Torsades de pointe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Torsades de pointe
Classification et ressources externes
Torsades de Pointes TdP.png
ECG 12 voies captant les Torsades de Pointes (TdP) chez une femme âgée de 56 ans avec hypokaliémie (2.4 mmol/L) et hypomagnésémie (1.6 mg/dL.)
DiseasesDB 29252
eMedicine med/2286  emerg/596
MeSH D016171
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

Les torsades de pointe (ou de pointes, les deux orthographes étant employées[1]) sont un phénomène identifié sur l'électrocardiogramme à type de trouble du rythme ventriculaire secondaire à un trouble de la repolarisation ventriculaire (repolarisation retardée ou allongée : QT long).

Il existe deux types de torsades de pointe : les torsades à QT long et les tachycardies ventriculaires polymorphes à QT intercritique normal avec aspect de torsade.

Le risque principal des torsades de pointe est la dégénérescence en fibrillation ventriculaire aboutissant à un arrêt cardio-circulatoire, puis à une mort subite si elle n'est pas prise en charge rapidement.

Historique[modifier | modifier le code]

La première description en a été faite par le Français Dessertenne en 1966[2]. L'expression « torsades de pointes » décrit son aspect sur l'électrocardiogramme et a été empruntée telle quelle par plusieurs langues (anglais, allemand, espagnol…).

Clinique[modifier | modifier le code]

Le sujet peut être asymptomatique (ne présenter aucun signe clinique évocateur), il peut présenter des malaises, une syncope.

Ce trouble du rythme peut se traduire parfois d'emblée par une mort subite.

Électrocardiogramme[modifier | modifier le code]

Les torsades de pointes sont une variété de tachycardie ventriculaire non soutenue et irrégulière appelée TV polymorphe.

ECG pendant la crise[modifier | modifier le code]

La torsade de pointes débute par une extrasystole ventriculaire précoce, survenant sur l'onde T (phénomène R/T), et survenue immédiate d'une succession rapide (180 à 200/minute) de complexes QRS élargis d'amplitude fluctuante, décrivant classiquement une sorte de torsion autour de la ligne iso-électrique.

ECG entre les crises[modifier | modifier le code]

Il peut être normal ou montrer une bradycardie (dysfonction sinusale, bloc auriculo-ventriculaire), des troubles de la repolarisation (aplatissement de l'onde T, présence d'une onde U, augmentation de l'espace QT ou QU), des extrasystoles ventriculaires à couplage tardif.

Causes et facteurs favorisants[modifier | modifier le code]

Causes des torsades de pointe à QT long[modifier | modifier le code]

L'allongement du QT peut être acquis, secondaire :

Le risque de survenue de torsades est correlé avec la valeur de l'allongement du QT[9].

Causes des tachycardies ventriculaires polymorphes à QT normal[modifier | modifier le code]

Les tachycardies ventriculaires polymorphes à QT normal sont déclenchées par une extrasystole ventriculaire précoce. Leur mécanisme est similaire à celui des tachycardies ventriculaires classiques.

Les principales causes sont l'infarctus du myocarde la phase aiguë et les cardiopathies organiques chroniques le plus fréquemment d'origine coronarienne.

Évolution[modifier | modifier le code]

Leur durée est brève (quelques secondes) et la résolution est généralement spontanée, mais les récidives sont fréquentes.

Il peut y avoir une dégradation en tachycardie ventriculaire (phénomène rare) voire en fibrillation ventriculaire provoquant un arrêt cardiaque.

Traitement[modifier | modifier le code]

Le traitement est différent selon le type de torsades. On choisit le traitement des torsades de pointe à QT long en cas de doute. Le choc électrique externe est indiqué en cas de dégradation en tachycardie ventriculaire prolongée ou en fibrillation ventriculaire.

