Adélaïde Labille-Guiard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Labille et Guiard.

Adélaïde Labille-Guiard

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Autoportrait avec deux élèves (1785).

Nom de naissance Paris
Naissance 11 avril 1749
Paris
Décès 24 avril 1803 (à 54 ans)
Paris
Nationalité Drapeau de la France France
Activités Peintre, miniaturiste, pastelliste

Adélaïde Labille-Guiard, appelée aussi Adélaïde Labille des Vertus, née le 11 avril 1749 à Paris, où elle est morte le 24 avril 1803, est une peintre, miniaturiste et pastelliste française.

Une famille de commerçants parisiens[modifier | modifier le code]

Adélaïde Labille est la plus jeune des huit enfants, dont la plupart meurent en bas âge, d’un couple de bourgeois parisiens. Son père Claude-Edmé Labille est mercier et propriétaire de la boutique de mode, À la toilette, située rue Neuve-des-Petits-Champs, dans la paroisse Saint-Eustache. C’est dans cette boutique que débuta Jeanne Bécu, future Madame du Barry.

Sa sœur aînée, Félicité, dont la date de naissance est inconnue, épouse en 1764 dans la paroisse Saint-Eustache à Paris, le miniaturiste Jean Antoine Gros. Cet artiste, né en 1732 à Toulouse, est aussi un collectionneur avisé de tableaux. Mais Félicité meurt après quatre ans de mariage. On ignore si Adélaïde garde contact avec Gros, sa seconde épouse, la pastelliste Pierrette Madeleine Cécile Durant et son fils, le peintre de l’Empire Antoine Jean Gros.

Les mariages[modifier | modifier le code]

Adélaïde Labille épouse à vingt ans Nicolas Guiard, un commis auprès du receveur général du Clergé de France. Son mari ne lui est donc d’aucune aide dans sa carrière de peintre. Sur son contrat de mariage signé le 25 août 1769, il est indiqué qu'Adélaïde est peintre de l’Académie de Saint-Luc. Elle exerce déjà en tant que peintre professionnel.

Les époux se séparent officiellement le 27 juillet 1779, la séparation de biens existant sous l’Ancien Régime. Ils divorcent en 1793 une fois que la législation révolutionnaire le permet.

Le 8 juin 1799, Adélaïde épouse en secondes noces le peintre François-André Vincent, lauréat du Prix de Rome en 1768 et membre de l’Académie des Beaux-Arts. Elle le connaît depuis l’adolescence. Mais Adélaïde ne retire rien de bénéfique de cette union avec ce peintre célèbre, étant déjà une artiste reconnue pour ses pastels et ses peintures. Ce mariage dure jusqu’à la mort d’Adélaïde en 1803.

Même après son divorce et son remariage, Adélaïde conserve le nom de Guiard, puisque c’est sous le nom d’Adélaïde Labille-Guiard qu’elle est connue dans le monde artistique.

La formation artistique[modifier | modifier le code]

Adélaïde Labille-Guiard maîtrise admirablement la miniature, le pastel et la peinture à l’huile, mais on ne sait que peu de choses sur sa formation. Étant une femme, elle est exclue des formations fournies par les peintres dans leurs ateliers ne pouvant pas suivre l’enseignement aux côtés de jeunes hommes. Elle suit donc seule un enseignement auprès de maîtres acceptant de prendre des jeunes filles comme élèves contre rétribution.

Durant son adolescence, Adélaïde suit une formation de miniaturiste auprès du portraitiste, habile miniaturiste et peintre à l'huile François-Elie Vincent. Né en 1708 à Genève, François-Elie est professeur à l’Académie de Saint-Luc avant d’accéder en 1765 à la charge de conseiller. La famille de Vincent est proche d’Adélaïde. Elle connaît donc depuis son adolescence François-André Vincent, le fils de son maître.

Après son mariage avec Guiard, elle fait son apprentissage du pastel chez un maître du genre Quentin de La Tour entre 1769, date de son mariage et 1774, année où elle expose à l’Académie de Saint-Luc un portrait d’un magistrat au pastel.

Elle est ensuite initiée à la peinture à l’huile par François-André Vincent.

L’Académie de Saint-Luc et les Salons jusqu’en 1782[modifier | modifier le code]

Adélaïde est admise à l’Académie de Saint-Luc en 1769 grâce à François-Élie Vincent alors qu’elle a à peine vingt ans. Pour son agrément, elle présente une miniature dont on ne sait rien. Appartenir à l’Académie de Saint-Luc permet à Adélaïde d’exercer professionnellement son art. De nombreuses femmes artistes appartiennent à l’Académie de Saint-Luc. On compte cent trente femmes en 1777.

