Scordatura

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La scordatura est une manière d'accorder les instruments à cordes (violon, violoncelle, viole, luth, guitare, viole d'amour, etc.) qui s'écarte de l'accord usuel. Cette technique est utilisée à la Renaissance sur les instruments à cordes pincées (luth, guiterne) et les pièces comportant cet artifice sont précédées des expressions à cordes ravallées, à corde avalée ou avallée. L'un des premiers compositeurs[1] à publier une pièce pour violon en scordatura est Biagio Marini, dans son opus 8[2], en 1629. Cet usage permet d'utiliser des accords inhabituels et modifie la tension des cordes, ce qui produit aussi des effets sonores nouveaux.

La technique est également utilisée dans la musique traditionnelle écossaise et norvégienne (« Hardingfele »). Les « fiddler » utilisaient trois accords différents (mi4-la3-ré3-la2, do#4-la3-mi3-la2 et mi4-la3-mi3-la2 appelé aujourd'hui the Cape Breton tuning) pour obtenir un bourdon semblable à celui des instruments traditionnels comme la vielle à roue, la cornemuse ou les instruments de la famille de l'épinette des Vosges. Cette technique fut aussi mise en œuvre par des guitaristes de jazz et de rockFrank Zappa en particulier en était coutumier.

Un autre exemple d'utilisation, les notes graves de certains clavecins étaient diatoniquessol - la - si — puis chromatiquesdo - do \sharp - ré, etc. Une scordatura du si en si \flat permettait d'ajouter une basse à un accord de si \flat. Dans certains instruments archaïques, la corde la plus à gauche (la plus longue) était même prévue pour être accordée ad libitum.

Exemple musical[modifier | modifier le code]

Les sonates des Mystères (Sonates du Rosaire) de Heinrich Ignaz Franz Biber, dans lesquelles on trouve 15 façons différentes d'accorder le violon.

Mysterien sonate.jpg

Andrew Manze explique la scordature avec l'exemple des Sonates du Rosaire (en)

Autres exemples[modifier | modifier le code]

Parties solistes[modifier | modifier le code]

Écrite pour un violoncelle accordé en do, sol, , sol. Cet accord particulier, qui double le sol "à vide" confère un timbre particulier à l'instrument, le sol aigu faisant vibrer le sol et le do graves.

Mozart recommande d'accorder l'alto un demi-ton plus haut (Accorda un mezzo tono più alto), afin d'obtenir un son plus clair, plus tendu, plus vigoureux et qui s'accorde mieux avec celui du violon.

Le violon solo est accordé en sol, , la, mi \flat

Afin de permettre l'exécution d'accords de si mineur, le violoncelle doit être accordé en si, fa \sharp, , la

Le violoncelle doit être accordé en si\flat, fa\sharp, , la.

Le violoncelle doit être accordé en si \flat, sol, , la.

Musique d'ensemble[modifier | modifier le code]

Un passage requiert que les seconds violons s'accordent en sol \flat, , la, mi afin de jouer un sol bémol.

L'exécution de certains harmoniques requiert que toute la section de violon soit "désaccordée".

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Open tuning, ou accordage ouvert : accordage non standard des cordes d'une guitare
  1. Dictionnaire encyclopédique de la musique de l'université d'Oxford - traduction française et ajouts en 1988 éditions Robert Laffont
  2. Sonata Seconda d’inventione Per il Violino dans Sonate, Symphonie, Canzoni, Pass’emezzi, Baletti, Corenti, Gagliarde, & Retornelli, A 1.2.3.4.5.& 6. Voci, Per ogni sorte d’Instrumenti. Opera Ottava, Venetia, 1629.