École supérieure de commerce en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
École supérieure de commerce en France
Pays France
Établissements Écoles supérieures de commerce (ESC), IAE
Sélection
Diplômes requis Baccalauréat ou Licence
Diplôme
Durée de la formation 2 ans ou 5 ans
Diplôme délivré En école supérieure de commerce :
Niveau du diplôme
au RNCP
Bac + 3 (niveau 6) ou Bac + 5 (niveau 7)
Grade Licence ou Master
Débouchés
Diplômes accessibles Master

En France, les écoles supérieures de commerce (ESC, anciennement ESCAE) sont des établissements d’enseignement supérieur généralement créées et gérées par les chambres de commerce et d’industrie (CCI), qui proposent diverses formations (initiale ou continue) de commerce et de management[1].

Ces écoles avaient le même cadre réglementaire de 1947 à 1991.

Actuellement, les diplômes des établissements d’enseignement supérieur technique privés et consulaires visés par le ministre de l'enseignement supérieur, de la recherche, de la science et de la technologie confèrent à leurs titulaires le grade de master. Cette habilitation est donnée après l’avis de la commission d’évaluation des formations et diplômes de gestion (CEFDG).

Histoire[modifier | modifier le code]

Premières écoles[modifier | modifier le code]

Comme le rappelle l’universitaire Adrien Jean-Guy Passant, les premières écoles de commerce sont apparues en Europe à la fin du dix-huitième siècle. En France, la première d’entre elles est l’Académie de Commerce de Mulhouse, ouverte en 1781[2]. Contrairement à la plupart des pays européens où l’enseignement commercial fut d’abord prodigué par l’intermédiaires des écoles polytechniques, la France offre l’originalité d’avoir développé l’enseignement commercial très tôt par l’intermédiaire des écoles de commerce[3]. L’École Supérieure de Commerce de Paris, fondée en 1819, constitue à ce jour la doyenne mondiale des écoles de commerce. Après avoir été une entreprise familiale pendant une quarantaine d’années, cette école a été rachetée par la Chambre de commerce de Paris en 1869[4]. De nombreuses autres écoles de commerce ont été ouvertes à travers l’Europe dès la première moitié du dix-neuvième siècle. Plusieurs d’entre elles prirent d’ailleurs pour modèle l’École Supérieure de Commerce de Paris[5].

À partir de 1863 est créée, à la suite d'initiatives privées souvent soutenues par les chambres de commerce une première vague d’écoles supérieures à Paris création de l'ECCIP (École commerciale de la chambre de commerce et d'industrie de Paris), à Mulhouse (1866 fermée en 1872), à Rouen et au Havre (1871), à Lyon et à Marseille (1872), à Bordeaux (1874), ainsi que l’école des hautes études commerciales (HEC) à Paris (1881). Ces huit écoles sont reconnues par l’État par décret du . Un concours d’entrée est alors institué. Une deuxième vague suit avec la création des écoles supérieures de commerce de Lille (1872, fermée en 1881, recréée en 1892), Montpellier (1897), Nancy (1897, fermera en 1939[6]), Dijon, Nantes, Alger (1900), Toulouse (1903), l’Institut commercial de Nancy (1905), l’EDHEC (1906, Privée), l’ESSEC (1907), l’ESSCA (1909, Privée), celle de Clermont (1919), de Strasbourg (1920) et de Reims (1926).

Cadre commun des ESC en 1947[modifier | modifier le code]

Après la Deuxième Guerre mondiale, un décret[7] créé un cadre institutionnel commun pour toutes les écoles supérieures de commerce (ESC) reconnues par l’État : « les écoles supérieures de commerces reconnues par l’État sont des établissements d’enseignement technique supérieurs qui ont pour but de former les chefs des diverses entreprises commerciales ou financières et les cadres supérieurs de ces entreprises ou des services administratifs et commerciaux d’entreprises industrielles. » Une commission nationale et permanente des écoles supérieurs de commerce propose les programmes des matières enseignées, ainsi que les modalités d’examen. Un concours commun est organisé de niveau baccalauréat. Le cursus dure trois ans.