Ce n’est qu’en 1774 qu’elle expose pour la première fois au Salon de l’Académie de Saint-Luc. L’œuvre qu’elle y présente est un portrait de magistrat au pastel. Dès cette première exposition, Adélaïde voit ses œuvres comparées à celles de Elisabeth Vigée-Lebrun. Celle-ci, dont le père était l’adjoint d’un ancien professeur, est entrée avec facilité à l’Académie de Saint-Luc. Les critiques prennent soin de ne comparer entre elles que des œuvres réalisées par des femmes.

Le succès de ce salon fut tel que l’Académie royale de peinture et de sculpture en prend ombrage. L’édit de mars 1776 abolit « jurandes, communautés et confréries d’art et de métier ». L’Académie de Saint-Luc ferme donc ses portes en 1777.

Dès lors Adélaïde cherche à entrer à l’Académie royale pour se faire connaître. Pour y entrer, il est nécessaire de présenter une peinture à l’huile. Elle commence son apprentissage de la peinture à l’huile auprès de son ami d’enfance François-André Vincent.

Après la fermeture de l’Académie de Saint-Luc, le salon de la Correspondance, un Salon permanent, est créé en 1779 rue de Tournon par Pahin de la Blancherie. Les artistes n’appartenant pas à l’Académie royale de peinture et de sculpture peuvent y exposer leurs œuvres contre une cotisation minime. Il ouvre en 1781. Adélaïde choisit d’y exposer que des pastels qui sont bien accueillis par les critiques.

C’est grâce à des hommes qu'Adélaïde parvient à se faire connaître en tant que peintre et pastelliste. François-André Vincent, reçu tout juste à l’Académie royale de peinture, envoie à Adélaïde plusieurs personnalités de l’Académie comme Vien, les professeurs Voiriot et Bachelier, son ami Suvée, pour faire leur portrait. Ses hommes, appréciant le talent de l’artiste, sont alors acquis à sa candidature à l’Académie royale de peinture.

En 1782, elle expose au salon de la Correspondance, son autoportrait au pastel et les portraits à l’huile de Vincent et de Voiriot.

Le Salon de 1783 et le pamphlet[modifier | modifier le code]

En 1783, elle finit la série des portraits d’académiciens au pastel. Ils sont représentés assis, en buste, en habit et tenant leur couvre-chef sous le bras.

C’est grâce aux relations de sa famille avec ce sculpteur qu'Adélaïde reçoit la commande du portrait de Pajou. Le portrait est exposé en 1783 où il est accueilli chaleureusement pour sa ressemblance.

Les critiques comparent les pastels de Adélaïde avec ceux de Quentin de La Tour, le maître du genre. Adélaïde est une artiste reconnue dans ce domaine.

Sous le titre de Supplément de Malborough au Salon, un auteur demeuré inconnu publie des couplets où les femmes peintres Anne Vallayer-Coster, Elisabeth Vigée-Lebrun et Adélaïde Labille-Guiard sont injuriées, de même que le peintre Hue lors du Salon de 1783. Adélaïde y est accusée d’avoir de nombreux amants dont François-André Vincent. Il ne s’agit que d’accusations mensongères courantes pour les femmes qui exercent un métier défini alors comme masculin, d’autant plus quand, comme Adélaïde, elles sont séparées de leur mari.

Dès qu’elle en prend connaissance, Adélaïde écrit à la comtesse d'Angiviller, épouse du directeur des Bâtiments du Roi une lettre pour faire arrêter la publication de ce pamphlet. Cette femme, qui a des relations, n’a aucun mal à confier à la police cette affaire. Tous les pamphlets imprimés sont détruits. Malgré ce pamphlet, ces amis artistes comme Vincent et Pajou continuent à soutenir Adélaïde.

L’entrée à l’Académie royale de peinture et de sculpture[modifier | modifier le code]

Adélaïde Labille-Guiard est reçue en 1783 en même temps que Elisabeth Vigée-Lebrun à l’Académie royale de peinture et de sculpture. Alors que Vigée-Lebrun doit sa nomination de la reine, Adélaïde la doit aux amis qu’elle a parmi les académiciens.

