Yehezqel Landau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rabbi Yechezkel Landau

Yehezqel Halévy Landau (né à Opatôw le 8 octobre 1713 et mort à Prague le 29 avril 1793), est un éminent rabbin, talmudiste, philosophe et décisionnaire polonais du XVIIIe siècle siècle.

Il est principalement renommé pour son responsa, intitulé Noda BiYehudah (נודע ביהודה) titre par lequel il est également connu.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Il fait ses études talmudiques à Vladimir et à Brody. De 1734 à 1745, il est le doyen du tribunal rabbiniques de Brody, puis devient rabbin de Jampol. Rabbin de la communauté de Prague à partir de 17551068, et en faveur auprès des autorités, il intervient souvent au profit de ses coreligionnaires. L'un des plus grands décisionnaires et commentateur du Talmud des derniers siècles, adversaire du mouvement hassidique, il s'oppose par ailleurs très violemment au mouvement des lumières qui se développe, en Europe, à la suite de Mendelsohn. Il est célèbre pour ses responsa Ahavat Tsione dans le domaine de la législation juive et lauteur d'un commentaire sur le Talmud :Tsioun leNéfech Haya.

Rabbi Ye’hezkel Halévi Landau est né de Rabbi Yéhouda Halévi le 18 ‘Hechvan 5474 (1713) à Apte.

Jusqu’à sa 14e année, il étudie la Torah chez Rabbi Yitzhak Halévi de Ludmir, et le Rav de la ville, Rabbi Moché Yaakov de Cracovie, qui aimait beaucoup ce jeune garçon à l’esprit vif et discutait avec lui de problèmes difficiles posés par le Talmud.

À l’âge de quatorze ans, il alla à Brody, où il étudie avec des jeunes gens très doués. À dix-huit ans, il épouse Liba, fille de Rabbi Yaakovka de Doubno, et alla vivre chez son beau-père. Mais au bout de peu de temps, il persuade ce dernier de venir vivre à Brody, qui est alors une ville pleine de sages et d’érudits. Là, on le reçut comme l’un des Sages du Kleuz , qui comportait de grandes personnalités.

En 5506 (1745), il devient Rav de la ville de Yampoli (en Podolie). A Yampol, il a tenté une médiation entre Jacob Emden et Jonathan Eybeschutz dans un débat - La controverse Emden-Eybeschutz (1751) - qui "avait perturbé la vie communautaire juive pendant de nombreuses années". Son rôle dans la controverse est décrit comme «plein de tact» et l'a porté à l'attention de la communauté de Prague - où, en 1755, il a été nommé rabbin. Il y dirige une grande yéchivah où tant d’élèves se précipitent qu’il est obligé d’étudier avec eux dans la cour de la grande synagogue. Tous les jours, il donne un cours de Guemara, et le vendredi il enseigne la parachah de la semaine, le Houmach avec le commentaire de Rachi. Il aime ses élèves comme un père aime ses enfants, et était très heureux de les voir réussir. Ils comptent de grands rabbanim comme Rabbi Avraham Danzig, auteur du Hayé Adam, et d’autres.


Rabbi Ye’hezkel meurt le 17 Iyar 5557 (1797) à Prague. Il ordonne qu’on ne multiplie pas les louanges et les oraisons funèbres, qu’on ne mette pas une grande stèle sur sa tombe, et qu’on n’y grave aucun titre de gloire.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Yehezkel s’est fixé comme règle, que ce soit dans l’étude ou dans son approche du moussar, que l’essentiel n’est pas l’étude abstraite mais l’acte : ce n’est pas la discussion qui compte, mais la conclusion finale. C’est pourquoi il revient souvent, dans ses réponses et dans ses cours, sur le fait que le principal ne consiste pas à se mortifier et à jeûner, mais à faire de bonnes actions. Il écrit par ailleurs : «L’essentiel est l’assiduité dans l’étude. Il faut étudier des paroles de Torah qui ont un contenu véritable, des michnayoth avec Tossafoth Yom Tov, la Guemara, les décisionnaires, la Torah, les Prophètes et les Hagiographes, et aussi les livres de moussar.»

Cela, c’était pour les autres. Pour lui-même, il se montrait très sévère et se mortifiait. Son disciple Rabbi Elazar Flekless témoigne que jusqu’à sa vieillesse, il ne s’est pas couché dans un lit, mais la tête dans le lit et le corps sur des chaises ; il portait un cilice sur son corps, et enseignait debout. Du 17 Tamouz au début d’Av, il ne mangeait rien d’origine animale, et de Roch ‘Hodech Av à Ticha BéAv, il ne mangeait que du pain sec.

Comme un berger fidèle à son troupeau, notre maître Rabbeinou Ye’hezkel se dévouait aussi pour les besoins de la communauté, édictant des décrets, s’adressant aux ministres et aux empereurs, édifiant des institutions de tsedakah et de ‘hessed, et toute la vie juive se déroulait en accord avec ses décisions.


Œuvre[modifier | modifier le code]

Il laisse après lui de nombreux ouvrages :

  • Nod’a Bihouda
  • Hatslah(Tsioun Lenéfech ‘Haya) sur le Talmud
  • Ahavat Tsion
  • Dagoul Mervava
  • et d’autres.