Zincite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Zincite [1]
Catégorie IV : oxydes et hydroxydes[2]
Zincite, Arizona, USA

Zincite, Arizona, USA
Général
Classe de Strunz 04.AB.20
Formule brute (Zn, Mn2+) O
Identification
Masse formulaire 81,39 uma
Couleur jaune orangé à rouge profond
Classe cristalline et groupe d'espace Dihexagonale pyramidale
Système cristallin hexagonal
Clivage parfait
Cassure inégale
Habitus agrégat granulaires et masses difformes
Échelle de Mohs 4
Trait jaune
Éclat vitreux
Propriétés optiques
Propriétés chimiques
Densité 5,66
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

La zincite est un minéral rouge orangé d'oxyde de zinc de formule : (ZnO). Il existe plusieurs formules de Zincite : (Zn, Mn2+) O ainsi que (Zn, Mn2+, Fe2+) O.

La zincite la plus fréquemment rencontrée est une pierre de synthèse accidentelle issue des fours de production du zinc : il s'agit en fait de résidus de fours métallurgiques. On trouve sur les étals des marchands polonais, des paquets rouge-brun cristallisés vendus au kilogramme, avec une simple étiquette "zincite" sans autre précision[3].

Cependant ce sont, à l'état naturel, de rares cristaux pyramidés importés depuis le XII siècle en Europe en provenance d'Asie sous le nom d’étain des Indes. Il faudra attendre le XVIII pour que le zinc soit isolé en Europe par le chimiste allemand Andreas Sigismund Marggraf (1709-1782). Le cristal en lui même a été isolé en 1845.

Historique de la description et appellations[modifier | modifier le code]

étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom fait référence à la teneur en zinc du minéral.

Gîtes et gisements[modifier | modifier le code]

Minéraux semblables[modifier | modifier le code]

Gisements producteurs de spécimens remarquables[modifier | modifier le code]

De nombreux pays produisent synthétiquement ce minéral et de nombreux gisements en recèlent dans le monde. Notamment dans les gisements mangano-zincifères métamorphiques ainsi que dans les émanations volcaniques.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rupert Hochleitner, Jean Paul Poirot: 300 roches et minéraux edt Delachaux et Niestlé
  2. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  3. Article Savoir collectionner les minéraux