Psittacosaurus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le psittacosaure (le genre Psittacosaurus, soit « lézard perroquet ») est un dinosaure cératopsien primitif du début du Crétacé qui vivait en Asie, il y a environ 130 à 100 millions d'années. C'est l'un des genres de dinosaures le plus riche en espèces, puisqu'on en connaît au moins dix espèces grâce aux fossiles trouvés dans les différentes régions de l'actuelle Chine, Mongolie et Russie, avec la possibilité d'existence d'autres espèces en provenance de Thaïlande.

Toutes les espèces de Psittacosaurus étaient des bipèdes herbivores de la taille d'une antilope avec un gros bec puissant sur la mâchoire supérieure. Au moins une espèce avait sur la queue et le bas du dos des structures semblables à des plumes ou des épines qui servaient peut-être à une fonction d'affichage. Les psittacosaures ont été des cératopsiens très précoces et, s'ils ont développé de nombreuses adaptations nouvelles pour eux-mêmes, ils partagent de nombreuses caractéristiques anatomiques avec d'autres cératopsiens comme le Protoceratops et le Triceratops qui avait la taille d'un éléphant.

Psittacosaurus n'est pas aussi connu du grand public que son parent éloigné le Triceratops, mais c'est l'un des genres de dinosaures les mieux connus. On a recueilli, à ce jour, les fossiles de plus de 400 individus, dont de nombreux squelettes complets. La plupart des classes d'âge sont représentées, depuis l'éclosion jusqu'à l'âge adulte, ce qui a permis plusieurs études détaillées sur la croissance et la reproduction du genre. L'abondance de ce dinosaure a conduit à son utilisation comme un indice de datation au début du Crétacé de certaines couches de sédiments de l'Asie centrale.

Description[modifier | modifier le code]

Comparaison des tailles d'un homme et d'un Psittacosaurus? Chaque carré représente un m²
Reconstitution de P. mongoliensis

Si les différentes espèces de Psittacosaurus différaient en taille et en caractéristiques spécifiques du crâne et du reste du squelette, elles partageaient la même allure générale. L'espèce la plus connue, P. mongoliensis, atteignait 2 mètres de longueur[1]. Son poids maximal adulte devait très probablement dépasser les 20 kilogrammes[2]. Plusieurs autres espèces approchaient P . mongoliensis par la taille (P. major, P. neimongoliensis, P. xinjiangensis)[3],[4],[5], tandis que d'autres étaient un peu plus petites (P. sinensis, P. meileyingensis)[6]. P. ordosensis est la plus petite espèce connue, 30 % plus petite que P. mongoliensis[4]. Les plus grandes espèces étaient P. lujiatunensis et P. sibiricus, bien qu'elles n'aient pas été significativement plus grandes que P. mongoliensis[7],[8].

Le crâne de Psittacosaurus était fortement différent de celui des autres dinosaures ornithischiens de son époque. La tête était très haute et courte, avec un profil presque rond chez certaines espèces. La partie en avant de l'orbite ne représentait que 40 % de la longueur totale du crâne, beaucoup plus courte que celle de tous les autres ornithischiens connus. La mâchoire inférieure des psittacosaures se caractérisent par une paroi verticale au centre de chaque dent. Les deux mâchoires, supérieure et inférieure, portaient un bec prononcé, formé respectivement à partir de l'os rostral et de l'os prédentaire. L'axe osseux du bec peut avoir été enveloppé par la kératine pour fournir une ligne de coupe aiguisée pour ramasser du matériel végétal. Comme le suggère le nom générique, le crâne et le bec court ressemblaient superficiellement à ceux des perroquets actuels. Le crâne de Psittacosaurus partageait plusieurs adaptations avec les cératopsiens plus évolués, tels que l'os rostral unique à la pointe de la mâchoire supérieure, et un os jugal évasé. Cependant, il n'y avait toujours aucun signe de collerette osseuse au niveau du cou ou de cornes faciales proéminentes qui se développeront plus tard chez les cératopsiens[9]. Seul P. sibiricus possédait des cornes sur la boîte crânienne, mais elles sont considérées comme un exemple d'évolution convergente[8].

Le squelette de Psittacosaurus était typique d'un ornithischien bipède. Chez P. mongoliensis, comme chez d'autres espèces, la longueur des membres antérieurs atteignait seulement 58 % de celle des membres postérieurs et leur amplitude de mouvement montre que les mains ne pouvaient être mises ni en pronation, ni utilisées pour générer une force de propulsion, ce qui suggère que ces animaux étaient totalement bipèdes dans la vie[10]. Il n'y avait que quatre doigts sur chaque « main », par opposition aux cinq de la plupart des autres ornithischiens (y compris tous les autres cératopsiens). Globalement, le pied à quatre orteils était très similaire à celui de nombreux autres petits ornithischiens[9].

Taxonomie[modifier | modifier le code]

Le nom de Psittacosaurus a été créé en 1923 par Henry Fairfield Osborn, paléontologue et président de l'American Museum of Natural History (AMNH) dans un document publié le 19 octobre. Le nom générique est composé des mots grecs ψιττακος / psittakos (« perroquet ») et σαυρος / sauros (« lézard »), suggéré par le bec rappelant superficiellement celui d'un perroquet et de la nature reptilienne de ces animaux[11].

Espèces de Psittacosaurus[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Espèces de Psittacosaurus.
Huit espèces de Psittacosaurus à l'échelle.

