Thérèse Desqueyroux (film, 2012)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Thérèse Desqueyroux (homonymie).

Thérèse Desqueyroux

Réalisation Claude Miller
Scénario Natalie Carter et Claude Miller, d'après le roman de François Mauriac
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Sortie 2012
Durée 110 min

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les comédiens principaux du film au festival de Cannes 2012.

Thérèse Desqueyroux (/teʁɛzdeskeʁuː/) est un film français réalisé par Claude Miller avec Audrey Tautou et Gilles Lellouche. C'est une adaptation du roman de François Mauriac intitulé Thérèse Desqueyroux, paru en 1927. Le film sort en salles le 21 novembre 2012[1]. Cette ultime réalisation de Claude Miller, mort en avril 2012, a fait la clôture du Festival de Cannes 2012.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans le sud-ouest de la France, à la fin des années 1920. Thérèse Laroque a fait un mariage de convenance entre familles aisées, et a épousé Bernard Desqueyroux, bourgeois propriétaire terrien. Ils s'installent alors dans la propriété familiale située dans un vaste domaine s'étendant sur des hectares de pinèdes.

Bernard est un homme du terroir, passionné par la chasse, et qui défend avec conviction les traditions familiales. Cependant, Thérèse se trouve rapidement étouffée par la monotonie de sa vie maritale. Le désintérêt qu'elle affiche pour son mari et son ennui au quotidien semblent la pousser à rechercher un ailleurs, qu'elle ne parvient pourtant pas à définir elle-même, mais qui l'arracherait à sa vie terne. Son ressentiment augmentera encore lorsqu'Anne, son amie d'enfance, sa confidente, qui est aussi la sœur de son mari, découvre l'amour passionnel auprès de Jean Azevedo et dont la famille d'Anne désapprouve cet amour naissant et lui interdit de le revoir, car elle veut la destiner à un autre homme, qui est un meilleur parti pour la famille. Cet amour simple, que vit son amie et qu'elle même n'a jamais vécu auprès de son mari, suscite en elle un sentiment de jalousie au point d'inciter Jean Azevedo, avant qu'il ne parte pour Paris pour suivre des études, à écrire à Anne, pour lui annoncer la rupture et pour clarifier la situation, car lui même n'éprouve pas d'amour pour Anne, mais veut vivre sa vie en y prenant du plaisir, en s'inspirant du livre Les Nourritures terrestres, dont il cite un passage à Thérèse, alors qu'elle même se sent déjà enfermée dans une vie privée de toutes perspectives et aggravé par le fait qu'elle est enceinte, ce qui l'enferme un peu plus dans une vie toute tracée. La naissance de sa fille ne vient pas dissiper ce désarroi, et laisse sans remord Anne s'occuper de sa fille, lors de ces visites, car elle sent que sa propre fille se trouve mieux dans les bras de son amie que dans les siennes, même si elle éprouve de l'amour pour sa fille.

Lorsque Bernard, qui a fait plusieurs malaises et à qui on a prescrit de l'arsenic, va physiquement de plus en plus mal, Thérèse saisit l'occasion qui s'offre à elle d'empoisonner son mari, mais commet une maladresse à la pharmacie en présentant des ordonnances falsifiées. Elle est découverte et, en plus d'être déshonorée par sa propre famille, elle l'est aussi par celle de son mari. Elle devra faire face à la justice pour ce supposé assassinat, puis à son mari et à sa belle-famille qui entendent sauvegarder les apparences auprès de la société provinciale. Ils vivront sous le même toit, mais Bernard se montrera froid envers elle, exigera le vouvoiement, l'interdira de fréquenter toutes les pièces de la maison, d'être libre d'aller où elle souhaite à l'extérieur, mais surtout, de voir sa fille, auquel cas, il la dénoncera à la justice pour tentative d'empoisonnement. Les seuls moments où ils seront vu ensemble, pour faire bonne figure, sera lors de leur sortie à la messe et au marché. Ce traitement, en plus du décès de sa tante qui prenait soin d'elle, la fera petit à petit dépérir, jusqu'à ce que Bernard, pris de pitié, lui rendra sa liberté, qu'elle reçu comme une délivrance et lui permettra de monter à Paris, fuyant cette vie bourgeoise et provinciale, qu'elle exécrait tant, et dont elle ne pouvait s'accommoder, tant son besoin de liberté était grand. Avant de partir, elle confiera à Bernard, à demi-mot, les raisons qu'ils l'ont poussé à vouloir l'empoisonner, à savoir, ce sentiment de mal-être qu'elle ressentait depuis toujours, dans cette société, trop étroite pour elle.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Lieux de tournage[modifier | modifier le code]

Des scènes du film Thérèse Desqueyroux ont été tournées sur les bords du lac d'Hourtin et de Carcans, à Belin-Béliet et à Bordeaux[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche du film - AlloCiné.
  2. Exclusif: les tops et les flops du cinéma français en 2012 sur BFM TV.com, publié le 7 janvier 2013, Simon Tenenbaum et Jamal Henni.
  3. 'Thérèse Desqueyroux : Les lieux de tournage sur news.celemondo.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]