Alexa (Internet)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Alexa Internet)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alexa.

Alexa Internet, Inc.

Description de l'image  LogoAlexa.gif.
Création 1996
Dates clés 1997 : Lancement de la barre d’outils Alexa
1999 : Rachat par Amazon.com
Personnages clés Bruce Gilliat
Niall O’Driscoll (CEO)
Dave Sherfesee (Vice-Président Ingénierie)
Don Whitt (Vice-Président Opérations)
Geoffrey Mack (Manager Produits)
Greger Orelind (Manager Web Services)
Forme juridique Entreprise dotcom.
Siège social Drapeau des États-Unis San Francisco, Californie Californie (États-Unis)
Activité Analyse du trafic du Web
Produits Alexa Toolbar, Alexa Web Search, Alexa Web Information Service
Société mère Amazon.com
Site web alexa.com

Alexa Internet est une entreprise basée à San Francisco, fondée en avril 1996. Elle appartient au groupe Amazon. Son site Web est principalement connu pour fournir des statistiques sur le trafic du Web mondial.

Opérations et histoire[modifier | modifier le code]

Alexa Internet fut fondée en 1996 par Brewster Kahle et Bruce Gilliat[1]. La société met à disposition une barre d’outils proposant à l’internaute un guide de navigation basé sur les habitudes de trafic de sa communauté d’utilisateurs. Alexa propose également des éléments de contexte sur chaque site visité : par qui il a été enregistré, sa vitesse de téléchargement, le nombre de liens qui pointent sur lui, les autres sites visités, etc[2]. Les ingénieurs d’Alexa, associés à Internet Archive, ont créé la Wayback Machine, sorte de machine à remonter le temps. Elle indexe à intervalle régulier les pages des sites internet depuis leur création. Tout internaute y a accès[3],[4].

En 1999, Alexa a été rachetée par Amazon.com pour environ 250 millions de dollars sur le marché boursier[5].

Le siège social de l’entreprise est situé dans le Building 37 du Presidio de San Francisco.

Alexa a signé un partenariat avec Google au printemps 2002 et avec l’Open Directory Project en janvier 2003[6]. Live Search a remplacé Google en tant que fournisseur de résultats de recherche en mai 2006[7]. En septembre 2006, Alexa a commencé à utiliser sa propre plate-forme de recherche pour produire ses résultats. En décembre 2006, Alexa a lancé Alexa Image Search. Développée en interne, elle est la première application d’envergure à être construite sur leur plate-forme Web. Aujourd’hui, Alexa est surtout un moteur de recherche, un annuaire web basé sur Open Directory et un fournisseur d’informations sur les sites internet du web.

Alexa fournit également les informations sur les sites web pour le moteur de recherche A9.com, propriété du groupe Amazon.com.

En décembre 2005, Alexa a ouvert son index de recherche approfondie et ses services d’indexation à d’autres programmes, grâce à un ensemble de services web et d’API très complet. Ceux-ci peuvent être utilisés, par exemple, pour construire des moteurs de recherche verticaux qui peuvent fonctionner sur les serveurs d’Alexa ou ailleurs. Cas unique, leur plate-forme de recherche web donne aux développeurs l'accès aux données brutes les concernant, récoltées par leurs robots d’indexation. En mai 2007, Alexa a modifié ses API pour que les comparaisons soient limitées à trois sites, que les graphiques intégrés de taille réduite soient visualisés avec Adobe Flash et pour introduire des images de publicité BritePic obligatoires[8].

En avril 2007, un procès a opposé Alexa à Hornbaker pour violation de propriété intellectuelle[9]. Lors du procès, Alexa allégua que Hornbaker volait les graphiques de trafic à des fins de profit et que le principal objet de son site était de publier les graphiques générés par les serveurs d’Alexa[10],[11]. Hornbaker enleva le terme Alexa du nom de son service le 19 mars 2007[12].

Avril 2008 : le nouveau classement d'Alexa[modifier | modifier le code]

Alexa réalise un classement pour tous les sites du web mondial, appelé «traffic rank». Le web comptait 166 millions de sites internet en avril 2008 (source : Netcraft). Alexa fournit des données chiffrées pour les sites classés dans les 25 premiers millions.

Le classement d'Alexa est réalisé en fonction du nombre de visiteurs uniques et du nombre de pages vues par chaque visiteur. Le calcul de cette moyenne sur les trois derniers mois donne le traffic rank d'Alexa.

Calcul des extensions[modifier | modifier le code]

Toutes les extensions d'une adresse internet sont prises en compte et sont comptabilisées pour le même site. Pour un site dont l'adresse serait "gone.com", tous les visiteurs de "gone.com/yes" ou "no.gone.com" sont cumulés et comptabilisés pour le même site, soit "gone.com". Si un site possède différentes extensions telles que ".com", ".fr" ou ".org" ou qui bénéficie d'adresses différentes qui toutes mènent à un seul site au contenu identique, ses visiteurs sont cumulés et comptabilisés pour le même site.

