Tricasses

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Tricasses étaient un peuple gaulois établi le long de la Seine, dans la majeure partie du territoire du département de l'Aube. Ils donnèrent leur nom à Troyes, dénommée Augustobona (en l'honneur d'Auguste) durant la période romaine. Leur territoire, créé au début du Principat à partir d'une petite partie de ceux des Lingons et Sénons, était rattaché à la Gaule lyonnaise. Outre ces deux peuples, ils avaient pour voisins les Catalaunes, tribu mineure et cliente des puissants Remes.

Ethnonymie[modifier | modifier le code]

Leur nom contient le thème cass-, attesté dans d'autres noms de peuples (Véliocasses, Baiocasses, Viducasses), d'individus (Cassivellaunos), de fonction (cassidanos) et de dieux (Dii Casses) (Cf. Cassibodua, nom de déesse) . Il signifierait pour certains « bronze, étain, airain »[1], ou encore « excellent, beau, plaisant »[2], les deux sens originant de différentes interprétations du nom des Îles Cassitérides. Cependant, les études plus récentes de ce terme ne lui donnent pas d'étymologie assurée[3]. L'élément tri- est attesté avec certitude dans le calendrier de Coligny pour la formule trinox samo sindiu forme abrégée de trinoxtion Samoni sindiu « la fête des trois nuits de Samonios aujourd'hui » et apparaît dans Trigaranus, tricorii et trimarcisia avec le sens de « trois » (Cf. breton tri)[4]. On pourrait donc voir dans les Tricasses la tribu de l'Excellente Triade. Une autre étymologie rapproche "cassi" de l'irlandais cass, boucle : les Tricasses, les Bouclés ?

Mais la meilleure possibilité rattache ce nom au nom gaulois du chêne, "cassano". Tricasses voudrait alors dire : "les Trois Chênes". Peut-on y voir une allusion à la constitution de leur territoire érigé par Rome en tribu distincte au détriment des territoires sénon, lingon et rème ? C'est faire preuve de trop d'imagination. Il est plus simple de rappeler que chez les Celtes le chêne faisait l'objet d'une grande vénération. En tout cas, la création autour de Troyes de la cité tricasse est le signe indéniable de la montée en puissance économique d'une région aboutissant à l'émergence politique.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Encyclopédie de l'Arbre Celtique. Mots et étymons de la langue gauloise : minéraux / roches / métaux
  2. J. A. MacCulloch (1911). The Religion of the Ancient Celts. Chapter III. The Gods of Gaul and the Continental Celts.
  3. Pierre-Yves Lambert, La langue Gauloise, édition Errance.
  4. Encyclopédie de l'Arbre Celtique. Garanus : (grue)