Vison de Sibérie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Vison de Sibérie (Mustela sibirica) est une espèce de mammifère de la famille des mustélidés. Ce sont les poils de la queue de cette espèce qui fournissent les pinceaux en poil dit de « martre Kolinsky »

Description[modifier | modifier le code]

Le vison de Sibérie, ou vison feu, atteint une corpulence de 25 à 39 centimètres de longueur avec une queue de 13 à 21 centimètres et un poids de 360 à 820 grammes. Les mâles sont plus grands et plus corpulents que les femelles. Sa fourrure est jaune feu en hiver, épaisse et longue. Elle est moins épaisse et plus foncée en été. Son museau est relativement court.

Distribution et habitat[modifier | modifier le code]

Le vison de Sibérie vit en Europe orientale, en Sibérie et en Extrême-Orient. On le trouve à l'est de la Russie européenne, dans la taïga sibérienne, jusqu'au bord de la mer d'Okhotsk, ainsi qu'au Tibet, en Chine, jusqu'au nord de la Thaïlande. On le trouve également en Corée du Nord. Il a été introduit dans les îles Sakhaline et dans certaines îles du Japon.

Il habite surtout la taïga et les forêts proches de cours d'eau. Il s'approche parfois des lieux habités.

Reproduction[modifier | modifier le code]

Sa période de reproduction commence début février et dure jusqu'à fin mars en Sibérie occidentale, alors que dans l'Extrême-Orient russe, cette période se déroule de début mars à fin avril. La gestation dure de trente-huit à quarante-et-un jours. Les portées sont de quatre à dix petits. Ils naissent aveugles avec une légère fourrure blanche. Elle jaunit au bout de quelques jours. Les petits ouvrent leurs yeux au bout d'un mois. La lactation cesse au bout de deux mois. Les petits prennent leur indépendance à la fin du mois d'août et leur croissance prend fin.

Liste des sous-espèces[modifier | modifier le code]

Selon Mammal Species of the World (17 juillet 2013)[2] et Catalogue of Life (17 juillet 2013)[3] :

  • sous-espèce Mustela sibirica canigula Hodgson, 1842
  • sous-espèce Mustela sibirica charbinensis Lowkashkin, 1934
  • sous-espèce Mustela sibirica coreanus (Domaniewski, 1926)
  • sous-espèce Mustela sibirica davidiana (Milne-Edwards, 1871)
  • sous-espèce Mustela sibirica fontanierii (Milne-Edwards, 1871)
  • sous-espèce Mustela sibirica hodgsoni Gray, 1843
  • sous-espèce Mustela sibirica manchurica Brass, 1911
  • sous-espèce Mustela sibirica moupinensis (Milne-Edwards, 1874)
  • sous-espèce Mustela sibirica quelpartis (Thomas, 1908)
  • sous-espèce Mustela sibirica sibirica Pallas, 1773
  • sous-espèce Mustela sibirica subhemachalana Hodgson, 1837
  • sous-espèce Mustela sibirica taivana Thomas, 1913 - seulement citée par Catalogue of Life

Utilisation[modifier | modifier le code]

Le poil de la queue, notamment, de cet animal, autrefois appelé Kolinsky, est recherché pour faire les pinceaux connus sous le nom de « Martre Kolinsky (en)»[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :