viedemerde.fr

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir VDM.
Logo de Viedemerde.fr
Logo de VDM

URL www.viedemerde.fr
Slogan Ma vie c'est de la merde, et je vous emmerde.
Commercial Oui
Publicité Oui
Type de site Humour
Langue(s) Français, anglais, italien, suédois, allemand, turc et espagnol
Inscription Gratuite
Siège social Colombes
Drapeau de la France France
Propriétaire Beta&Cie
Créé par Maxime Valette
Lancement 12 janvier 2008
Revenus 676 600 € (2011)
État actuel En activité

Viedemerde.fr (VDM) est un site web créé en 2008 par Maxime Valette et Guillaume Passaglia[1] qui recense, sous forme de microblog, des anecdotes de quelques phrases racontant les désagréments de la vie quotidienne. Chaque « VDM » est envoyée par un membre du site ou par une personne anonyme, et peut être évaluée et commentée par les autres membres. Environ deux mois après la création du site, Maxime Valette a été rejoint par Guillaume Passaglia. En janvier 2009, le site est décliné en anglais sous l'appellation « F My Life » (FML)[1].

Les VDM sont réparties en catégories : « Amour », « Animaux », « Argent », « Enfants », « Travail », « Santé », « Sexe » et « Inclassable ».

VDM fait partie des 500 sites les plus visités de France selon Alexa en juin 2013[2].

À partir d'août 2013, VDM, la série est diffusée sur la chaîne NT1 ; elle est directement inspirée des anecdotes présentes sur le site[3].

Le site en français : Vie de merde (VDM)[modifier | modifier le code]

Maxime Valette, d'un père maître de conférences en informatique à l’université de Reims et d'une mère professeur de technologie, est programmeur dès l'âge de 8 ans. Guillaume Passaglia est titulaire d'un Deug Mathématiques informatique appliquées aux sciences (Mias) et un master en ingénierie informatique à l’université d’Avignon. Jouant tous les deux en ligne, Valette a l'habitude d'y échanger des blagues, notamment ses mésaventures qu'il ponctue d'un VDM. En janvier 2008, ils décident de les rendre publiques. Maxime Valette, qui a créé le concept, s'occupe de la partie technique et Guillaume Passaglia, son associé, du marketing et du côté « business »[4].

Un mois après son lancement, le site enregistre environ un millier de visites par jour. En quelques semaines, le site devient célèbre avec l'aide d'un bouche-à-oreille efficace et atteint 40 000 visites quotidiennes au bout de deux mois. Le 21 avril 2008, l'équipe du site passe au Grand Journal. Le 16 octobre, un livre recueillant 850 anecdotes du site paraît (voir infra). D'après The Wall Street Journal, le site est devenu un « phénomène » en France[5]. La requête « viedemerde » se classe en neuvième position des requêtes ayant connu la plus forte augmentation en France sur Google pour l'année 2008[6],[7],[8]. Une boutique en ligne a même été lancée, proposant des T-shirts personnalisables, des autocollants et des badges[9].

Pour le psychologue et écrivain suisse Yves-Alexandre Thalmann, « l'auto-dévalorisation des histoires provient d'un désir de reconnaissance » de la part de leurs auteurs[5]. Danielle Rapoport, psychologue, estime quant à elle que le site exprime « un mélange très français de défi et d'anxiété »[10] tandis que le sociologue Pierre Mannoni met lui en garde contre le « misérabilisme » qui risque d'enfermer les auteurs des histoires dans l'échec[10].

En 2011, le chiffre d'affaires du site s'élève à 676 600 €[11], la société « Beta et compagnie » créée par Valette en 2006 et qui édite Vie de merde, comptant sept personnes basées à Paris[12].

Autres versions linguistiques[modifier | modifier le code]

La version anglaise : F My Life (FML)[modifier | modifier le code]

F My Life (FML), F pour Fuck[13], est la déclinaison en anglais du site, mise en ligne le 13 janvier 2009. C'était la troisième fois que l'équipe de Vie de merde tentait de faire marcher sa version anglaise, les deux premières, TodayShitHappens et WhatAFail[11], ayant eu du mal à faire parler d'elles[14]. Un troisième associé, Didier Guedj, est venu se joindre aux deux fondateurs du site initial[15]. Cette troisième tentative connaît une croissance rapide de son trafic d'après les chiffres d'Alexa.com[16]. Un autre livre est en préparation[17].

Autres versions[modifier | modifier le code]

  • Vita di merda, la version italienne du site, a été lancée le 21 juin 2009.
  • Fan för mitt liv, la version suédoise du site, a été lancée le 6 décembre 2009.
  • Puta Vida de Mierda, la déclinaison hispanophone du site, a été lancée le 13 décembre 2009.
  • Vida de Merda, la version brésilienne du site
  • Asco De Vida, la version espagnole, lancée le 23 avril 2009.
  • Les versions turque et allemande ont été lancées en avril 2011[11].
  • MKD: Mkawda Wa l'Hamdoulilah, la version algérienne lancée le 1er juin 2012.

