Rigolato

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rigolato
Image illustrative de l'article Rigolato
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Bandiere dal Friûl.svg Frioul-Vénétie julienne 
Province Udine 
Code postal 33020
Code ISTAT 030094
Code cadastral H289
Préfixe tel. 0433
Démographie
Population 513 hab. (31-12-2010[1])
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 33′ 00″ N 12° 51′ 00″ E / 46.55, 12.8546° 33′ 00″ Nord 12° 51′ 00″ Est / 46.55, 12.85  
Superficie 3 000 ha = 30 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Frioul-Vénétie julienne

Voir sur la carte administrative du Frioul-Vénétie julienne
City locator 14.svg
Rigolato

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Rigolato

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Rigolato
Map of comune of Rigolato (province of Udine, region Friuli-Venezia Giulia, Italy).svg

Rigolato est une commune italienne de la province d'Udine dans la région Frioul-Vénétie julienne en Italie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé dans le haut val Degano, en Carnia, aux pieds des monts Talm et Pleros à 760 mètres d’altitude, est entouré des quelques monts les plus importants des Alpes carniques.

Les habitations, en grande ârtie érigées sur les pentes, sont entourées de forêts riches en flore et en faune.

Histoire[modifier | modifier le code]

La vallée du Degano, comme la majeure partie de la Carnia, fut habitée par les Carni, un peuple celtique.

Les premières notices documentées sur l’existence de Rigolato remontent au XIII siècle[2].

Selon l’hypothèse du géographe Giovanni Marinelli[3], on retient l’important développement, intervenu entre les années 1400 et 1500, sur l’exploitation des mines d’argent et de cuivre sur le mont Avanza, près de la commune de Forni Avoltri.

Comme le reste de la Carnia, Rigolato fit partie du Patriarcat d’Aquilée (1077-1420), puis, de 1420 à 1797, de la République de Venise.

Après la chute de la Sérénissime, avec la proclamation du Royaume d'Italie (1805-1814) il devient chef-lieu du canton, district de Tolmezzo, département de Passariano.

Sous le royaume lombard-vénitien,Rigolato devient une commune de troisième ordre avec un conseil communale, chef-lieu du district (joint en 1863 à celui de Tolmezzo), appartenant à la Province du Frioul.

En 1866, annexion au royaume d'Italie (1861-1946).

Le dépeuplement du pays, déjà perceptible au début de l’après-guerre, est devenu ininterrompu depuis les années 1950 jusqu’à nos jours, réduisant la population sous les 600 habitants.

Monuments et lieux d'intérêt[modifier | modifier le code]

l'alta val Degano vista da Givigliana
  • Rigolato est pays caractéristique de la Carnia, avec des constructions bien conservées du XVII et XVIII siècle.
  • Vuezzis, l’église de saint Nicolas de Myre du XIV siècle qui contient une importante série de fresques sur la vie et les œuvres du saint[4].
  • Valpicetto, les fresques de l’église Sainte Barbara, édifiée au XVI siècle.
  • Gracco, conserve les restes d’une antique foret de fagus.

De par sa position, le pays est une solide base de départ pour les passionnés de randonnées et les ascensions vers les sommets voisins.

Société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 1871 avec 1500 habitants, Rigolato arrive à une pointe en 1921 avec 2443 habitants puis s’amorce une chute due à l’immigration, principalement vers les autres pays d’Europe (France, Belgique, Allemagne) et outre-Atlantique, pour passer de 2 058 habitants en 1951 à seulement 641 habitants en 2001.

Évolution de la population en janvier de chaque année[modifier | modifier le code]

1861 1901 1921 1951 1961 1971 1981 1991 2001
- 2 271 2 443 2 058 1 910 1 272 976 765 641
2012 - - - - - - - -
487 - - - - - - - -


Langue et dialectes[modifier | modifier le code]

A Rigolato, si la langue officielle est l’italien, la population parle le frioulan (loi régionale du 18 décembre 2007, n. 29 "Norme pour la tutelle, le valorisation et la promotion de la langue frioulane"[5].