La première effigie d’artiste qui servit de réception est celle du sculpteur Jacques Sarrazin peint par François Lemaire pour sa réception en 1657. De dimensions standard, les effigies d’artistes représentent principalement des peintres d’histoire ou des sculpteurs, portant perruque, debout ou assis dans leur atelier tenant le plus souvent le crayon, la palette ou le ciseau et entourés d’objets décoratifs qui précisent leur spécialité : chevalet, carton à dessins, gouge, maillet, marbres, etc. Adélaïde suit cette tradition avec son premier morceau de réception à l’Académie. Le portrait de Pajou sculptant un buste de Lemoyne, œuvre avec laquelle il a obtenu un grand succès, est présenté dans le Salon de 1783. Adélaïde Labille-Guiard, comme les portraitistes La Tour et Duplessis, diffère la remise de son second morceau de réception.

Une artiste reconnue et pensionnée par le roi[modifier | modifier le code]

Au Salon suivant en 1785, l’affaire du pamphlet est passée. Des académiciens influents ont accepté de poser pour Adélaïde, Jacques Vernet, Charles-Nicolas Cochin et Amédée Van Loo. Ces portraits sont présentés au Salon avec Autoportrait avec ses élèves et des portraits de plusieurs femmes de la haute société dont la comtesse de Flahaut, belle-sœur du Directeur des Bâtiments du Roi et sœur de la comtesse d’Angiviller. On peut voir la commande de ce portrait comme un soutien officiel de cette famille au peintre. Les critiques sont toujours élogieux sur le travail de l’artiste.

Grâce au soutien du Directeur des Bâtiments du Roi, Adélaïde obtient une pension de mille livres en 1785, alors qu’elle est dans une situation financière difficile, étant séparée de son époux Guiard. Pour subvenir à ses besoins, elle prend des jeunes filles comme élèves, dont Marie-Gabrielle Capet.

Le peintre de Mesdames[modifier | modifier le code]

Adélaïde est invitée à Versailles à faire le portrait de Mesdames, les tantes du roi Louis XVI, et de Madame Elisabeth, la sœur du roi en 1786. Elle est une pastelliste et un peintre reconnu, membre de Académie royale de peinture. Ces commandes de la famille royale donne à Adélaïde une célébrité accrue parmi les membres de la noblesse.

Les tantes du roi, satisfaites de leurs portraits, demandent pour leur peintre le titre et le brevet de peintre de Mesdames, qui fut accordé en 1787. Elle partage cet honneur avec le peintre allemand J.F. Hemsius.

Adélaïde Labille-Guiard expose au Salon de 1787 les portraits des trois princesses, Madame Elisabeth, Madame Adélaïde en tenue d’apparat et Madame Victoire au pastel.

Le portrait de Madame Adélaïde est un portrait en pied destiné à montrer la princesse dans toute sa splendeur. Elle est peinte en costume d’apparat debout à côté du portrait en médaille de son père Louis XV, de sa mère et de son frère tous décédés.

La recherche d’une nouvelle clientèle à la Révolution française[modifier | modifier le code]

Portrait de Maximilien Robespierre par A. Labille-Guiard (1791).

En 1790, la Révolution française pousse Adélaïde à partir à la recherche d’une autre clientèle dans un milieu politique très actif. Elle s’est introduite dans l’entourage du duc d’Orléans comme en témoigne le portrait de Madame de Genlis, sa maîtresse.

À la même époque, elle défend devant l’Académie royale de peinture le fait qu’elle doit être ouverte à toutes les femmes sans limitation de nombre. Elle est soutenue par ses amis Vincent, Pajou, Gois et Miger, mais le vote n’est pas considéré comme valable.

En 1791, les tantes du roi se réfugient en Italie. Adélaïde doit trouver de nouveaux patrons. Elle fait donc les portraits de quatorze députés à l’Assemblée nationale dont celui de Talleyrand. En retour, celui-ci propose à l’Assemblée de donner aux femmes privées de fortune les moyens de subsister par le produit de leur travail. Son portrait de Robespierre est connu pour son cadrage innovant et son fond neutre. Les critiques étant bonnes, Adélaïde s’assure d’être soutenue par les nouveaux puissants à Paris.

En 1792, ayant une pension du roi, elle risque d’être prise pour une personne soutenant la monarchie. Elle choisit donc de partir de Paris pendant quelque temps pour Pontault-en-Brie avec François-André Vincent.

En 1793, lors de la Terreur, Adélaïde est forcée de détruire son grand tableau Réception d’un Chevalier de l’Ordre de Saint-Lazare par Monsieurauquel elle travaille depuis plusieurs années. Il s’agit du portrait du frère de Louis XVI[1]. Sous le choc de la perte de son œuvre, Adélaïde ne participe pas au Salon de 1793 et cesse de peindre pendant un temps.

Grâce à Joachim Lebreton, chef des bureaux des Musées, elle obtient une pension de 2000 livres en 1795 et un logement pour elle au Collège des Quatre Nations. Elle possède aussi un atelier à l’Institut de France. Elle expose les portraits de Joachim Breton et de François-André Vincent au Salon de 1795.