Slogans[modifier | modifier le code]

  • (fr) : Ma vie c'est de la merde, et je vous emmerde[18]
  • (en) : Get the guts to spill the beans[19]
  • (it) : La mia vita è una merda, e vaffanculo[20]
  • (sv) : Mitt liv suger - men det skiter jag i![21]
  • (es) : Tu desgracia puede ser nuestra gracia.[22]
  • (pt) : Minha vida é uma merda, mas eu não dou a mínima.[23]
  • (dz) : Mkawda oua l'7amdoulillah.[24]

Ouvrage[modifier | modifier le code]

  • Témoignages choisis par Maxime Valette et Guillaume Passaglia (ill. Pénélope Bagieu), Vie de merde, Paris, éditions Privé,‎ 16 octobre 2008, broché, 275 p. (ISBN 978-2-35076-091-9)
  • Julien Azarian, Guillaume Passaglia, Maxime Valette et Didier Guedj, Vie de merde illustrée, éditions Privé,‎ 8 octobre 2009, broché, 200 p. (ISBN 978-2-35076-104-6)

Émule[modifier | modifier le code]

Le site Vie de Merde a donné naissance au concept de site VDM-like dont les caractéristiques principales sont le micro-blogging collaboratif et un thème humoristique.

  • Le site perles d'enfants permet de partager les bons mots d'enfants
  • Le site Voisins de Merde recense les tracas et anecdotes de voisinage.
  • Le site Vie de Meuf, lancé en juillet 2010, traite de la discrimination des femmes au travail, puis du « sexisme ordinaire » depuis 2011[25],[26].
  • Le site TTWE : Votre fin du Monde où exposer ses dernières actions envisagées avant la fin du monde.
  • Le site Vie de Grâces, fondé par les Geeks Pour Jésus, propose de partager des instants de vie, perçus non pas comme des galères mais comme des grâces, c'est-à-dire des cadeaux ou des bénédictions.
  • Le site MortDeOuf propose une déformation de langage avec des noms de personnalités, personnages connus... (ex : MortDeOuf = VieDeMerde, Langoustine Tronçonne = Omar Sy ...)[27].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Le concept de "Vie de merde" s'exporte aux États-Unis », sur NouvelObs.com, 24 mars 2009.
  2. - Classement de VDM selon le site Alexa
  3. VDM la série: Vie de Merde débarque sur NT1 sur Le Huffington Post, 31 septembre 2013
  4. Didier Arnaud, « Maxime Valette et Guillaume Passaglia : VDM ? MDR ! », sur liberation.fr,‎ 28 avril 2013
  5. a et b (en) Sebastian Moffett, « Popular French Web Site Celebrates Life's Daily Indignities », dans The Wall Street Journal, 22 mars 2009, p. A1.
  6. (fr+en) « 2008 Year-End Zeitgeist Around the World : France, requêtes ayant connu la plus forte progression », sur Google Zeitgeist.
  7. Régis Micheli et Pascal Albericci, Les Clés du référencement sur le Web, Paris, BOD éd.,‎ 2009 (ISBN 978-2-8106-1096-9, OCLC 495195778), p. 77.
  8. AFP, « YouTube et jeux parmi les requêtes les plus fréquentes sur le web en France », 10 décembre 2008.
  9. « La boutique VDM », sur VDM. Consulté le 7 avril 2009.
  10. a et b (en) Cité dans Charles Bremner et Marie Tourres, « French cash in on internet despair as depression builds across Atlantic », dans The Times, 6 mars 2009.
  11. a, b et c http://www.societe.com/societe/beta-et-compagnie-493182968.html
  12. « "Vie de merde" fait le succès d'un Varois », sur corsematin.com,‎ 10 septembre 2012
  13. (en)http://www.urbandictionary.com/define.php?term=fml
  14. Maxime, Guillaume et Julien, « VDM a 1 an ! », sur le blog de VDM, 14 février 2009.
  15. AFP, « Raconter sa "Vie de merde" sur le net : un concept qui s'exporte bien », 24 mars 2009.
  16. (en) « Traffic History Graph for fmylife.com », sur Alexa.com.
  17. (en) AFP, « France 'Gallic Moan' proves answer to hard times », 25 mars 2009.
  18. (fr) Vie de merde. Consulté le 16 décembre 2009.
  19. (en) F My Life. Consulté le 16 décembre 2009.
  20. (it) Vita di merda. Consulté le 16 décembre 2009.
  21. (sv) Fan för mitt liv. Consulté le 16 décembre 2009.
  22. (es) Puta vida de mierda. Consulté le 16 décembre 2009.
  23. (pt) Vida de merda.
  24. (dz) mkawda.
  25. Nathalie Ratel, « Vie de meuf, le blog contre le machisme au boulot », sur lexpress.fr,‎ 15/07/2010 (consulté le 3 septembre 2010) : « pour toutes les femmes victimes du sexisme sur leur lieu de travail »
  26. « "Vie de meuf", miroir de l'inégalité professionnelle hommes-femmes », sur lemonde.fr,‎ 15/07/2010 (consulté le 11 aout 2010) : « Chez les cadres, les différences de salaire entre hommes et femmes dépassent les 30 %. »
  27. « MortDeOuf », sur mortdeouf.site90.com,‎ 10/09/2012 (consulté le 3 Octobre 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]