Quatuor à cordes nº 11 de Beethoven

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Quatuor à cordes no 11 en fa mineur, op. 95, de Ludwig van Beethoven, fut composé de mai à octobre 1810[1] et publié en 1816[1] avec une dédicace au baron Zmeskall (de)[1], proche ami de Beethoven depuis son arrivée à Vienne. Son auteur l'a intitulé « Quartetto Serioso ».

Présentation de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Ludwig van Beethoven. Portrait par Louis Letronne en 1814

Les premières esquisses du onzième quatuor apparaissent en mai 1810[2], sitôt terminée la musique d'Egmont[2]. Son finale en est d'ailleurs musicalement très proche[2]. Sa composition suit d'un an celle de son précédent quatuor. Ce n'est que quatorze années plus tard que Beethoven composa son Quatuor à cordes n° 12, mais le très particulier Serioso est souvent considéré comme annonciateur des derniers quatuors de Beethoven. Il a été écrit durant une période particulièrement troublée au niveau historique (prise de Vienne par les Français) et au niveau personnel (décès de deux mécènes, l'échec du projet de mariage avec Thérèse Malfatti[3]).

La première a été donnée par le quatuor Schuppanzigh en mai 1814[4], ensemble qui créa nombre de ses quatuors.

Le quatuor fut publié chez Steiner à Vienne en décembre 1816[1]'[2].

Il s'agit du plus court des grands quatuors beethovéniens, sa durée d’exécution est d'environ 20 minutes[5].

Il comporte quatre mouvements :

  1. Allegro con brio, 4/4, fa mineur (151 mesures)[4]
  2. Allegretto ma non troppo, 2/4, ré majeur (192 mesures)[4]
  3. Allegro assai vivace ma serioso, 3/4, fa mineur (206 mesures)[4]
  4. Larghetto espressivo, 2/4, fa mineur (7 mesures)[4]Allegretto agitato, 6/8, fa mineur (125 mesures)[4]Allegro, 4/4, fa majeur (43 mesures)[4] - (175 mesures)[4]

Repères discographiques[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Barry Cooper, Dictionnaire Beethoven, J.C.Lattès,‎ 1991, 613 p. (ISBN 978-2-7096-1081-0), p. 394
  2. a, b, c et d Jean Massin et Brigitte Massin, Ludwig van Beethoven, Fayard,‎ 1967, 845 p. (ISBN 978-2-213-00348-1), p. 670 & 671
  3. Élisabeth Brisson, Ludwig van Beethoven, Fayard,‎ 2004, 239 p. (ISBN 2-213-62257-4), p. 129
  4. a, b, c, d, e, f, g et h Elisabeth Brisson, Guide de la musique de Beethoven, Fayard, coll. « Les Indispensables de la musique »,‎ 20 avril 2005, 878 p. (ISBN 9 782213 624341 et 2213624348), p. 532
  5. Durée moyenne basée sur les enregistrements discographiques cités
  6. Enregistrement salué par un Diapason d'or dans la revue Diapason n°379 du mois de février 1992
  7. « L'intégrale des Végh constitue la référence absolue pour les quatuors de Beethoven ». Le guide 1996 du CD : Tome 1, Répertoire Classique, Marabout,‎ 1996 (ISBN 978-2-5010-2361-0), p. 69
  8. « Le Quatuor Alban Berg a réussi comme nul autre l'ascension de cet Himalaya de la production beethovénienne : clarté, intensité, expressivité, sens aigu de l'architecture caractérisent cette version ». La Discothèque idéale : sous la direction de Bertrand Dermoncourt, Actes Sud,‎ 2012 (ISBN 978-2-3300-0216-9), p. 37
  9. Enregistrement salué par un Diapason d'or dans la revue Diapason du mois de décembre 2012, p. 74
  10. « Une lecture musicale surprenante d'intelligence et de sensibilité ». Le guide 1996 du CD : Tome 1, Répertoire Classique, Marabout,‎ 1996 (ISBN 978-2-5010-2361-0), p. 70
  11. Enregistrement salué par un Gramophone Awards 2005 de la revue Gramophone
  12. Enregistrement salué par une note de 5 diapasons dans la revue Diapason du mois de décembre 2008, p. 90
  13. Enregistrement salué par un Diapason d'or dans la revue Diapason du mois de décembre 2011, p. 73

Liens externes[modifier | modifier le code]