Tom Clarke

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Tom Clarke
Tomás Séamus Ó Cléirigh

alt=Description de l'image Thomas Clarke the brave.jpg.
Alias
Henry Wilson
Naissance 11 mars 1858
Île de Wight, Angleterre
Drapeau du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande
Décès 3 mai 1916 (à 58 ans)
Prison de Kilmainham, Dublin
Drapeau du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande
Nationalité Irlandais
Activité principale
Conjoint
Kathleen Clarke, née Daly

Thomas James Clarke (irlandais : Tomás Ó Cléirigh) (11 mars 1858 - 3 mai 1916) est un leader révolutionnaire irlandais, impliqué lors de l'Insurrection de Pâques.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est né sur l'Île de Wight. La famille s'établit très vite à Dungannon, dans le comté de Tyrone, en Irlande.

Son père, James Clarke, était sergent dans l'armée britannique.

Fraternité républicaine irlandaise[modifier | modifier le code]

À l'âge de 18 ans, il rejoint l'Irish Republican Brotherhood (IRB) et en 1883 il fut envoyé à Londres pour faire sauter le pont de Londres dans le cadre de la campagne de la dynamite des Fenians préconisée par Jérémie O'Donovan Rossa, l'un des leaders de la Fraternité républicaine irlandaise (IRB) en exil aux États-Unis.

Clarke a été rapidement arrêté, sous le pseudonyme de "Henry Wilson". Avec trois autres, il a été jugé et condamné aux travaux forcés à perpétuité le 28 mai 1883 à Londres. Il est resté 15 ans emprisonné dans la prison de Pentonville et d'autres prisons britanniques. En 1896, il était l'un des derniers prisonniers Fenians incarcérés.

Une forte mobilisation menée par l'Irish National Amnesty Association a eu lieu en Irlande pour demander leur libération. Lors d'une réunion publique, John Redmond député, leader parnellite de la Ligue nationale irlandaise, a dit de lui :

« Wilson est un homme dont aucune louange ne pourrait être trop élevée. J'ai appris au cours de mes nombreuses visites à Portland pendant cinq ans à aimer, honorer et respecter Henry Wilson. J'ai vu jour après jour comment son esprit courageux le maintenait en vie ... J'ai vu, année après année la disparition progressive de sa force physique »

Henry Wilson était, comme le souligne l'historien Dermot Meleady, l'alias de Tom Clarke. Après sa libération en 1898, il s'installe à Brooklyn aux États-Unis où il a épousé Kathleen Daly, de 21 ans sa cadette, dont il avait rencontré l'oncle, John Daly, en prison. Clarke a travaillé pour le Clan na Gael, une organisation républicaine irlandaise dirigée par John Devoy. En 1906, le couple s'installe dans une ferme à Manorville, peu avant de revenir en Irlande la même année pour relancer l'action de le Fraternité républicaine irlandaise (IRB).

Les volontaires irlandais[modifier | modifier le code]

Lorsque les Volontaires irlandais, une milice para-militaire nationaliste irlandaise, a été formée en 1913, Clarke a été pris d'un vif intérêt mais n'a pas pris part à l'organisation. Son passé de criminel et de nationaliste irlandais aurait discrédité les bénévoles. Néanmoins d'autres membres de la Fraternité républicaine Irlandaise (IRB), MacDermott, Hobson, Eamonn Ceannt occupaient des rôles importants dans l'organisation des Volontaires Irlandais et cherchaient à contrôler ce mouvement. Ce fût quasiment fait lorsque Patrick Pearse, déjà un des principaux membres des Volontaires devint membre de la Fraternité républicaine Irlandaise (IRB) à la fin 1913. Cependant John Redmond, le chef de l'Irish Parliamentary Party, a éxigé de nommer la moitié des membres de la direction des Volontaires. Bien que la plupart des membres de l'IRB étaient contre, le décret Redmond a été accepté, en partie grâce à l'appui donné par Hobson. Clarke ne lui pardonna jamais pour ce qu'il considérait comme un acte de trahison. Au début de la première guerre Mondiale, Redmond et ses partisans quittèrent l'organisation en créant les National Volonteers pour combattre auprès des forces de la Triple-Entente. Dès lors l'IRB de Tom Clarke dirigea de fait la milice des Volontaires Irlandais.

Planification de l'insurrection[modifier | modifier le code]

MacDermott et Clarke sont devenus presque inséparables. L'un en tant que secrétaire et l'autre en tant que trésorier dirigèrent de fait l'IRB même si elle était présidée par Seamus Deakin et plus tard par Denis McCullough. En 1915, Clarke et MacDermott (Seán Mac Diarmada) ont créé le Comité militaire de l'IRB pour planifier ce qui allait devenir l'Insurrection de Pâques. Il était tout d'abord composé de Pearse, Ceannt, Joseph Plunkett, Clarke et MacDermott. Lorsque l'ancien Fenian, Jeremiah O'Donovan Rossa, meurt en 1915, Clarke a utilisé ses funérailles (et l'oraison funèbre de Pearse) pour mobiliser les Volontaires Irlandais et les haranguer en vue d'une action imminente. Quand un accord a été conclu avec James Connolly, le chef de l'armée citoyenne irlandaise en janvier 1916, Connolly a rejoint le comité militaire de l'IRB. Il sera imité par Thomas MacDonagh ajouté à la dernière minute en avril. Ces sept hommes ont été les signataires de la Proclamation de la République. Clarke, le vétéran du groupe en fut le premier signataire. Il a refusé tout grade militaire durant les combats qui suivirent.

L'insurrection de Pâques[modifier | modifier le code]

Clarke a été affecté au quartier général à la poste centrale pendant les événements de la semaine de Pâques. Les forces rebelles y étaient en grande partie composées de membres l'armée citoyenne irlandaise sous le commandement de Connolly. Bien qu'il ne portait pas de grade militaire, Clarke a été considéré par la garnison comme l'un de ses commandants. Il a été l'un des combattants les plus acharnés tout au long des évènements. À la suite de la reddition le 29 avril, Clarke a été incarcéré à la prison de Kilmainham avant d'être exécuté par un peloton d'exécution le 3 mai à l'âge de 59 ans.

Sa veuve Kathleen a été élu TD (députée) dans la Première et la Seconde Dala.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]