Elle continue à exposer des portraits au Salon de 1798 à 1800, étant toujours bien vue des puissants par son attitude assez favorable à la Révolution.

Les œuvres d’Adélaïde Labille-Guiard[modifier | modifier le code]

Au XVIIIe siècle, on refuse aux femmes de copier des modèles vivants. Cela étant contraire à la décence pour les femmes. Ainsi les femmes voulant peindre des modèles vivants devaient mener une carrière d’autodidacte. Cette limitation dans l’apprentissage des femmes artistes explique pourquoi celles-ci font principalement des portraits en buste.

Adélaïde ne se distingue pas de ses consœurs en ne faisant que des portraits au pastel ou à l’huile coupés à la taille ou à la poitrine. Le pastel, bien qu’étant une technique difficile à maîtriser, est considéré comme une technique féminine. Le pastel est en effet idéal pour faire des portraits en buste sur de petites surfaces de papiers. Le portrait au pastel est un portrait intime. On choisit l’huile pour représenter sa famille de manière officielle. Les portraits d’Adélaïde sont connus pour leur réalisme. Contrairement à Elisabeth Vigée-Lebrun, elle n’arrange pas le visage de ses modèles.

Sur environ soixante-dix œuvres aujourd’hui connues de Adélaïde Labille-Guiard, moins d’une dizaine sont des portraits en pied. Ces derniers sont des commandes de personnes illustres comme Madame Victoire ou le peintre Van Loo.

La majorité des personnes représentées par Adélaïde sont des femmes. Les portraits d’hommes qu’elle réalise sont le plus souvent ceux de personnes de son entourage ou de celui de ses amis, en particulier du peintre François-André Vincent. Les portraits d’homme sont faits dans l’objectif de servir l’avancement de sa carrière. Ce choix d’Adélaïde dans ses sujets est sans originalité pour l’époque. Il est partagé par les autres femmes artistes. Adélaïde prête plus d’attention à ses modèles masculins après le scandale lié au pamphlet lors du Salon de 1783.

Quelques autoportraits sont réalisés par Adélaïde. Ce type de portrait est reconnu puisque des artistes offrent parfois leur autoportrait à l’Académie Royale, par exemple l’ « Autoportrait de Rigaud au turban », légué par le peintre en 1743 ; ou « Autoportrait de Charles Antoine Coypel », offert par l’artiste en 1746. La formule de l’autoportrait est une image qui se développe en France au milieu du XVIIe siècle, oblige à une part d’interprétation. L’autoportrait est surtout destiné à glorifier son activité. Les artistes se représentent volontiers dans de grandes compositions historiques, des portraits collectifs comme les portraits de famille ou encore des peintures de genre rieur. Dans le cas d’Adélaïde, il s’agit avant tout de se présenter comme un peintre et une femme. C’est pourquoi on observe dans ses autoportraits un soin tout particulier à ses vêtements ainsi qu’à ses attributs de peintre. Dans son autoportrait en pastel, Adélaïde se présente comme tout peintre avec pinceaux et palette devant une toile. Elle apporte un soin particulier, comme dans ses autres œuvres, au rendu du tissu et aux points de dentelle.

En 1787, elle décide cette fois de se représenter dans toute la splendeur acquise par son statut de peintre de l’Académie avec une robe coûteuse qui accroche la lumière. On ne peut qu’admirer le talent du peintre pour le rendu de cette robe. Elle tient toujours pinceaux et palette, mais le spectateur la voit désormais par les yeux de son modèle. Derrière elles, se tiennent ses deux élèves Mesdemoiselles Capet et Carreaux de Rosemond.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anne-Marie Passez, Adélaïde Labille-Guiard, Paris, 1973.
  • Roger Portalis, « Adélaïde Labille-Guiard », in Gazette des beaux-arts, Lausanne, 1901, p. 352-367.
  • Roger Portalis, Adélaïde Labille-Guiard, Paris, 1902.
  • Women and Art, p. 45-48, Portrait of Madame Adélaïde.
  • Jean Cailleux, « Portrait of Madame Adélaïde of France, Daughter of Louis XV », Burlington Magazine (vol. 3, March 1969), suppl. I-VI.
  • Marie-Josèphe Bonnet, Liberté Égalité Exclusion : femmes peintres en Révolution, 1770-1804, Édition Vendémiaire 2012.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives nationales, D XXXVIII, 59. Rapport au Comité d’Instruction Publique, le 12 floréal an III (1er mai 1795)

Liens externes[modifier | modifier le code]