Abbaye de Poblet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Monastère de Poblet)
Aller à : navigation, rechercher
Abbaye de Poblet
Image illustrative de l'article Abbaye de Poblet
Vue d'ensemble de l'abbaye et de la campagne environnante

Diocèse Archidiocèse de Tarragone
Patronage Santa María
Numéro d'ordre (selon Janauschek) CCCXXII (322)[1]
Fondation 6 mai 1151
Dissolution 1835-1940
Abbaye-mère Fontfroide
Lignée de Clairvaux (1213-1791)
Poblet (depuis 1940)
Abbayes-filles Avant 1835 :
509 - Piedra (de) (1194-1835)
619 - Benifassà (de) (1235-1835)
623 - La Real (de) (1236-1835)
Depuis 1940 :
Solius (depuis 1967)
Congrégation Ordre cistercien (1213-1835 et depuis 1940)
Période ou style Gothique catalan
Protection  Patrimoine mondial (1991)[2]
Bien d'intérêt culturel (le 4 juillet 2001)[3]

Coordonnées 41° 22′ 49″ N 1° 04′ 56″ E / 41.380352119117, 1.0823603132817 ()41° 22′ 49″ Nord 1° 04′ 56″ Est / 41.380352119117, 1.0823603132817 ()  [4]
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Principauté Catalogne
Province Tarragone
Comarque Conca de Barberà
Municipio Vimbodí i Poblet
Site http://www.poblet.cat/

Géolocalisation sur la carte : Espagne

(Voir situation sur carte : Espagne)
Abbaye de Poblet

Géolocalisation sur la carte : Catalogne

(Voir situation sur carte : Catalogne)
Abbaye de Poblet

L’abbaye de Poblet (en espagnol : Real Monasterio de Santa María de Poblet ; en catalan : Reial Monestir de Santa Maria de Poblet) est une référence typique des abbayes cisterciennes espagnoles et le panthéon des rois d'Aragon depuis Alphonse Ier d'Aragon.

Il se situe dans la vallée fertile de Conca de Barberà, plus précisément à Vimbodí i Poblet, en Catalogne.

Historique[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

Le monastère de Santa Maria de Poblet est fondé à l'initiative du comte Raimond-Bérenger IV de Barcelone, qui donne en 1151 aux moines cisterciens de Fontfroide une terre, tout juste reconquise sur l'occupant arabe, sur laquelle ils vont bâtir leur abbaye[5].

Au Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Les débuts sont modestes. Comme toutes les abbayes cisterciennes, celle de Poblet est fondée par un groupe de douze moines, sans compter le nouvel abbé. Ils construisent dans ce qui est aujourd'hui la partie orientale de la clôture un premier monastère, d'architecture romane, dont quelques restes subsistent. Rapidement, cependant, la faveur des rois d'Aragon vaut une prospérité croissante au monastère. En 1166 commence la création du monastère actuel, beaucoup plus ambitieuse ; en effet, la communauté compte déjà entre 80 et 100 moines[5].

Le monastère connait son apogée au XIVe siècle. À cette époque, les biens possédés par l'abbaye s'étendent du piémont pyrénéen catalan jusqu'au nord de Valence. Par ailleurs, la bibliothèque de l'abbaye est particulièrement renommée, contenant encore aujourd'hui le manuscrit de la Crònica de Jacques Ierle Conquérant, datant du XIVe siècle[6]

Fermeture au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Le désamortissement de Mendizábal ferme le monastère en 1835. Durant la fermeture, le monastère et en particulier les tombes royales sont endommagées voire profanées. Les terres sont vendues aux enchères, et la dégradation transforme l'abbaye en ruine jusqu'en vers 1921. À partir de cette date, une prise de conscience de la valeur patrimoniale de Poblet se fait. L'abbaye est déclarée Monument historique à cette date ; une restauration commence à partir de 1930[6].

Nouvelle communauté cistercienne[modifier | modifier le code]

En 1940, une communauté cistercienne s'installe à nouveau dans les bâtiments[7]. Elle forme la tête de la congrégation cistercienne d'Aragon, une des deux congrégations cisterciennes espagnoles de la commune observance. La congrégation d'Aragon est installée dans trois abbayes masculines et trois féminines. En 2005, la communauté monastique de Poblet compte trente-deux moines[8].

Restauration[modifier | modifier le code]

À partir de 1940, la restauration du site commence, sous la direction de l'architecte Eduard Toda (es). Elle accélère en 1978 grâce à l'implication de Josep Tarradellas i Joan, tout en restant dans l'esprit de la restauration initiale de Toda, sous la direction de Joan Bassegoda i Nonell. À partir de 1990, sous la direction de Lluís Nadal, la restauration change d'esprit et modifie certaines décisions prises auparavant, décision qui n fait pas consensus[9].

