Tricasses

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Tricasses étaient un peuple gaulois établi le long de la Seine, dans la majeure partie du territoire du département de l'Aube. Ils donnèrent leur nom à Troyes, dénommée Augustobona (en l'honneur d'Auguste) durant la période romaine. Leur territoire, créé au début du Principat à partir d'une petite partie de ceux des Lingons et Sénons, était rattaché à la Gaule lyonnaise. Outre ces deux peuples, ils avaient pour voisins les Catalaunes, tribu mineure et cliente des puissants Remes.

Ethnonymie[modifier | modifier le code]

Leur nom contient le thème cass-, attesté dans d'autres noms de peuples (Véliocasses, Baiocasses, Viducasses), d'individus (Cassivellaunos), de fonction (cassidanos) et de dieux (Dii Casses, cf. Cassibodua, nom de déesse) . Il signifierait pour certains « bronze, étain, airain »[1], ou encore « excellent, beau, plaisant »[2], les deux sens originant de différentes interprétations du nom des Îles Cassitérides. Cependant, les études plus récentes ne donnent pas à ce terme d'étymologie assurée[3].

L'élément tri- est attesté avec certitude dans le calendrier de Coligny par la formule gauloise trinox samo sindiu, forme abrégée de trinoxtion Samoni sindiu « la fête des trois nuits de Samonios aujourd'hui ». Il apparaît aussi dans Trigaranus, Tricorii et trimarcisia, toujours avec le sens de « trois » (cf. breton tri)[4]. Cassi pourrait encore désigner le chêne par contraction du gaulois cassano[5] : "Les Trois chênes", ce qui rapprocherait les Tricasses des autres peuples dont le nom reprend un nom d'arbre : Arvernes (aulne), Bagienni (hêtre), Éburoviques (if), Lémoviques (orme). Une autre étymologie encore apparente "cassi" à l'irlandais cass, boucle : les Tricasses, "les Bouclés" ?

Références[modifier | modifier le code]

  1. Encyclopédie de l'Arbre Celtique. Mots et étymons de la langue gauloise : minéraux / roches / métaux
  2. J. A. MacCulloch (1911). The Religion of the Ancient Celts. Chapter III. The Gods of Gaul and the Continental Celts.
  3. Pierre-Yves Lambert, La langue gauloise, édition Errance.
  4. Encyclopédie de l'Arbre Celtique. Garanus : (grue)
  5. Pierre Gastal, Nos racines celtiques, éd. Désiris 2013, p. 152.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Brisson A, Hatt J.-J, Cimetières gaulois et gallo-romains en Champagne : le cimetière de la Tempête à Normée (Marne), Mémoire de la Société d’Agriculture, du Commerce, des Sciences et des Arts du département de la Marne, LXXXIV, p. 23-37, 1969.
  • Jean-Jacques Charpy, Esquisse d’une ethnographie en Champagne celtique aux IVe et IIIe s. av. J.-C, Études Celtiques 28, 1991, p. 75-125.
  • Charpy J.-J., Roualet P., Les Celtes en Champagne : cinq siècles d’histoire, Catalogue de l’exposition au musée d’Épernay, 23 juin-3 nov. 1991, Musée d’Épernay, 280 p, 1991.