Société chimique de France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Société chimique de France
Nom original Société chimique de Paris
Fondation 1857
Discipline Chimie
Ville Paris
Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Fondateur Jacques Arnaudon
E. Collinet
Giuseppe Ubaldini
Président Olivier Homolle
Secrétaire général Igor Tkatchenko
Publications Bulletin de la Société chimique de France
L'Actualité chimique
Affiliation Association européenne pour les sciences chimiques et moléculaires (EuCheMS)
Site web www.societechimiquedefrance.fr/

La Société chimique de France (SCF) est une association à but non lucratif, reconnue d'utilité publique dont l'objectif est la promotion de la chimie dans ses aspects scientifiques, éducatifs et appliqués[1]. Elle s'est appelée, entre le 15 mars 1983 et le 1er janvier 2009, la Société française de chimie (SFC).

Histoire[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

L’histoire de la Société chimique de France commence en 1857. Trois jeunes chimistes, Jacques Arnaudon, E. Collinet et Giuseppe Ubaldini prennent l’habitude de se réunir chaque semaine dans un café parisien pour discuter de leurs travaux et des travaux de chimie parus en France et à l’étranger. Rejoints par d’autres jeunes chimistes, ils fondent en juin la Société chimique de Paris et élisent le 30 juin 1857 leur premier président : Jacques Arnaudon.

En juin 1858, sous la présidence d’Aimé Girard, la Société chimique de Paris entreprend son institutionnalisation en s’appuyant sur trois projets :

  • La création d’une revue chimique
  • La recherche de nouveaux locaux plus spacieux
  • L’établissement de cartes de membres

Dans le but d’agrandir le cercle de son activité scientifique, la Société admet en son sein plusieurs chimistes de renom, tel Louis Pasteur et Auguste Cahours, et écarte rapidement les véritables fondateurs de la Société. Le 28 décembre 1858, Jean-Baptiste Dumas, qui n’était pas membre la veille, est élu membre et président par acclamation, alors que les statuts prévoyaient une élection par bulletin secret. Louis Pasteur et Auguste Cahours sont élus vice-présidents. Le Dr Gustave A. Quesneville qualifiera cette prise de pouvoir de « 18 brumaire chimique », en référence au coup d'État du 18 brumaire de Napoléon Bonaparte. La jeune Société qui se voulait informelle et non académique a donc brusquement mué.

Sections[modifier | modifier le code]

Très parisienne à ses débuts, la Société chimique de Paris s’installe peu à peu en province. Une section nancéenne est créée en 1895 à l’initiative du président Albin Haller. Suivent en 1898 la section lyonnaise, en 1902 les sections lilloise et toulousaine, en 1905 les sections marseillaise et montpelliéraine. Actuellement, la SCF est composée de quinze sections régionales[2].

Les changements de nom successifs[modifier | modifier le code]

La Société chimique de Paris prend le nom de Société chimique de France en 1906, après la création des premières sections. En 1984, la Société chimique de France fusionne avec la Société de chimie physique et prend le nom de Société française de chimie. En 2008, la Société française de chimie reprend son nom de Société chimique de France. Ce dernier changement a été mis en vigueur depuis le 1er janvier 2009.

Les divisions scientifiques et les groupes thématiques[modifier | modifier le code]

Les divisions scientifiques rassemblent les chimistes d’une même spécialité. Elles font leur apparition en 1958 avec la division de chimie analytique, suivie en 1964 par les divisions de chimie organique, chimie physique, et chimie minérale[3]. À ce jour, la dernière division créée est celle de chimie industrielle, instaurée en 2006.

Les groupes thématiques rassemblent les chimistes et les autres scientifiques autour de certains thèmes tels que l’histoire de la chimie et la chimie des aliments et du goût[4].

Revues de chimie[modifier | modifier le code]

La Société chimique de France a produit ou collaboré à l'édification de différentes publications scientifiques[5].

En 1858 voient le jour les Répertoires de chimie pure, rédigés par Charles Adolphe Wurtz, et les Répertoires de chimie appliquée, rédigés par Charles-Louis Barreswil. Ces répertoires fusionnent avec le bulletin des séances, publié par les secrétaires de la Société, pour donner en 1864 le Bulletin mensuel de la Société chimique de Paris. Ce bulletin comprend des extraits d’articles parus dans des revues françaises et étrangères ainsi qu’un compte rendu des communications faites au sein de la Société. La revue adopte le nom de Bulletin de la Société chimique de France en 1907. Devant la croissance exponentielle du nombre d’articles, le Bulletin change plusieurs fois de formule, jusqu’en 1997, où il fusionne avec d'autres journaux européens pour donner deux revues d’envergure européenne : European Journal of Organic Chemistry et European Journal of Inorganic Chemistry.

Outre ce Bulletin, la Société organise régulièrement des conférences depuis 1860, dans le but d’informer les chimistes sur les avancées de la chimie. Ces conférences sont tout d’abord publiées sous forme d’opuscules intitulés Leçons de chimie professées à la Société chimique de Paris, puis sont directement intégrées dans le Bulletin à partir de 1901. Ces conférences, dont une liste a été établie par Charles Paquot en 1950, sont d’une grande aide pour établir l’évolution des connaissances en chimie. Ce rôle est maintenant assuré par L'Actualité chimique, revue créée par la Société en 1973, destinée à un large public[6].

De nos jours, la SCF est copropriétaire de plusieurs revues scientifiques qui sont publiées par Wiley-VCH. Réunissant seize sociétés chimiques européennes, dont la SCF, l'association ChemPubSoc Europe[7] détient Chemistry: A European Journal, European Journal of Organic Chemistry, European Journal of Inorganic Chemistry, ChemPhysChem, ChemBioChem, ChemMedChem et ChemSusChem.