Culture[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à Rigolato[modifier | modifier le code]

  • Enrico Fruch (Ludaria 20.9.1873–Udine 6.12.1932), poète, instituteur et directeur de l’école de San Domenico.
  • Giovanni Giuseppe Cappellari (Rigolato 14.12.1771–Vicenza 7.2.1860) – ordonné prêtre an 1796, professeur au séminaire d’Udine puis recteur en 1812. Nommé professeur de théologie morale à l’université de Padoue, lauréat en théologie chrétienne (1816) et in utroque iure (1826).
  • Bruno Russello (Rigolato 1923–Como 19.8.1991) - romancier.
  • Alessandro Trabucchi (Verona 5.12.1892–Rigolato 29.11.1982), ufficier de carrière, général d’armée et oersonnalité de la résistance italienne.
  • Bruno Lepre (Ovaro 11.2.1920–Tolmezzo 16.9.2006). Notaire, sénateur, ex-maire de Rigolato.
  • Cristiana Compagno (Udine 2.12.1957). Economiste, recteur de l'université d'Udine.

Hameaux et localités[modifier | modifier le code]

  • Hameaux:
    • Ludaria, 854 m.
    • Magnanins, 761 m.
    • Valpicetto, 756 m.
    • Givigliana
    • Vuezzis, 878 m.
    • Gracco, 748 m.
  • Localités:
    • Ricciòl
    • Casadorno
    • Fornace
    • Tors, 867 m.
    • Autimis, 1089 m.
    • Stalis, 875 m.
    • Soclap

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Comeglians, Forni Avoltri, Paluzza, Prato Carnico

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
04/2014 en cours Emanuela Gortan Cappellari    
Les données manquantes sont à compléter.

La commune fait partie de l'association intercommunale Alta Val Degano – Val Pesarina constituée en 2007 avec les communes de Comeglians, Forni Avoltri, Ovaro, et Prato Carnico.

Jumelage[modifier | modifier le code]

Drapeau de la France Bethoncourt (France)

Un jumelage avec la commune française de Bethoncourt (Doubs)[6] a été officialisé le 29 juin 2013, mettant à l'honneur la population de Rigolato ayant contribué à la construction des logements sociaux nécessaires au développement économique de la région de Montbéliard, dans les années 1950 et 1960[7].

Galerie photos[modifier | modifier le code]

Note[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. "Un document du 5 juin 1257 montre Federico, fils d’Ermanno di Pinzano, donner à Federico, gastald d’Udine, ses possessions du hameau de Clavais sur le canal de Gorto, la villa d’ Avausa avec ses droits, etc., Notizie storiche della Carnia da Venzone a Monte Croce e Camporosso, Li. Ed. "Aquileia", Udine-Tolmezzo, 1960 (II ed.), pp. 33–34.
  3. Guida della Carnia, G.B. Ciani, Tolmezzo, 1906, p. 303.
  4. Venier G., Gli affreschi di San Nicolò di Vuezzis, in «Quaderni dell'Associzione della Carnia Amici dei Musei e dell'Arte», 9 (2004), p. 35.
  5. Denominazioni ufficiali in Lingua Friulana [1] liste officielle, 26 octobre 2011, Edit. Arlef
  6. Inauguration de l’espace Rigolato du 10/12/2011 en hommage aux maçons de Rigolato, en présence des maires des deux communes
  7. Brochure Rigolato-Bethoncourt de Guido Candido, éditée par la commune de Rigolato, juillet 2011

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Vicario F. , Vocabolari riguladot, Comune di Rigolato, Rigolato, 2000
  • Roja A.- Vale G. , Note di storia della parrocchia di San Giacomo di Rigolato, Tip. Carnia, Tolmezzo, 1926
  • Cella P. , Memorie di Givigliana, Stabilimento Tipografico Lukezic, Gorizia, 1928
  • Klein H. , I «materialisti» della Carnia nel salisburghese, in «Ce fastu?» XXX (1954), 1-6, pp. 70–88
  • Klein H. , Un friulano amico del giovane Mozart, in «Ce fastu?» XXXIX (1963), 1-6, pp. 72–79
  • D'Andrea F. (a cura di), Veretâz. Storia, emigrazione esperienze e caratteristiche di una comunità, Alef/Comune e Scuola elementare di Rigolato, s.l., 1991
  • Pinzan P. , Gjviano di uno vôlto, S.e., S.l., 2003
  • Pinzan P. , Las glîsios de parochio di Rigulât. Plef di S.to Mario di Guart, S.e., Udine, s.a.
  • Puschiasis A. , Rigolato tra XVII e XIX secolo. Anime, fuochi, migrazioni, Forum, Udine, 2009

Liens internes[modifier | modifier le code]