Classement et protection[modifier | modifier le code]

Le monastère de Poblet est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO en 1991[2], ce qui entraîne dix ans plus tard son classement comme bien d'intérêt culturel, le 4 juillet 2001[3].

Monastère de Poblet *
Patrimoine mondial de l'UNESCO
Fontaine de Poblet
Fontaine de Poblet
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Subdivision Bandera actual de la provincia de Tarragona.svg Province de Tarragone
Catalogne Catalogne
Type Culturel
Critères (i) (iv)
Superficie 18
Zone tampon 163
Numéro
d’identification
518
Zone géographique Europe et Amérique du Nord **
Année d’inscription 1991 (15e session)
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

L'abbaye[modifier | modifier le code]

Le plan de l'abbaye est inhabituel : les bâtiments conventuels sont situés, non pas au sud, mais au Nord (à gauche de la nef) de l'église abbatiale.

L'église abbatiale[modifier | modifier le code]

L'église construite en 1166 est très vaste, à cause de la taille de la communauté monastique. Elle est construite suivant une architecture romane dans laquelle les techniques gothiques (croisée d'ogives) commencent à apparaître (dans les bas-côtés et le déambulatoire). La forme cistercienne traditionnelle n'est pas entièrement respectée : le chevet plat y est remplacé par une abside autour de laquelle court un déambulatoire.

Mobilier[modifier | modifier le code]

Damián Forment a sculpté un retable particulièrement renommé derrière le maître-autel.

La nécropole d'Aragon[modifier | modifier le code]

Plusieurs rois d'Aragon sont enterrés à l'abbaye de Poblet[5] :

Le premier à y avoir eu sa sépulture est Alphonse II le Chaste, mort en 1196. Le suivant fut Jacques Ierle Conquérant, mort en 1276. Le souverain suivant qui est enterré à Poblet est Pierre IV le Cérémonieux, mort en 1387. Le fils de ce dernier, Jean Ier le Chasseur (mort en 1395), gît également dans l'abbaye, en compagnie de son épouse, Yolande de Bar (morte en 1431), ainsi que le frère de Jean, Martin Ier dit l'Humain ou le Vieux (mort en 1410). Ferdinand Ier le Juste (mort en 1416) est aussi enterré dans l'abbatiale, ainsi que son épouse Éléonore d'Albuquerque et ses fils, Alphonse V le Magnanime (mort en 1458) et Jean II d'Aragon (mort en 1479), ainsi que l'épouse de ce dernier, Jeanne Enríquez, morte en 1468[10].

Les tombes quittent l'abbaye en 1835, pendant la période du désamortissement, pour la réintégrer en 1952[10].

Le cloître[modifier | modifier le code]

Le cloître de Poblet est particulièrement vaste (quarante mètres de longueur sur trente-cinq de largeur), et mêle, comme l'abbatiale, les styles roman et gothique[11]

Photographies[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (la) Leopold Janauschek, Originum Cisterciensium : in quo, praemissis congregationum domiciliis adjectisque tabulis chronologico-genealogicis, veterum abbatiarum a monachis habitatarum fundationes ad fidem antiquissimorum fontium primus descripsit, t. I, Vienne,‎ 1877, 491 p. (lire en ligne), p. 220.
  2. a et b « Monastère de Poblet », sur http://whc.unesco.org/, UNESCO (consulté le 3 mars 2014).
  3. a et b (es) « Resolución de 4 de julio de 2001 », sur http://noticias.juridicas.com/, Noticias juridicas (consulté le 2 mars 2014).
  4. (it) « Poblet », sur http://www.cistercensi.info, Ordre cistercien (consulté le 2 mars 2014).
  5. a, b et c Marcel Durliat, Encyclopædia Universalis (lire en ligne), « Poblet, abbaye de »
  6. a et b (ca) Angel Blasco, « Resum històric del monestir de Poblet », sur http://usuaris.tinet.cat/, Tinet,‎ février 1997 (consulté le 21 mars 2014).
  7. Maud Brochard, « Le monastère de Poblet, chef d’œuvre de l'art cistercien catalan », sur http://suite101.fr/, Suite101,‎ 8 juillet 2013 (consulté le 3 mars 2014).
  8. (en) « Welcome », sur http://www.poblet.cat/, Abbaye de Poblet,‎ 2005 (consulté le 3 mars 2014).
  9. (ca) « Monestir de Poblet (segle XIII - 2008) », sur http://sos-monuments.org/, SOS monuments,‎ 24 octobre 2011 (consulté le 3 mars 2014).
  10. a et b « Sépultures des rois d’Espagne : les rois d’Aragon », sur http://www.tombes-sepultures.com/, Tombes & s&pultures,‎ 23 février 2013 (consulté le 18 mars 2014).
  11. « Le Monastère de Poblet », sur http://www.1000merveilles.com/, Ordre cistercien (consulté le 3 mars 2014).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]