Jacob Emden

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Yaavetz.

Jacob Emden

alt=Description de l'image Emden1.jpg.
Nom de naissance Jacob Israel ben Tzvi Ashkenazi Emden
Alias
Yaavetz
Naissance 4 juin 1697
Altona (Hambourg)
Décès 19 avril 1776 (à 79 ans)
Altona (Hambourg)
Nationalité Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Profession rabbin

Jacob Emden dit le Yaavetz (hébreu : יעקב עמדן בן צבי Yaakov Emden ben Tsvi) est l’une des principales autorités rabbiniques du XVIII (Altona, 1697 - 1776).
Contemporain de la Haskala et du sabbataïsme, il adopte une position modérée vis-à-vis de la première et mène une campagne particulièrement farouche contre le second.

Généralités[modifier | modifier le code]

Yaakov Emden compte parmi les rabbins les plus en vue dans l'Allemagne du XVIIIe siècle. Il est un érudit de judaïsme, de sciences et en langues -- qualités relativement rares chez les rabbins européens de son époque.

Il part en campagne contre les idées propagées par Sabbataï Tsevi, jusqu'à entrer en virulent conflit avec le rabbin kabbaliste Jonathan Eybeschutz, soupçonné d'adhésion au sabbataisme.

Le rabbin Emden rédige de nombreux ouvrages, dont un recueil de prières commentées au regard des traditions juives.

Son esprit d'ouverture[modifier | modifier le code]

La société juive allemande traditionaliste du XVIIIe siècle n'éprouve alors que peu d'intérêt pour les idées de la Haskala, et n'est guère intéressée à un rapprochement avec les intellectuels chrétiens de l'époque. Certains signes d'ouverture se font cependant sentir au sein des Juifs traditionalistes. Le rabbin Jacob Emden, comptant parmi ces derniers, ose se mesurer aux idées lancées par la Haskala jusqu'à réagir positivement au rapprochement judéo-chrétien. Dans une seconde étape, il pense même à une ouverture similaire avec la communauté musulmane.

Ses écrits sont clairement influencés par les idées de la Haskala. L'ouverture sur les autres, basée alors sur des valeurs humaines et universelles, est perçue par le rabbin Emden avec une légère nuance comprise dans le fait que le rapprochement doit avoir lieu sur le terrain de la religion, sur le patrimoine commun reconnu par les Juifs, les Chrétiens et les Musulmans.

Le rabbin Yaakov Emden meurt en 1776.