Scudo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le scudo (pl. scudi) est une monnaie ayant eu cours en Italie jusqu'au XIXe siècle : c'est l'équivalent italien de l'écu français, de l' escudo espagnol et de l'escudo portugais. Son nom de provient du latin scutum bouclier). À partir du XVIe siècle[1], le scudo désigne en Italie une grande pièce de monnaie d'argent, dont les dimensions varient selon la région d'émission.

Scudo pontifical Sede vacante de 1846.

Le premier scudo d'argento (bouclier d'argent) est frappé à Milan en 1551 par l'empereur Charles Quint (1519-1556)[1]

Sous les règnes de Marie-Thérèse d'Autriche et de Joseph II le scudo d'argento avait un poids de 23,10 g et une teneur en argent de 896/1000[2].

Dans le royaume lombard-vénitien administré par l'empire d'Autriche sous les Habsbourg, le scudo lombard-vénitien était équivalent au thaler conventionnel (Konventionstaler) et divisé en six lires. Avant les guerres napoléoniennes, la lire était divisée en 20 soldi, valant chacun 12 denari. Par la suite, la lire fut divisée en 100 centimes.

Lorsque l'Autriche-Hongrie adopta le système décimal, en 1857, le scudo fut remplacé par le florin lombard-vénitien au taux de deux florins pour un scudo. Des pièces de ½ et de 1 soldo furent émises, égales à ½ et 1 kreuzer, pour être utilisées en Lombardie et en Vénétie.

Dans les États pontificaux, le scudo pontifical fut la monnaie courante jusqu'en 1866. Il était divisé en 100 baiocchi (baiocco au singulier) valant chacun cinq quattrini. Il fut remplacé par la lire pontificale de valeur égale à la lire italienne.

Le duché de Modène et Reggio a également émis un scudo, qui valait quatre lires, soit un tiers de tallero.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Konrad Klütz 2004, p. 243
  2. Eupremio Montenegro 1996, p. ??

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Konrad Klütz, Münznamen und ihre Herkunft, Vienne, moneytrend Verlag,‎ 2004 (ISBN 3-9501620-3-8)
  • (it) Eupremio Montenegro, Manuale del collezionista di monete italiane, XI ed., Turin,‎ 1996, 826 p. (lien OCLC?)

Source[modifier | modifier le code]