Raymond Borrell de Barcelone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Raimond Borrell de Barcelone
Raimond Borrell(Rotlle genealògic du monastère de Poblet, XVe siècle)
Raimond Borrell
(Rotlle genealògic du monastère de Poblet, XVe siècle)
Titre
Comte de Barcelone, de Gérone et d'Osona
9921017
Prédécesseur Borrell II de Barcelone
Successeur Bérenger-Raimond Ier
Biographie
Dynastie Maison de Barcelone
Date de naissance 26 mai 972
Date de décès 25 février 1017
Lieu de décès Barcelone
Père Borrell II de Barcelone
Mère Letgarde de Rouergue
Conjoint Ermessende de Carcassonne
Enfant(s) Borrell Raimond
Étiennette
Bérenger-Raimond Ier Red crown.png
Comtes de Barcelone

Raimond Borell de Barcelone (né le 26 mai 972 - mort à Barcelone le 25 février 1017) est un comte de Barcelone qui porta également les titres de comte de Gérone et d'Osona.

Il passa la plus grande partie de son règne à combattre les califes de Cordoue et profita avantageusement de la déliquescence du califat pour s'enrichir et renforcer son pouvoir.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Raimond Borell naît le 26 mai 972. Il est le fils du comte de Barcelone, Borrell II, et de son épouse, Letgarde de Rouergue, fille du comte de Rouergue et de Toulouse, Raimond Ier. En 986, il est majeur et son père l'associe à l'exercice du pouvoir comtal. Dès le début de l'année 992, son père semble se retirer du pouvoir et il en assume seul la charge.

Règne[modifier | modifier le code]

Raimond Borrell hérite des domaines de son père à la mort de celui-ci, en septembre 992. Il se cherche rapidement une épouse et se marie en 993 avec Ermessende de Carcassonne, fille du comte de Carcassonne et de Razès, Roger Ier.

En 1002, accompagné par l'évêque de Vic Arnulf, il se rend à Rome pour rencontrer le pape Sylvestre II. Un des objectifs est de résoudre le problème lié au monastère Saint-Benoît de Bages.

En 1001 ou 1002, il doit combattre une incursion du vizir du califat de Cordoue, Almanzor, qui détruit complètement Manresa, qui reste ruinée pour une vingtaine d'années. A la mort d'Almanzor, Raimond Borrell s'associe à son cousin, le comte d'Urgell Armengol Ier. En 1003, ils montent une expédition contre Lérida avec l'aide de troupes venues d'autres comtés, comme le Roussillon. Vainqueurs à la bataille d'Albesa, ils obtiennent un butin important. Mais l'expédition reste inefficace d'un point de vue politique, car le fils d'Almanzor, Abd al-Malik poursuit les opérations de son père. Il pénètre avec des troupes musulmanes, mozarabes et des alliés de la Castille et du León, dans le comté d'Urgell, et s'empare de Meia. Pendant ce temps, Wadih, vaincu à Albesa, s'empare du château de Montmagastre et exécute l'ensemble de la garnison, puis se dirige sur Castellolí. Abd al-Malik et Wadih, pressés par l'hiver qui arrive, décident finalement de se retirer, non sans prendre 5 570 captifs à Lérida et détruire plusieurs châteaux qui menaçaient la Marche.

A la mort d'Abd al-Malik, en 1008, le califat de Cordoue commence à se désagréger. Deux prétendants omeyyades s'affrontent : Muhammad II, le fils du calife Hicham II, et Sulayman al-Mustain, fils d'al-Hakam, un petit-fils du calife Abd al-Rahman III. Sulayman al-Mustain, avec le soutien des Berbères et des Castillans, s'installe à Cordoue en 1009. Muhammad II demande alors à Wadih de négocier une alliance avec les comtes catalans. Celle-ci est conclue lors d'une grande assemblée qui se tient en mars 1009 à Barcelone afin d'engager les travaux de réfection de la cathédrale, et à laquelle participent les évêques de Barcelone, d'Elne, de Gérone, d'Osone et d'Urgell, ainsi que les comtes de Raimond Borrell de Barcelone, Armengol Ier d'Urgell et Bernard Taillefer de Besalú. En 1010, les comtes catalans constituent une expédition contre Sulayman al-Mustain. Le sac de la ville de Cordoue procure d'importantes richesses aux comtes catalans vainqueurs.

En 1011, à la mort du comte d'Urgell Armengol Ier, la tutelle du jeune Armengol II est confiée à Raimond Borrell. Celui-ci se rend la même année à un concile provincial, dirigé par l'archevêque de Narbonne, réuni à la Seu d'Urgell, afin de restaurer la cathédrale d'Urgell. La présence de tous les évêques de la province de Narbonne et de plusieurs comtes catalans, en particulier Guifred II de Cerdagne et Guillaume de Ribagorce est l'occasion pour Raimond Borrell d'asseoir sa prééminence sur les autres personnages, mais aussi de manifester l'unité des comtés de la région.

En 1015-1016, Raimond Borell mène une nouvelle offensive contre Sulayman al-Mustain, qui a repris le pouvoir à Cordoue. Il remonte les vallées du Sègre et de l'Ebre. Il passe alors une alliance avec Mundir Ier, qui est en train de se constituer un royaume indépendant autour de Saragosse. Il se rend d'ailleurs à la cour de celui-ci, à Saragosse, avec le comte de Castille Sanche Ier. C'est à ce moment qu'il convient du mariage de son fils, Bérenger-Raimond, avec la fille de Sanche Ier, Sancie.

En 1017, Raimond Borell organise une nouvelle offensive aux côtés de son nouvel allié, Mundir Ier, afin de combattre Abd al-Rahman, un omeyyade qui cherche à reprendre le pouvoir. Mais Raimond Borell doit finalement renoncer à son expédition et rentrer à Barcelone.

Décès[modifier | modifier le code]

Raimond Borell arrive en Catalogne le 28 août 1017. Il meurt à Barcelone le 8 septembre suivant. Il est enterré dans le cloître de la cathédrale de Barcelone, dont il avait soutenu la reconstruction et pour laquelle il fait une importante donation par testament. L'abbé Oliba lui dédie un chant funèbre, où il lui attribue le comportement d'un roi.

Par testament, Raimond Borell dispose que sa femme, Ermessende de Carcassonne, est chargée de veiller sur leur fils et d'être sa tutrice.

Mariages et enfants[modifier | modifier le code]

En 993, Raimond Borell épouse Ermessende de Carcassonne. Elle était la fille du comte de Carcassonne, Roger Ier, et de son épouse, Adélaïde de Melgueil. Ils ont ensemble plusieurs enfants :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les informations concernant les deux mariages d'Étiennette de Barcelone ne sont pas sûres. La page de Roger de Tosny indique : (Le mariage barcelonais est incertain. Gotelina/Godehildis, l'épouse connue de Roger n'était pas espagnole mais est-ce sa première femme ? Cf Lucien Musset, « Aux origines d'une classe dirigeante : les Tosny, grands barons normands du Xe au XIIe siècle », Sonderdruck aus Francia Forschungen zur westeuropäischen Geschichte, Munich, 1978, p.53.). D'autre part à la page Garcia IV de Navarre, il est indiqué que ce personnage épousa en 1038 Étiennette de Bigorre ou de Foix et non pas Étiennette de Barcelone. Mais il est permis d'avoir un doute sur cette Étiennette qui pourrait bien être, selon M. Chaume, historien bourguignon, Étiennette de Barcelone, (et non pas Étiennette de Foix), fille d'Ermessende de Carcassonne et de Raimond Borrell qui épousa Garcia et devient reine de Navarre.