Traitement des torsades de pointe à QT long[modifier | modifier le code]

Le traitement des torsades de pointe à QT long comprend :

  1. Administration de chlorure ou de sulfate de magnésium par voie intraveineuse[10], quel que soit le niveau du magnésium sanguin. Le mécanisme curatif reste inconnu.
  2. Accélération de la fréquence cardiaque par isoprénaline (Isuprel) intraveineux ou sonde d'entraînement électro-systolique afin de raccourcir artificiellement l'intervalle QT[11].
  • Recharge en potassium systématique sans attendre les résultats de l'ionogramme, sauf si elle est déjà connue comme normale ou augmentée.

La surveillance de l'intervalle QT sur l'électrocardiogramme reste le point crucial pour la prévention de la survenue des torsades de pointe[12].

Traitement des tachycardies ventriculaires polymorphes à QT normal[modifier | modifier le code]

La prise en charge des tachycardies ventriculaires polymorphes à QT normal nécessite l'administration d'un antiarythmique de type I-A.

L'isoprénaline (Isuprel), indiquée dans le traitement des torsades de pointe à QT long, est strictement contre-indiqué dans le traitement des tachycardies ventriculaires polymorphes à QT normal.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'usage des deux orthographes est attestée ainsi par les principaux manuels de cardiologie : Electrocardiographie clinique de Blondeau = sans S, principes de réanimation médicale de Kleinknecht = sans S, clinical cardiac electrophysiology de Josephson = sans S, Arythmie cardiaque de Grolleau = avec S, Heart disease de Braunwald = avec S, cœur et circulation de Bourdarias = sans S, encyclopédie médico-chirurgicale = sans S...
  2. Dessertenne F, La tachycardie ventriculaire à deux foyers opposés variables, Arch Mal Cœur Vaiss, 1966;59:263–272
  3. Makkar RR, Fromm BS, Steinman RT, Meissner MD, Lehmann MH, Female gender as a risk factor for torsades de pointes associated with cardiovascular drugs, JAMA, 1993;270:2590– 2597
  4. Sauer AJ, Newton-Cheh C, Clinical and genetic determinants of torsade de pointes risk, Circulation, 2012;125:1684-1694
  5. Honig PK, Wortham DC, Zamani K, Conner DP, Mullin JC, Cantilena LR, Terfenadine-ketoconazole interaction: pharmacokinetic and electrocardiographic consequences, JAMA, 1993;269:1513–1518
  6. Wilt JL, Minnema AM, Johnson RF, Rosenblum AM, Torsade de pointes associated with the use of intravenous haloperidol, Ann Intern Med, 1993;119:391–394
  7. Hennessy S, Bilker WB, Knauss JS, Margolis DJ et Als. Cardiac arrest and ventricular arrhythmia in patients taking antipsychotic drugs: cohort study using administrative data, BMJ, 2002;325:1070
  8. Krantz MJ, Lewkowiez L, Hays H, Woodroffe MA, Robertson AD, Mehler PS, Torsade de pointes associated with very-high-dose methadone, Ann Intern Med, 2002;237:501–504
  9. Moss AJ, Schwartz PJ, Crampton RS et al. The long QT syndrome: prospective longitudinal study of 328 families, Circulation, 1991;84:1136–1144
  10. Zipes DP, Camm AJ, Borggrefe M et Als. ACC/AHA/ESC 2006 guidelines for management of patients with ventricular arrhythmias and the prevention of sudden cardiac death: a report of the American College of Cardiology/American Heart Association Task Force and the European Society of Cardiology Committee for Practice Guidelines, J Am Coll Cardiol, 2006;48:e247–e346
  11. Pinski SL, Eguía LE, Trohman RG, What is the minimal pacing rate that prevents torsades de pointes? Insights from patients with permanent pacemakers, Pacing Clin Electrophysiol, 2002;25:1612–1615
  12. Drew BJ, Ackerman MJ, Funk M, Prevention of torsade de pointes in hospital settings, a scientific statement from the American Heart Association and the American College of Cardiology Foundation, circulation, 2010;121:1047-1060