Actions[modifier | modifier le code]

La Société chimique de France a pour vocation de rassembler toutes les personnes physiques et morales quels que soient leurs secteurs d'activité (organismes publics ou privés) concernées par les sciences de la chimie et leurs applications, de représenter les intérêts des chimistes et de promouvoir le rôle des sciences chimiques.

La SCF et les étudiants[modifier | modifier le code]

La SCF a entrepris une politique active à l'égard de ses jeunes membres. Elle leur offre différentes formules d'adhésion, la possibilité de s'exprimer en toute indépendance dans les clubs des jeunes sociétaires, une aide pour la recherche d'un emploi et, à l'avenir, pour la recherche d'un stage.

La SCF au sein de l’Europe[modifier | modifier le code]

La SCF entretient des relations étroites avec de nombreuses sociétés chimiques européennes dans le but de défendre la cause des sciences chimiques et de promouvoir une identité européenne dans le domaine. Elle représente la communauté des chimistes français au sein de l’Association européenne pour les sciences chimiques et moléculaires (EuCheMS). Elle encourage également la mise en place d'une communauté de chimistes francophones en multipliant les contacts avec les sociétés consœurs d'Afrique, d'Asie et d'Europe.

La SCF et les remises de prix[modifier | modifier le code]

La SCF décerne chaque année, en son nom ou conjointement, des prix et médailles[8], parfois dotés par des industriels. Ils récompensent des chimistes ayant contribué au progrès d'un champ de recherche pure ou appliquée. Ces prix sont aussi attribués à de jeunes chercheurs, en hommage à leur enthousiasme et à l'originalité de leurs travaux.

La médaille :

Les grands prix :

Les prix binationaux :

Des prix par divisions et par sections régionales sont aussi attribués chaque année.

La SCF et la diffusion de l’information scientifique et technique[modifier | modifier le code]

La SCF contribue à la diffusion de l'information scientifique et technique non seulement par le canal des manifestations scientifiques ou des journaux européens, auxquels elle participe via la ChemPubSoc Europe, mais aussi par son magazine, L'Actualité chimique et bien entendu par son site Internet et son journal "SCF Info en ligne".

La SCF et le développement de l’animation scientifique[modifier | modifier le code]

La Société chimique de France joue un rôle essentiel dans le développement de l'animation scientifique grâce à l'action de ses divisions scientifiques et de ses groupes thématiques relayée par les sections régionales et les clubs de jeunes. Cette animation se traduit par :

  • l'organisation de manifestations scientifiques, de conférences internationales, de colloques spécialisés ou interdisciplinaires,
  • la tenue d'une base de données sur les manifestions scientifiques en France et à l'étranger,
  • une participation active au schéma de publications européennes de haute qualité,
  • toutes formes de coopération nationales et internationales, en particulier vers les pays francophones.

La SCF, consciente de l'importance de sensibiliser les pouvoirs publics et le grand public, intervient auprès :

  • des instances gouvernementales pour souligner le rôle incontournable joué par la chimie dans l'économie nationale,
  • du grand public pour promouvoir et défendre l'image de la chimie,
  • des instances communautaires de l'Union européenne

La SCF, très attentive au resserrement des liens entre l'État et les organismes et établissements qui en dépendent et les entreprises industrielles, se veut un lieu de rencontre et d'échanges entre chimistes en :

  • favorisant la mise en relation des chercheurs et laboratoires du secteur public avec le monde industriel, dont les PMI-PME, pour maintenir un haut niveau de recherche fondamentale et pour développer des transferts de technologies efficaces,
  • renforçant les contacts avec l'enseignement secondaire, les universités, les grandes écoles et le CNRS, pour encourager le développement et la pénétration des sciences chimiques,
  • suscitant une réflexion sur le devenir de l'enseignement des sciences chimiques, sur le développement et les orientations de la discipline et sur les problèmes socioprofessionnels qu'elle entraîne.

Le bureau de la SCF[modifier | modifier le code]

Membres du bureau[18]
Président Olivier Homolle
Vice-présidents

Edmond Amouyal
Jean-Claude Bernier
Gérard Férey
Marc Taillefer

Secrétaire général Igor Tkatchenko
Trésorier Régis Poisson
Rédacteur en chef de l'Actualité chimique Paul Rigny

Les actions de la SCF sont réalisées grâce à l’implication de bénévoles. De plus, six salariés travaillent en permanence au siège de la SCF.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Présentation », Société chimique de France,‎ 2010 (consulté le 17 février 2010)
  2. Sections régionales de la Société chimique de France
  3. Divisions scientifiques
  4. Groupes thématiques
  5. Différentes revues chimiques
  6. Site de l'Actualité chimique
  7. ChemPubSoc Europe
  8. Prix et médailles de la SFC.
  9. Société chimique de France, « Lauréats : 2013 - Henri Kagan »
  10. Lauréats du Grand Prix Achille Le Bel.
  11. Lauréats du Grand Prix Pierre Süe.
  12. Lauréats du Grand Prix Félix Trombe.
  13. Lauréats du Prix franco-allemand.
  14. Lauréats du Prix franco-espagnol.
  15. Lauréats du Prix franco-italien.
  16. Lauréats du Prix franco-polonais.
  17. Lauréats du Prix franco-britannique.
  18. Membres du bureau, élus le 13 novembre 2009 (mandat de trois ans)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]