Simon Charles Miger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portrait de Simon Charles Miger par Marie-Gabrielle Capet en 1806.
Hocheur blanc nez du Bénin.
Cercopithecus petaurista.
Planche de La Ménagerie du Muséum par Simon Charles Miger.
Tombe de Miger au cimetière d'Auteuil

Simon Charles Miger, né à Nemours le 19 février 1736 et mort à Paris le 28 février 1828, est un graveur français, connu surtout pour les planches qu'il réalisa pour La Ménagerie du Muséum national d'histoire naturelle de Lacépède, Saint-Hilaire et Cuvier.

Sa vie et son œuvre[modifier | modifier le code]

Fils d’un tanneur qui l'envoie faire ses études à Paris, il végète dans des emplois de professeur, de précepteur et de secrétaire avant de se découvrir une passion pour la gravure. Il entre en apprentissage chez Charles Nicolas Cochin, qui l'emploie comme commis, et fréquente l'atelier de Johann Georg Wille. Devenu portraitiste, il s'éprend de la fille d’un luthier, qu'il abreuve de poèmes pendant quatre ans jusqu'à ce que sa situation lui permette enfin de l'épouser. En 1778, il est agréé par l'Académie royale de peinture et de sculpture, où il est admis en tant que membre en 1781. Lors de la Révolution, il plaide aux côtés de Moreau le jeune et d'Adélaïde Labille-Guiard pour la rénovation des statuts de cette institution où règnent les abus de toute nature. « Les lois de l'État, déclare-t-il, sont consenties par tout le peuple français, celles de l'Académie doivent l'être par tout le peuple académicien[1]. » Mais ces projets de réforme sont rendus caducs par l'abolition des Académies, décrétée par la Convention en 1795. Vers 1800, Miger est chargé par Lacépède de graver les planches de son ouvrage sur la ménagerie du Muséum national d'histoire naturelle. Miger effectue cette commande importante d'après les aquarelles de Nicolas Maréchal. Il continue ensuite à manier le burin et à composer des vers jusqu’à l’âge de près de 90 ans.

Malgré les éloges des savants, qui surent apprécier ses talents, et malgré un catalogue comportant près de 300 articles, son œuvre de graveur n'a guère séduit les amateurs d'estampes :

« Honnête homme, bon époux, bon père, de mœurs douces, travailleur infatigable, plus lettré que la généralité de ses confrères, grand rimeur de couplets, cédant au besoin à la douce manie du vers latin ; au demeurant piètre graveur, buriniste médiocre et lourd, faisant peu d'honneur à Cochin dont il était l'élève et le secrétaire, tel fut Miger, de l'Académie royale de peinture et de la Société des Enfants d'Apollon[2]. »

Simon Charles Miger est inhumé à Paris au cimetière d'Auteuil.

La ménagerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Les portraits[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Iconographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Émile Bellier de La Chavignerie, Biographie et catalogue de l'œuvre du graveur Miger, membre de l'ancienne Académie royale de peinture et de sculpture, son portrait avec fac-similé de son écriture (1856).
  • Bernard-Germain-Étienne de Lacépède, Georges Cuvier, Étienne Geoffroy Saint-Hilaire, La Ménagerie du Muséum national d'histoire naturelle, ou Description et histoire des animaux qui y vivent et qui y ont vécu (2 volumes, 1804). Réédition : Artis Library Committee, Amsterdam, 1981. Gravures en ligne

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. Cité par Roger Portalis et Henri Beraldi, Les Graveurs du dix-huitième siècle, vol. III, 1881, p. 95.
  2. Roger Portalis et Henri Beraldi, Op. Cit., p. 87.