Examen de sortie des écoles supérieures de commerce en 1961[8]
Nature Matière Durée Coefficient
Écrite Dissertation économique 4 h 5
Langue 3 h 4
Selon la section
  • gestion financière et comptable
  • économie financière et fiscalité-assurance
3 h 3
Selon l’enseignement spécial
  • gestion financière et comptable, mathématiques
  • étude financière en la forme d'un rapport, avec éventuellement une question de contentieux
  • droit
  • langue
  • matière proposée par l'école
4 h 5
Rapport de stage 3
Oral Organisation et techniques de la distribution 2
Langue 2
Droit social ou droit commercial comparé ou relations de l'entreprise avec les organismes et marchés financiers (au choix de l'école) 2
Une interrogation (au choix de l'école) sur les cours d'enseignement spécial n'ayant pas fait l'objet d'une épreuve écrite 3

L’EDHEC (1906, Privée), l’ESSEC (1907), l’école des HEC (1881, consulaire) restent à l’écart de ce cadre commun. Les ESC délivrent un diplôme commun : le diplôme d’enseignement commercial supérieur[9]. Des examens nationaux sont organisés pour l’obtention de celui-ci. Pour le recrutement, des sections préparatoires sont créées dans les écoles et dans quelques lycées (neuf en 1967). En 1961, l’intitulé du diplôme des ESC est modifié et devient le « diplôme d’études supérieures commerciales, administratives et financières » (DESCAF). Cinq nouvelles écoles naissent dans les années 1960 : Poitiers (1961), Brest et Amiens (1962), Nice (1963), Saint-Étienne (1963) et Pau (1969). En 1964, selon un décret [10], les écoles de commerce deviennent « écoles supérieures de commerce et d’administration des entreprises » (ESCAE) alors que des instituts d’administration des entreprises (IAE) sont créés à partir de 1954 dans les universités. Les ESCAE passent alors de la tutelle de la direction de l’enseignement technique à celle de l’enseignement supérieur. L’ESC Paris quitte le réseau des ESCAE.

La création de la Fondation nationale pour l'enseignement de la gestion des entreprises en 1968 va permettre d’envoyer des enseignants se former aux plus récentes techniques de management dans les universités américaines, s’ils s’engagent, à leur retour, à enseigner dans les écoles françaises[11].

Quatre écoles sont créées à la fin des années 1970 et au début des années 1980, INSEEC Business School (1975, Privée), l'INT Management (1979) à Évry (devenu Institut Mines-Télécom Business School), Tours (1981) et l'ESC Grenoble (1984, ESCAE devenue GEM).

Le cadre commun des ESCAE s’effrite peu à peu par la suite. On voit alors apparaître en 1988 l’école supérieure de commerce de La Rochelle, puis en 1990 l’École supérieure de commerce de Rennes voit le jour. Pour finir, un décret[12] de 1991 rechange le nom des écoles en « École supérieure de commerce » (ESC) et donne à chaque école la possibilité d’avoir son propre règlement scolaire et de délivrer son propre diplôme : c’est la fin du statut commun des ESCAE.

En 1992 est tout d'abord créée l'ESC Chambéry, et l’ESC Troyes, et en 1993 l'ESC Marne-la-Vallée. En 2011, à la suite de la fusion de Negocia et Advancia, deux écoles de la CCIP, Novancia Business School Paris est créée et rejoint le réseau des écoles supérieures de commerce.

Business schools et grade de master en 2001[modifier | modifier le code]

Le grade de master, créé en 1999, peut être conféré à un diplôme « sanctionnant une formation de haut niveau dans le domaine du commerce et de la gestion » après avis de la commission d’évaluation des formations et diplômes de gestion (CEFDG) créé en 2001[13].

Le terme ESC disparait de la dénomination des écoles. En 2018, la dernière école qui le portait, l'ESC La Rochelle, devient Excelia Group[14].

Classement des ESC[modifier | modifier le code]

Toutes les institutions se revendiquant « écoles de commerce » ne se valent pas par leur qualité et leur reconnaissance. Elles se classent en trois grands sous-groupes[15]. Premièrement, les écoles de commerce reconnues par l’État et dont le diplôme est visé par le ministère de l’Éducation nationale sont les plus reconnues. En 2019, l'ONISEP dénombre 26 écoles reconnues aux formations visées conférant le grade de Master en trois ans après une classe préparatoire ou une formation de type baccalauréat + 2[16]. Ensuite viennent les écoles de commerce reconnues par l’État, mais dont le diplôme n’est pas visé par le ministère. Enfin, les écoles non reconnues par l’État et dont le diplôme n’est pas visé par le ministère, souvent privées et accessibles avec le seul baccalauréat, peuvent être très onéreuses et pourtant faibles par la qualité d'enseignement, la reconnaissance et l'insertion professionnelle qu'elles offrent[17],[18].

La Commission d'évaluation des formations et diplômes de gestion reconnaît en 2022 184 formations diplômantes[19]. Le Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche a publié une liste officielle des établissements accrédités à délivrer un titre de master (situation au )[20]. Les écoles supérieures de commerce françaises figurent dans des classements français et internationaux, dont celui édité annuellement par le Financial Times[21].

