magazine marocain Telquel en novembre 2012, elle affirme que son projet à court-terme est l'unification des forces de gauche en un fédéralisme progressiste démocratique[8]. En août 2013, lors de l'éclatement de l'affaire Daniel Galvan Viña, elle est parmi les premiers à réagir, elle critique ouvertement la grâce royale et estime « que la décision de l'accorder au pédophile Daniel Galvan, est inacceptable et devrait être révoquée le plus tôt possible »[9].

Lors de la crise politique entre le Maroc et la Suède, à la suite d'un projet de loi suédois visant à reconnaître la République Sahraouie, Nabila Mounib a présidé une délégation marocaine à Stockholm, composée de partis de gauche (PSU, PPS, USFP..), entre le 4 et le 7 novembre 2015, en vue de trouver une issue à la crise[10]. En janvier 2016, la télévision publique suédoise SVT annonce que le gouvernement suédois a renoncé à son projet de reconnaître le Sahara indépendant[11].

Élections législatives de 2016[modifier | modifier le code]

Le 24 septembre 2016, elle lance la campagne électorale de la Fédération de la gauche démocratique à Marrakech avec comme slogan « Avec nous, un autre Maroc est possible »[12]. Le 7 octobre, à l'issue des élections, la FGD obtient 2 sièges au parlement[13].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'émission "kafas al ittiham" sur Kifash.tv http://www.kifache.tv/programmes/fi-kafasse-litiham/12587
  2. (fr) La Nouvelle Tribune, « Nabila Mounib, la femme qui ne mâche pas ses mots - La Nouvelle Tribune », sur Nabila Mounib, la femme qui ne mâche pas ses mots - La Nouvelle Tribune (consulté le 2 octobre 2016)
  3. L'émission "Daif Assaa" de la radio Aswat : http://www.youtube.com/watch?v=mXqpZu3dmuI
  4. « Reportage. Dans la peau de Nabila Mounib », sur Telquel.ma,‎ (consulté le 2 octobre 2016)
  5. (fr) « Nabila Mounib : son actualité sur France Inter », sur France Inter (consulté le 2 octobre 2016)
  6. (fr) La Nouvelle Tribune, « Nabila Mounib, Secrétaire générale du PSU : «Ma victoire est celle de toutes les femmes» - La Nouvelle Tribune », sur Nabila Mounib, Secrétaire générale du PSU : «Ma victoire est celle de toutes les femmes» - La Nouvelle Tribune (consulté le 2 octobre 2016)
  7. « Nabila Mounib : bientôt à la tête du PSU? » (consulté le 2 octobre 2016)
  8. « Nabila Mounib. “Pour une gauche unie” », sur Telquel.ma,‎ (consulté le 2 octobre 2016)
  9. Réaction. Nabila Mounib : il faut que la grâce de Galvan soit révoquée, goud.ma, 3 août 2013.
  10. http://www.jeuneafrique.com/mag/270972/politique/maroc-nabila-mounib-lemissaire-rouge-de-sa-majeste-au-chevet-des-relations-avec-la-suede/
  11. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/01/14/97001-20160114FILWWW00383-la-suede-renonce-a-reconnaitre-le-sahara-occidental.php
  12. « La FGD démarre sa campagne électorale à Marrakech », sur Al Huffington Post (consulté le 2 octobre 2016)
  13. « Après cinq ans de pouvoir, les islamistes remportent les élections législatives au Maroc », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)