Sweet Charity

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sweet Charity

Description de cette image, également commentée ci-après

John McMartin et Shirley MacLaine

Titre original Sweet Charity
Réalisation Bob Fosse
Scénario Peter Stone d’après la version scénique de Bob Fosse et le film de Federico Fellini, Les Nuits de Cabiria
Acteurs principaux
Sociétés de production Universal Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Film musical
Sortie 1969
Durée 149 min

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Sweet Charity est un film américain réalisé par Bob Fosse et sorti en 1969.

Synopsis[modifier | modifier le code]

À New York, la délicieuse et rêveuse Charity exerce la profession d'entraîneuse au dancing Fandango et, malgré ses perpétuelles déceptions sentimentales, espère toujours, un prochain jour, « être aimée d'un amour véritable » par celui qui sera l'homme de sa vie. Sa récente mésaventure, qui lui a valu d'être dépouillée de toutes ses économies et poussée par « Charlie, son grand amour » du haut d'un pont dans un bassin de Central Park, ne la décourage pas, elle continue de croire en demain… Après avoir passé, selon elle, une soirée de rêve (qu'elle a terminé enfermée dans une penderie) avec la grande vedette de cinéma Vittorio Vitale, une panne d'ascenseur lui fait nouer connaissance avec Oscar Lindquist, un timide agent d’assurances. D'abord sur ses gardes quand celui-ci l'invite pour une promenade, Charity ne tarde pas à tomber follement amoureuse du gentil Oscar…

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse[modifier | modifier le code]

Remake du film de Federico Fellini, Les Nuits de Cabiria (1957). Le personnage de Charity, inspiré par celui de Giulietta Masina, héroïne des Nuits de Cabiria, rappelle davantage deux rôles de filles légères que Shirley MacLaine tint précédemment : Ginnie dans Comme un torrent (1958) et Irma la douce (1963).

Scénario[modifier | modifier le code]

Une fin alternative « heureuse » fut envisagée puis non retenue par la production. Elle figure dans les bonus de l'édition DVD du film.

Casting[modifier | modifier le code]

Shirley MacLaine reprend le rôle de Charity créée à la scène new-yorkaise par Gwen Verdon. On peut déplorer que les rôles de ses partenaires masculins ne soient pas plus étoffés, car ses épisodiques rencontres avec Ricardo Montalban (qui n'exécute qu'une très stricte prestation d'acteur) ou avec Sammy Davis Jr. en gourou hippie, restent des occasions manquées pour de grands duos chorégraphiques ou vocaux. John McMartin, pourtant l'un des rares acteurs ayant participé à la version scénique, entravé par son personnage d'Oscar, le fiancé timoré, n'exécute pas la moindre chorégraphie et interprète une seule chanson, Sweet Charity. Shirley MacLaine apparaît plutôt comme la vedette de la troupe de Bob Fosse et, à l'époque, la renommée du chorégraphe auprès du grand public n'était peut-être pas encore très étendue, c'est ce qui peut expliquer, en partie, l'échec du film à sa sortie. Apparition en hippie, à la fin du film, de Bud Cort, futur acteur de Robert Altman en 1970 (M*A*S*H, Brewster McCloud) et, qui reste, surtout, l'inoubliable Harold d'Harold et Maude d'Hal Ashby (1971).

Tournage[modifier | modifier le code]

BO[modifier | modifier le code]

  1. Overture (instrumental)
  2. My Personal Property (Shirley MacLaine)
  3. Hey, Big Spender !, chœur des hôtesses au dancing Fandango
  4. The Aloof, The Heavyweight, The Big Finish, 3 figures de ballet au Pompeii Club (instrumental)
  5. If My Friends Could See Me Now (Shirley MacLaine)
  6. There's Gotta Be Something Better Than This (Shirley MacLaine, Paula Kelly, Chita Rivera)
  7. It's A Nice Face (Shirley MacLaine)
  8. The Rhythm of Life (Sammy Davis Jr.)
  9. Sweet Charity (John McMartin)
  10. I'm A Brass Band (Shirley MacLaine)
  11. I Love To Cry At Weddings (Stubby Kaye, Paula Kelly, Chita Rivera et chœurs)
  12. Where Am I Going ? (Shirley MacLaine)
  13. Good Morning, final avec les hippies (instrumental)

Box-office[modifier | modifier le code]

Cette première réalisation de Bob Fosse fut une catastrophe financière pour Universal Pictures : le film ne rapporta que 4 millions de dollars pour un investissement de 20…[1]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompense[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Thèmes et contexte[modifier | modifier le code]

La chorégraphie de Bob Fosse est indémodable et sa maîtrise de directeur de ballet est évidente. On retient les impeccables chorégraphies dont le ballet endiablé There's Gotta Be Something Better Than This de Charity avec ses copines Nickie (Chita Rivera) et Hélène (Paula Kelly) ou celui du happening The Rhythm of Life du grand gourou Big Daddy (Sammy Davis Jr.) et de ses ouailles sous effluves de marijuana dans une église-garage. S'ajoutent à cela le look inventif d'Edith Head pour les costumes, des airs dont l'avenir retiendra notamment celui du mini show de Shirley MacLaine If My Friends Could See Me Now devenu un morceau incontournable de son répertoire.

Vidéographie[modifier | modifier le code]

2007 : Sweet Charity de Bob Fosse, avec bonus (De la scène à l'écranVersion Happy EndLa Création des costumes par Edith HeadBande annonce), 1 DVD Dvd icon.svg PAL (régions 2, 4, 5), Universal Studios 8207916-32/R0.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]