Dollarisation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La dollarisation est l'abandon, par un pays, de sa monnaie nationale, au profit du dollar américain ou d'une monnaie liée au dollar américain. Elle prend deux formes : la dollarisation intégrale, le dollar remplace totalement la monnaie nationale ; la dollarisation partielle, avec le dollar qui maintient une parité fixe avec la monnaie nationale. La monnaie est alors étudiée comme un élément d'influence dans le rayonnement culturel des États-Unis dans le monde.

Terminologie[modifier | modifier le code]

Au sens strict, la dollarisation désigne l’abandon d’une monnaie domestique au profit du dollar américain[1].

Par analogie et pour éviter l'ambiguïté terminologique en français[2], il a été proposé en 2005 le terme de « xénomonétisation ». Le terme d'euroïsation a été introduit depuis les années 2000, et désigne l'utilisation de l'euro hors de la seule zone euro. On peut également parler, selon le cas, de dollarisation ou d'euroïsation partielle lorsque deux ou plusieurs monnaies sont utilisées conjointement sur un même territoire : Russie avec le dollar, Maghreb avec l'euro, ou des zones frontalières situées en Europe, par exemple Genève, certaines parties d'Irlande du Nord ou Gibraltar.

Impacts socio-économiques[modifier | modifier le code]

Cette évolution a des conséquences profondes pour l'économie du pays qui adopte cette politique, puisque l'État abandonne tout ou partie de sa souveraineté monétaire et donc sa capacité à ajuster les fluctuations de l'économie par sa politique monétaire et de taux de change. Il ne peut plus faire de création monétaire afin de réguler son endettement par les mécanismes d'inflation et de déflation ; il perd la capacité à dévaluer ou à réévaluer sa monnaie ; et c'est aussi une perte économique pour la perception des droits de seigneuriage inhérent à la création de monnaie par une banque centrale.

La stabilité et la force de parité de la monnaie de référence parmi les nombreuses devises internationales, avec un risque de crise de change très limité, motivent ce choix. En général, une fois un pays dollarisé, le phénomène est présenté comme difficilement réversible sinon au prix d'un changement radical de politique.

Le phénomène de dollarisation est décrié par le mouvement altermondialiste car il porte atteinte à la souveraineté des États économiquement faibles, mais présente aussi certains avantages économiques (crédibilité internationale, facilité des échanges).

Le nombre de monnaies constituant une réserve de change à l'international est restreint : le dollar américain, l'euro, la livre sterling, le yen, le franc suisse, et le rouble en font partie. Seul le yen ne sert pas de référence aux autres monnaies et n'est accepté qu'au Japon. Ces cinq monnaies précitées font l'objet d'une utilisation commerciale dans tous les pays où cela n'est pas légalement interdit : il s'agit d'une facilité et non d'une obligation au profit des touristes et entités commerciales.

Il y a « dollarisation rampante», quand, dans un pays, le pourcentage des dépôts bancaires en dollars américains s'approche ou dépasse le taux de 50 %[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'un des premiers pays a « dollarisé » son économie monétaire fut le Panama dès 1904[4]. Le Libéria, pour des raisons historiques, vivait jusqu'en 1994, sous le régime de la dollarisation à parité fixe.

Liste des économies officiellement « dollarisées » avec une autre monnaie[modifier | modifier le code]

Carte de l'utilisation mondiale du dollar américain et de l'euro:
  • États Unis d'Amérique
  • Utilisateurs extérieurs du dollar américain
  • Monnaies liées au dollar américain
  • Monnaies liées au dollar américain avec une marge de fluctuation
  • Eurozone
  • Utilisateurs extérieurs de l'euro
  • Monnaies liées à l'euro
  • Monnaies liées à l'euro avec une marge de fluctuation

Dollar américain[modifier | modifier le code]

États et aires utilisatrices du dollar américain comme monnaie officielle

États et aires utilisatrices d'une monnaie liée au dollar américain à parité fixe

Cas de l'Euro[modifier | modifier le code]

Autres unions monétaires et zones à communauté d'intérêt monétaire[modifier | modifier le code]

Nouvelle-Zélande (Dollar néo-zélandais)

Australie (Dollar australien)

Afrique du Sud (Rand)

Russie (Rouble)

Suisse (Franc suisse)

Singapour

Grande Bretagne (Livre Sterling)

Inde (Roupie)

Unions monétaires internationales existantes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Salama, La dollarisation : Essai sur la monnaie, l'industrialisation et l'endettement des pays sous-développés, La Découverte, 1989, p. 8.
  2. « La dollarisation intégrale : une option monétaire de dernier ressort pour l'Amérique latine ? » par Alexandre Minda, in: Mondes en développement, 2005/2 (no 130), pp. 16 — sur Cairn.info.
  3. Minda (2005), p. 27.
  4. Minda (2005), p. 16-17.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]