La section «Classement des écoles de commerce» non trouvée

Débouchés et insertion professionnelle[modifier | modifier le code]

La Conférence des Grandes Écoles (CGE) publie annuellement une enquête d'insertion des diplômés des grandes écoles, dont les écoles de commerce[22]. Par exemple en 2018, 77,7 % des diplômés 2018 des écoles de management sont en activité professionnelle, taux cinq points plus élevé que le taux d'activité des écoles d'ingénieurs la même année[22].

Ces conditions d'insertion professionnelle (rapidité à décrocher un premier emploi, salaire, part de CDI...) sont généralement jugées particulièrement favorables[23],[24],[25].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en-GB) Andrew Jack et Jonathan Moules, « France dominates FT European Business Schools 2020 ranking », sur www.ft.com, (consulté le )
  2. Adrien Jean-Guy Passant, À l’origine des écoles de commerce : ESCP Business School, la passion d’entreprendre, Paris, L'Harmattan, , 240 p. (ISBN 978-2-343-18659-7, lire en ligne).
  3. « Adrien Jean-Guy Passant: The early emergence of European commercial education in the nineteenth century: Insights from higher engineering schools, Business History, Volume 61, Issue 6, pp.1051-1082, 2019 ».
  4. « Adrien Jean-Guy Passant: Between filial piety and managerial opportunism: The strategic use of the history of a family business after the buyout by non-family purchasers, Entreprises et Histoire, Volume 91, Issue 2, pp.62-81, 2018 ».
  5. « Adrien Jean-Guy Passant: Issues in European business education in the mid-nineteenth century: A comparative perspective, Business History, Volume 58, Issue 7, pp.1118-1145, 2016 ».
  6. voir l'ICN a 100 ans par Jean Soulis 2006
  7. « Décret n°47-2287 du 3 décembre 1947 » modifié par le « décret n°49-714 du 27 mai 1949 », le « décret n°52-1396 du 26 décembre 1952 », le « décret n°54-476 du 27 avril 1954 ». Un nouveau règlement est publié avec le « Décret du 29 juillet 1957 ».
  8. « Arrêté du 19 septembre 1961 relatif au concours d'admission au écoles supérieurs de commerce et au régime des études de ces établissements »
  9. « Histoire des écoles de commerce », sur Ecoles-commerce.com.
  10. « Décret 64-1217 du 5 décembre 1964 ».
  11. Patrick Fauconnier, « Le macronisme, sous-produit de nos écoles de commerce », sur Libération (consulté le )
  12. Décret no 91-785 du 13 août 1991 portant changement de dénomination des écoles supérieures de commerce et d'administration des entreprises et fixant les conditions d'approbation de leur règlement pédagogique.
  13. Décret no 2001-295 du 4 avril 2001 portant création de la commission d’évaluation des formations et diplômes de gestion
  14. « Ecoles de commerce: Sup de Co La Rochelle devient Excelia Group, la fin d'une époque », sur Challenges (consulté le ).
  15. « Les différents types d'écoles et d'établissements », sur CIDJ (consulté le )
  16. Onisep, Dossier n°84, Spécial écoles de commerce - Les clés pour choisir (2019)
  17. Marie Piquemal, « Post-bac, les pièges des écoles privées », sur Libération (consulté le )
  18. « Masters bidons, frais exorbitants… les arnaques les plus courantes des écoles privées », sur Capital.fr, (consulté le ).
  19. Écoles et formations visées, Commission d'évaluation des formations et diplômes de gestion, 2022
  20. « Annexe au Bulletin officiel no 30 du 23-72020 », sur enseignementsup-recherche.gouv.fr,
  21. « Business school rankings from the Financial Times - », sur rankings.ft.com, Financial Times (consulté le ).
  22. a et b Conférence des Grandes Écoles, « L'insertion des diplômés des Grandes Écoles (Juin 2019) »,
  23. Par Le Parisien Etudiant Le 14 mai 2019 à 00h42, « Ecoles de commerce : une insertion professionnelle toujours au top », sur leparisien.fr, (consulté le )
  24. « 8 (bonnes) choses à savoir sur l’insertion professionnelle des jeunes diplômés des Grandes Ecoles de ... », sur L'Etudiant (consulté le )
  25. « Insertion pro : le match grande école / université », sur Les Echos Start, (consulté le )

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bulletins officiels fixant la liste des écoles[modifier | modifier le code]