Richard Tauber

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Richard Tauber en 1932
Richard Tauber, cigarette card.jpg

Richard Tauber est un chanteur lyrique (ténor) autrichien, né le 16 mai 1891 à Linz et mort le 8 janvier 1948 à Londres.

Il est considéré comme l'un des plus grands chanteurs du XXe siècle[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Richard Tauber naît en Autriche de Richard Anton Tauber et Elisabeth Seiffert, tous deux acteurs. Du fait que ses parents n'étaient pas mariés, il utilise plusieurs pseudonymes au début de sa carrière : Richard Denemy, Ernst Seiffert, Carl Tauber et C. Richard Tauber.

Richard Tauber a bien du mal à convaincre ses professeurs de sa vocation de chanteur, peut-être parce qu’il s’acharne à vouloir inscrire Wagner à son répertoire quand sa voix, légère, le prédispose davantage à Mozart. Tamino (La Flûte enchantée) est d’ailleurs un des premiers rôles qu’il interprète sur scène en 1913 et c’est avec Don Ottavio (Don Giovanni) qu’il fait ses débuts à Salzbourg en 1922.

Sa rencontre avec Franz Lehár en 1920 est déterminante. Après avoir chanté Zigeunerliebe à Linz et Berlin, il se voit offrir en 1922 le rôle d’Armand dans la nouvelle opérette du compositeur viennois, Frasquita, d’après La Femme et le Pantin de Pierre Louys. Commence alors une collaboration qui accumule les succès : Paganini (1925), Der Zarewitsch (1927), Friederike (1928), Das Land des Lächelns (1929) qu’il interprètera plus de 700 fois, Schön ist die Welt (1930), Giuditta (1934). Dans chacune de ces œuvres, Lehár prévoit un air destiné à mettre en valeur la voix de son chanteur-fétiche. Ces airs, rapidement baptisés « Tauberlieder », contribuent à accroître la popularité du ténor qui multiplie alors les engagements, sur scène mais aussi au cinéma comme dans Ich küsse ihre hand, Madame en 1929 avec Marlene Dietrich.

Il enregistre plus de 400 disques, compose des opérettes et des musiques de film. Avec ses tenues élégantes, son chapeau haut-de-forme et son strabisme à l’œil droit qu’il dissimule derrière un monocle, il représente alors l’archétype du charme viennois[2].

Lors de l'Anschluss, il quitte l'Autriche en raison de ses origines juives, et se produit en Angleterre puis aux États-Unis.

Il meurt le 8 janvier 1948, suite à l'ablation d'un poumon.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Geoffrey Riggs, « Richard Tauber: A Brief Appreciation », operacast.com, (page consultée le 30 juillet 2008).
  2. Christophe Rizoud, Tauber malgré lui, forumopera.com, 6 mars 2013.

Liens externes[modifier | modifier le code]

(en) Richard Tauber sur l’Internet Movie Database