Rape Me

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Rape Me

Single par Nirvana
extrait de l'album In Utero
Sortie décembre 1993
Enregistré février 1993
Durée 2:49
Genre Grunge
Auteur Kurt Cobain
Producteur Steve Albini
Label Geffen

Singles par Nirvana

Rape Me est une chanson du groupe de rock/grunge américain Nirvana. C'est la quatrième chanson figurant sur l'album In Utero sorti en 1993, et le deuxième single issu de ce dernier.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le chanteur guitariste Kurt Cobain écrivit la chanson dans son appartement à Los Angeles en Californie, en mai 1991, période pendant laquelle le deuxième album du groupe, Nevermind, était en plein mixage[1]. La chanson fut jouée en concert pour la première fois le 18 juin, au Catalyst à Santa Cruz en Californie, puis continua d'être jouée plusieurs fois pendant les deux années qui suivirent. Ces premières versions de Rape Me en concert présentaient un son discordant, avec un solo semi-improvisé au milieu de la chanson après le deuxième couplet, qui fut remplacé par un pont pour la version finale de la chanson, enregistrée en studio[2].

La chanson fut enregistrée pour la première fois en octobre 1992 à Seattle. À l'époque, un mois auparavant, le groupe voulait jouer Rape Me (avec Tourette's intitulée alors New Pooppy) aux MTV Video Music Awards de 1992 à Los Angeles, mais les responsables de l'émission voulaient que le groupe joue Smells Like Teen Spirit à la place. Le groupe joua finalement Lithium, leur dernier single en date ; mais pas avant d'avoir pris soin d'irriter les responsables en commençant à jouer les premières notes de Rape Me, et de les faire paniquer et les faire se demander s'il ne fallait pas couper le direct[3].

Rape Me fut finalement enregistrée par Steve Albini en février 1993 pour In Utero, et sortit sur un album single aux côtés de All Apologies, en tant que deuxième single tiré d'In Utero, vers la fin 1993.

La chanson peut être parfois vue comme une suite ou une "sœur" de celle de Nevermind, Polly, dans laquelle le narrateur se trouve être un violeur.

Le magazine New Musical Express la classe en 10e position dans sa liste des 20 meilleures chansons de Nirvana[4]. Le magazine Kerrang! la classe en 1999 à la 90e place des 100 plus grandes chansons de rock[5].

Controverse[modifier | modifier le code]

La chanson Rape Me, qui signifie littéralement viole-moi suscita la colère de beaucoup de féministes lors de sa sortie fin 1993, bien que Cobain déclarait dans les interviews que la chanson était "anti-viol". Il expliqua que la chanson reflétait le cycle du violeur qui va en prison pour son crime commis, où il se fait violer à son tour. « À la base, j'ai essayé d'écrire une chanson qui soutenait les femmes et qui traitait du thème du viol », Cobain expliqua-t-il dans le magazine Rolling Stone lors d'une interview.

On dit que la chanson était utilisée pour aider la fondation RAINN (anglais), créée pour soutenir les victimes de viol. Cependant, Tori Amos, la fondatrice de cette organisation a démenti, en disant que les victimes de viol ne pouvaient se réjouir avec de tels propos écrits dans la chanson.

La chanson fut également censurée et rebaptisée Waif Me (qui peut se traduire par "Fais-moi clodo"), pour les magasins Wal-mart et Kmart qui vendaient In Utero, un titre comique choisi par Cobain lui-même (il avait au départ choisi le titre Sexually Assault Me, littéralement "Agresse-Moi Sexuellement", mais ce dernier se trouvait être trop long) ; cependant, malgré un nouveau titre pour la chanson, ses paroles ne furent pas changées[6].

Rape Me est souvent vue par les observateurs, qu'ils soient fans ou journalistes, comme une réponse personnelle du groupe et plus particulièrement de Cobain aux critiques, ou encore un commentaire cynique sur sa célébrité ou ses problèmes personnels. En effet l'image du groupe était sulfureuse lors de la sortie d'In Utero, et le couple Cobain/Love avait des problèmes de drogue et de justice, notamment à propos de la garde de leur fille Frances Bean Cobain. Cependant, Rape Me ayant été écrite avant même le succès de Nevermind qui propulsa Nirvana au rang des célébrités, la chanson ne peut donc pas être un commentaire ou une réflexion directe sur sa célébrité. Malgré tout, le dernier couplet, écrit plus tard, qui contient les paroles My favorite inside source ou encore I'm not the only one, dénonce les journalistes qui « ont violé sa vie »[7].

Clip vidéo avorté[modifier | modifier le code]

Un clip vidéo pour la chanson était envisagé mais jamais réalisé, en partie parce que le groupe pensait que MTV ne voudrait pas le diffuser. Le clip devait être en noir et blanc, et se dérouler en prison, avec notamment des détenus derrière les barreaux. Paradoxalement, des années après la mort de Cobain le 5 avril 1994, MTV commença à diffuser une version de la chanson enregistrée en direct à Saturday Night Live (voir Autres versions).

Autres versions[modifier | modifier le code]

Deux versions de Rape Me figurent sur le coffret With the Lights Out de 2004, une version acoustique en solo enregistrée chez Cobain, et une version démo enregistrée en studio en 1992. Les deux versions apparaissent également sur Sliver: The Best of the Box de 2005. On peut entendre la fille de Cobain pleurer dans le fond au début et à certains moments dans la version studio 1992. Elle était en fait sur les genoux de son père lors de l'enregistrement des vocales.

Rape Me figure également sur le best of de Nirvana, Nirvana sorti en 2002.

En janvier 2008, la chanson Rape Me fut parodiée dans un épisode des Simpsons en Shave Me (littéralement rase-Moi), puis à son tour parodiée toujours dans l'épisode par Weird Al Yankovic en Brain Freeze.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Michael Azerrad, Come as You Are: The Story of Nirvana, Doubleday,‎ 1993 (ISBN 0-385-47199-8), p. 323
  2. (en) Gillian G. Gaar, In Utero, Continuum International Publishing Group Ltd.,‎ 2006 (ISBN 978-0-82641-776-3), p. 19-20
  3. (en) Michael Azerrad, Come as You Are: The Story of Nirvana, Doubleday,‎ 1993 (ISBN 0-385-47199-8), p. 276-277
  4. (en) « Countdown: 20 Greatest Nirvana Songs Ever », New Musical Express (consulté le 22 avril 2013)
  5. (en) « 100 Greatest Rock Tracks Ever », Kerrang!, no 746,‎ avril 1999
  6. Isabelle Chelley, Dictionnaire des chansons de Nirvana, Tournon,‎ 2005 (ISBN 2-914237-40-5), p. 129
  7. Isabelle Chelley, Dictionnaire des chansons de Nirvana, Tournon,‎ 2005 (ISBN 2-914237-40-5), p. 130