Seconde bataille de Benghazi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Seconde Bataille de Benghazi)
Aller à : navigation, rechercher
Seconde bataille de Benghazi
Véhicules loyalistes détruits par l'aviation française le 19 mars 2011.
Véhicules loyalistes détruits par l'aviation française le 19 mars 2011.
Informations générales
Date 19 mars - 20 mars 2011
Lieu Benghazi, Libye
Issue Victoire de la rébellion
Belligérants
Drapeau de la Libye Conseil national de transition
Drapeau de la France France
Flag of Libya (1977-2011).svgJamahiriya arabe libyenne
Forces en présence
Drapeau de la Libye
8000 soldats mutinés[1]
5000 volontaires[1]

Drapeau de la France
20 avions de combats[2]
Flag of Libya (1977-2011).svg
1000-2000 soldats
Pertes
Drapeau de la Libye
120 morts[3]
1 MiG-23 accidenté[4],[5]
Flag of Libya (1977-2011).svg
Nombre de pertes inconnu
70 véhicules détruits[6]
4 chars capturés[7]
Guerre civile libyenne
Batailles
1re Benghazi · El Beïda · Derna · 1re Tripoli · Misrata · 1re Zaouïa · Djebel Nefoussa (1re Dehiba · 2e Dehiba · Gharyan) · 1re Brega · 1re Ras Lanouf · 1re Ben Jawad · 2e Ras Lanouf · 2e Brega · 1re Ajdabiya · 2e Benghazi · 2e Ajdabiya · 1re golfe de Syrte · 3e Brega · Al Jawf · Front de Misrata (Zliten · Tawarga · 2e Zaouïa · 4e Brega · Fezzan · Birak) · 5e Brega · 3e Zaouïa · 2e Tripoli · 2e Sebha · 2e golfe de Syrte (Syrte) · Offensive de Bani Walid (Tarhounah - Bani Walid)

Intervention militaire de l’OTAN · Opération Ellamy (Royaume-Uni) · Opération Harmattan (France) · Opération Odyssey Dawn (États-Unis) · Opération Mobile (Canada)


3e Sebha · 3e Benghazi · Attentat d'Al-Srir · 4e Sebha · 4e Benghazi

Coordonnées 32° 07′ N 20° 04′ E / 32.11666667, 20.06666667 ()32° 07′ Nord 20° 04′ Est / 32.11666667, 20.06666667 ()  

Géolocalisation sur la carte : Libye

(Voir situation sur carte : Libye)
 Différences entre dessin et blasonnement : Seconde bataille de Benghazi.

La seconde bataille de Benghazi est une bataille de la guerre civile libyenne de 2011 opposant les forces fidèles à Mouammar Kadhafi à la rébellion libyenne les 19 et 20 mars 2011 dans la ville de Benghazi. Elle s'est terminée par le retrait des forces loyalistes suite à l'intervention de l'aviation française.

Contexte[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Guerre civile libyenne.

Forces en présence[modifier | modifier le code]

Les troupes rebelles étaient composées, lors de la bataille de plus de 13000 hommes soit 8000 soldats mutinés et 5000 volontaires, de quelques chars et quelques avions capturés lors du Soulèvement de Benghazi, aidés par 20 avions de combats français.

Les troupes loyalistes disposaient quant à elles entre 1000 et 2000 soldats, d'une vingtaine de chars et de plusieurs avions de combats, de bateaux de guerres et de nombreuses batteries.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Attaque loyalistes[modifier | modifier le code]

Le 19 mars, à 7h30 (heure locale), l'artillerie loyaliste commence à pilonner la ville. Aux alentours de 9h00 (heure locale) les troupes loyalistes essayent de capturer la ville par le sud à l'aide de chars et d'artillerie lourde. Après de durs combats, à 14h30, les rebelles affirment tenir la ville et poursuivre la résistance.

Au cours de la bataille, un MiG-23 piloté par un rebelle s'est écrasé dans la banlieue de Benghazi. La cause de l'accident demeure incertaine, mais on croit qu'elle est due à un tir ami.

Intervention française et retrait des loyalistes[modifier | modifier le code]

Aux alentours de 16h00 (heure locale), les premiers avions français entrent dans l'espace aérien libyen pour y effectuer une mission de reconnaissance, première étape dans l'aménagement d'une zone d'exclusion aérienne en Libye dans le cadre l'opération Harmattan. Certains de ces avions ont survolé Benghazi[5]. À 18h45 les Français ont débuté les attaques sur les troupes de Kadhafi, détruisant l'un de leurs chars[5]. À 19:50, l'aviation française détruit quatre chars supplémentaires[5]. Un journaliste de Reuters a confirmé qu'au moins sept chars et deux transports de troupes blindés ont été détruits lors des bombardements aériens français[8]. L'amiral Mullen des États-Unis a annoncé le 20 mars, que les troupes loyalistes ont cessé de combattre à Benghazi et ont dû quitter la ville suite à leurs multiples défaites[9].

Bilan[modifier | modifier le code]

Les rebelles libyens perdent 120 hommes (civils compris) et un de leurs avions tandis que dans le camp des loyalistes on dénombre 70 véhicules détruits (14 artilleries et chars, 20 APC, 2 lance-roquettes multiples, 1 9K33 Osa et 33 camions, technicals et jeeps). 4 chars sont également capturés par les rebelles.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]