Tel Quel (revue française)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre avec l'hebdomadaire marocain Telquel
Tel Quel
Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Périodicité Hebdomadaire
Genre Littéraire
Date de fondation 1960
Ville d’édition Paris

ISSN -

Tel Quel était une revue de littérature d'avant-garde, fondée en 1960 à Paris aux Éditions du Seuil par plusieurs jeunes auteurs réunis autour de Jean-Edern Hallier et Philippe Sollers. La revue avait pour objectif de refléter la réévaluation par l'avant-garde des classiques de l'histoire de la littérature. En dépit de son orientation littéraire, les positions de la revue sont très caractéristiques des mouvements d'idées des années soixante et soixante-dix, notamment le maoïsme affiché de certain de ses membres.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le comité de rédaction comprenait Philippe Sollers, Jean-Edern Hallier, Jean-René Huguenin, Renaud Matignon, Jean Ricardou, Jean Thibaudeau, Michel Deguy, Marcelin Pleynet, Denis Roche, Jean-Louis Baudry, Jean-Pierre Faye, Jacqueline Risset, Julia Kristeva, Michel Maxence et Gislhaine Meffre[1].

Parmi les auteurs et collaborateurs, on note Roland Barthes, Georges Bataille, Jacques Derrida, Jean-Pierre Faye, Michel Foucault, Julia Kristeva, Bernard-Henri Lévy, Marcelin Pleynet, Maurice Roche, Philippe Sollers, Tzvetan Todorov, Francis Ponge, Umberto Eco, Gérard Genette, Pierre Boulez, Jean-Luc Godard, Philippe Muray, Stephen Jourdain ou Pierre Guyotat.

La publication s'est interrompue en 1982. Les Éditions du Seuil ayant refusé de céder le titre, la revue qui avait déménagé aux Éditions Denoël dut changer de nom pour reparaître sous le titre L'Infini en 1983 (et aux Éditions Gallimard depuis 1987).

Une monumentale (600 pages) Histoire de Tel Quel, 1960-1982 a été publiée en 1995 aux Éditions du Seuil (collection « Fiction & Cie ») par Philippe Forest (ISBN 2020173468).

Les éditions du Seuil lanceront en 1963, trois ans après la création de la revue, une collection sous le nom Tel Quel dont la direction sera confiée à Philippe Sollers. En vingt ans d'existence, y seront publiés 73 ouvrages de 32 auteurs différents[2].

Orientation politique[modifier | modifier le code]

Tel Quel se veut tout d'abord une revue apolitique. Elle glissera peu à peu vers le structuralisme, puis vers le freudisme et le maoïsme. Jean-René Huguenin sera exclu dès le second numéro. Caractéristique est la violente hostilité que rencontrera dans les années 1970, la publication des pamphlets de Simon Leys sur la Chine communiste dans les milieux maoïstes de la revue ou inversement l'accueil réservé au livre de Maria-Antonietta Macciocchi, De la Chine qui aura pour conséquence que la revue rompra avec le Parti communiste français en 1972. En 1974, une délégation de Tel Quel, composée de Philippe Sollers, Julia Kristeva, Marcelin Pleynet, François Wahl et Roland Barthes, se rendra même en voyage officiel en Chine. À leur retour, ils publieront un numéro spécial consacré à la Révolution culturelle dont ils décrivent la « réussite ». Les deux numéros de la revue consacrées à la Chine maoïste connaîtront des records de ventes (entre 20 000 à 25 000 exemplaires)[3].

Tel Quel est aussi le titre de deux volumes de Paul Valéry, publiés en 1941 et 1943.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]