Smangaliso Mkhatshwa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Smangaliso Mkhatshwa (né en 1939) est un homme politique d'Afrique du Sud, membre du Congrès national africain (ANC) et ancien maire de la municipalité post-apartheid de Tshwane de 2001 à 2006

La municipalité de Tshwane comprend notamment la ville de Pretoria, la capitale du pays.


Smangaliso Mkhatshwa est né en 1939 à Barberton dans la province du Transvaal. Il poursuivit sa scolarité à Lydenburg puis au collège Pax à Pietersburg.

Un prêtre catholique activiste[modifier | modifier le code]

En 1960, il entre au séminaire et est ordonné prêtre catholique en 1965.

En 1973, il est fait docteur en théologie de l'université de Louvain en Belgique.

Secrétaire général de la Conférence des évêques catholiques d'Afrique du Sud de 1980 à 1988, c'est aussi un militant anti-apartheid qui sera arrêté, emprisonné à plusieurs reprises et banni entre 1976 et 1987.

Un député ANC[modifier | modifier le code]

Élu député ANC en 1994, vice-ministre de l'Éducation en 1996, il est élu en décembre 2000 maire de la conurbation de Tshwane, qui regroupe 13 municipalités de la région de Pretoria sur 362 km² pour 2,3 millions d'habitants.

Il est président de la section africaine de Cités et Gouvernements locaux unis dont il assume également la présidence au niveau mondial.

L'africanisation forcée des noms[modifier | modifier le code]

Avec son passé de militant de l'ANC et sa fonction de maire de la capitale, il s'acquière une stature nationale.

Sa décision unilatérale de débaptiser en mars 2005 la ville de Pretoria pour lui donner un nom « africain » enflamme la communauté blanche qui y voit un homme revanchard, des pratiques brutales et une intolérance vis-à-vis de la culture afrikaner. Ses opposants, et pas seulement les afrikaners, lui opposent aussi le coût du renommage, la réalité historique et la non prise en compte des sondages effectués auprès des habitants de la ville très majoritairement hostiles au changement de nom.

Mais il balaye ces critiques, refuse tout référendum et toute pétition et justifie sa démarche par la volonté de la population représentée par la majorité municipale. Il s'écarte même des recommandations de la commission qu'il avait mis en place et qui lui conseillait d'organiser un référendum sur le sujet et avec un autre nom que Tshwane à opposer à Pretoria.

Le 7 mai 2005 les rois Ndébélés de la région démentent la version historique officielle de la municipalité qui soutient que Tshwane est le nom originaire de la ville. Dans des circonstances similaires, l'ancien maire du Cap, Peter Marais, avait démissionné.

Accusé de cynisme et d'égocentrisme par beaucoup de ses opposants, et critiqué par certains membres de l'ANC au sein même du gouvernement, Mkhatshwa fait savoir par son ambitieux porte-parole, William Baloyi, qu'à terme, même le futur quartier de Pretoria Central (actuel Capital Central) au sein de la métropole devrait être un jour rebaptisé Tshwane-central.

Ce faisant, Mkhatshwa se met en porte à faux avec la politique récente du président Thabo Mbeki, qui tout en reconnaissant la spécificité et l'africanité des Afrikaners, critique l'esprit colonialiste des Blancs anglophones, dans le but avoué de rallier les Afrikaners à l'ANC.

Mais alors que Mbeki est plutôt hostile au changement de nom de Pretoria, il doit donner des gages à la gauche activiste de l'ANC depuis le départ du vice-président Jacob Zuma.

En mars 2006, les élections municipales donnent la victoire à l'ANC sur Tshwane (alors qu'à Pretoria, l'ensemble de l'opposition remporte 75 % des suffrages). Le résultat de l'ANC est cependant relativement décevant dans un contexte où le parti a partout augmenté sa représentation. Au contraire, l'ANC perd ici presque une dizaine de sièges. Ce mauvais résultat est attribué notamment à la mobilisation de partisans du nom de Pretoria. C'est ainsi que lors de l'élection du maire par le conseil municipal, l'ANC préfère ne pas reconduire Mkhatshwa et opte pour Gwen Ramokgopa, pour lui succéder.

Liens externes[modifier | modifier le code]