Jusqu'en avril 2008, Alexa tirait ses données des utilisateurs de sa barre d’outils pour Internet Explorer et de ses volets intégrés pour Mozilla et Netscape. En plus de sa propre extension (la barre de statut Sparky rendue disponible en juillet 2007), il existe d’autres extensions qui exploitent les données d'Alexa.

Le nouveau classement[modifier | modifier le code]

En avril 2008, Alexa a introduit un nouveau mode de calcul[13] de son traffic rank. Les sources des données ont été multipliées afin de fournir une indication affinée de la popularité d'un site. Le classement d'Alexa ne se fait donc plus uniquement sur la base des données relevées à l'aide de sa barre d'outils (l'Alexa toolbar). Ce nouveau classement devrait permettre de réduire un certain nombre d'erreurs.

Anciennes problématiques autour du classement d’Alexa et de sa barre d’outils[modifier | modifier le code]

Il existait une controverse[réf. souhaitée] sur la représentativité de la base d’utilisateurs d’Alexa par rapport à un comportement typique sur Internet. Si la base d’utilisateurs d’Alexa était un bon exemple statistique de la population d’internautes (notamment un échantillon de taille suffisante), alors le classement d’Alexa devait déjà apporter une précision certaine. Alexa apporte quelques exemples de ses modes de calcul[14],[15].

Une autre polémique concernait la possibilité éventuelle de manipuler les chiffres d’Alexa[réf. souhaitée]. Certains webmasters[réf. souhaitée] affirmaient qu’ils pouvaient améliorer de façon significative le classement de sites peu populaires en obligeant leurs utilisateurs à installer la barre d’outils Alexa. Toutefois, ces critiques étaient la plupart anecdotiques et affirmés sans statistique ni aucune preuve. Il est par exemple impossible d'obliger qui que ce soit à installer la barre d'outils Alexa.

Sites Web les plus visités[modifier | modifier le code]

Évolution des sites les plus visités entre le 13 octobre 2008[16] et le 13 mars 2013[17] selon Alexa.com :

Évolution du Top Sites Alexa
Rang Le 13 octobre 2008 Le 13 mai 2009 Le 13 octobre 2009 Le 18 août 2010 Le 3 mars 2011 Le 30 mars 2012 Le 13 mars 2013
1
yahoo.com google.com google.com google.com google.com google.com google.com
2
google.com yahoo.com facebook.com facebook.com facebook.com facebook.com facebook.com
3
youtube.com youtube.com yahoo.com youtube.com youtube.com youtube.com youtube.com
4
live.com facebook.com youtube.com yahoo.com yahoo.com yahoo.com yahoo.com
5
facebook.com live.com live.com live.com live.com baidu.com baidu.com
6
msn.com msn.com wikipedia.org baidu.com baidu.com wikipedia.org wikipedia.org
7
myspace.com wikipedia.org blogger.com wikipedia.org wikipedia.org Windows Live Windows Live
8
wikipedia.org blogger.com msn.com blogger.com blogger.com blogspot.com qq.com
9
blogger.com baidu.com baidu.com msn.com msn.com qq.com amazon.com
10
yahoo.co.jp (Japon) myspace.com yahoo.co.jp (Japon) twitter.com qq.com twitter.com twitter.com

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « ALEXA Internet Donates Archive of the World Wide Web To Library of Congress »,‎ 1998-10-13
  2. (en) Keith Dawson, « Alexa Internet opens the doors »,‎ 1997-07-28
  3. Moteur de recherche dans une gigantesque base de données de plus de 85 milliards de pages web historisée par Internet Archive
  4. (en) « Internet Archive Frequently Asked Questions »
  5. (en) Adam Feuerstein, « E-commerce loves Street: Critical Path plans encore »,‎ 1999-05-21
  6. (en) « Alexa History »
  7. (en) Elizabeth Montalbano, « Amazon dumps Google for Windows Live »,‎ 2006-05-01
  8. Amit Agarwal, « Alexa Traffic Charts Now Include Advertising »,‎ 2007-05-06 (consulté le 2007-05-21)
  9. « Northern California District Federal court Case number - C 07-01715 RS » (consulté le 2007-04-19)[PDF]
  10. Alan Graham, « Amazon sues Alexaholic…everyone loses! »,‎ 2007-04-18 (consulté le 2007-04-19)
  11. Tim O’Reilly, « Amazon Sues Alexaholic...Everyone Loses »,‎ 2007-04-20 (consulté le 2007-04-20)
  12. Pete Cashmore, « Amazon sues Statsaholic…Web as Platform is Bullsh*t »,‎ 2007-04-19 (consulté le 2007-04-20)
  13. Announcement sur alexa.com
  14. (en) About the Alexa Traffic Rankings
  15. (en) Frequently Asked Questions
  16. (en) Alexa Top 500 Sites
  17. (en) Alexa Top Sites

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]