Dix-sept espèces ont été rattachées au genre Psittacosaurus, mais il en reste seulement neuf à onze considérées comme valables aujourd'hui[3],[12],[13],[14]. C'est le plus grand nombre d'espèces valables actuellement assignées à un genre de dinosaure (en dehors des oiseaux actuels), la plupart des genres d'autres dinosaures étant mono-spécifiques, n'ayant qu'une seule espèce connue. La différence est probablement due à des bizarreries de l'enregistrement des fossiles. Alors que Psittacosaurus est connu par des centaines de spécimens fossilisés, la plupart des autres espèces de dinosaures sont connus par beaucoup moins de spécimens et beaucoup par un seul. Avec un nombre d'échantillons très élevés, la diversité des Psittacosaurus peut être étudiée plus complètement que celle de la plupart des autres genres de dinosaures, ce qui entraîne la reconnaissance de plusieurs espèces. La plupart des genres d'animaux actuels sont représentés par de multiples espèces, ce qui suggère que cela doit avoir été le cas pour les genres de dinosaures aujourd'hui disparus, bien que la plupart de ces espèces puissent ne pas avoir été préservées. En outre, la plupart des dinosaures sont connus uniquement par leurs os et ne peuvent être évaluées d'un point de vue morphologique, alors que les espèces existantes ont souvent des squelettes très semblables morphologiquement mais diffèrent sur des points qui ne sont normalement pas conservés chez les fossiles, comme le comportement ou la coloration. Aussi le nombre réel d'espèces peut être beaucoup plus élevé que celui actuellement connu pour ce genre et pour d'autres genres de dinosaures[15].

  • Espèces valides de Psittacosaurus
    • Psittacosaurus mongoliensis[11],[16] — Mongolie, Chine du nord
    • Psittacosaurus sinensis[17] — nord-est de la Chine
    • Psittacosaurus meileyingensis[6] — nord et centre de la Chine
    • Psittacosaurus xinjiangensis[18] — nord-ouest de la Chine
    • Psittacosaurus neimongoliensis[4] — nord et centre de la Chine
    • Psittacosaurus ordosensis[4] — nord et centre de la Chine
    • Psittacosaurus mazongshanensis[19] — nord-ouest de la Chine
    • Psittacosaurus sibiricus[8],[20] — Russie (sud de la Sibérie)
    • Psittacosaurus lujiatunensis[7] — nord-est de la Chine
    • Psittacosaurus major[3] — nord-est de la Chine
    • Psittacosaurus gobiensis[21] — Mongolie-intérieure
  • Possible espèce de Psittacosaurus

Classification[modifier | modifier le code]

Holotype de Psittacosaurus mongoliensis, American Museum of Natural History
Crâne de l'holotype de Psittacosaurus mongoliensis d'Osborn, 1923.

Psittacosaurus est le genre type de la famille des Psittacosauridés qui doit également son nom à Osborn en 1923[11]. Seul un autre genre, Hongshanosaurus, est actuellement classé dans cette famille aux côtés de Psittacosaurus[24]. Les psittacosauridés étaient parmi les plus anciens de presque tous les cératopsiens connus, sauf les Yinlong et peut-être les Chaoyangsauridae[9],[25]. Bien que les psittacosauridés soient une branche primitive de l'arbre généalogique des cératopsiens, le genre Psittacosaurus lui-même n'est sans doute pas l'ancêtre direct de tout autre groupe de cératopsiens. Tous les autres cératopsiens retrouvés jusqu'à présent ont un cinquième doigt à la main, un trait plésiomorphe ou primitif, alors que toutes les espèces de Psittacosaurus n'ont que quatre doigts à la main. En outre, la fenêtre antéorbitaire, une ouverture dans le crâne située entre les orbites et les narines, a disparu au cours de l'évolution de psittacosauridés, mais se retrouve encore chez la plupart des autres cératopsiens et chez la plupart des autres archosauriens. On considère comme hautement improbable que le cinquième doigt ou la fenêtre antorbitaire puisse avoir évolué une seconde fois[9].

Bien qu'on distingue de nombreuses espèces de Psittacosaurus, leurs relations n'ont pas encore été pleinement explorées et aucun consensus scientifique n'existe sur le sujet[4],[16],[19]. Plusieurs analyses phylogénétiques ont été publiées, les plus détaillées étant celles d'Alexandre Averianov en 2006[8], Hai-Lu You en 2008[26] et Paul Sereno en 2010[14].

Averianov et al. (2006):

Psittacosaurus 


P. sibiricus



P. sinensis





P. neimongoliensis



P. ordosensis




Yixian Psittacosaurus sp. (mais pas P. lujiatunensis or P. major)



P. mazongshanensis



P. meileyingensis



P. mongoliensis



P. xinjiangensis





You et al. (2008):

Psittacosaurus 


P. sibiricus



P. sinensis






P. lujiatunensis



P. mazongshanensis





P. major



P. neimongoliensis




P. meileyingensis



P. mongoliensis






Sereno (2010):

Psittacosaurus 

P. mongoliensis





P. meileyingensis




P. lujiatunensis



P. major






P. sp. (plus tard P. gobiensis)[21]



P. sibiricus




P. neimongoliensis



P. sinensis






On a suggéré que P. lujiatunensis doive être à la base de toutes les autres espèces. Ce qui serait cohérent avec le fait qu'il ait été retrouvé dans les couches de fossiles les plus anciennes[7].

Origine[modifier | modifier le code]

Fossile de Psittacosaurus chinois conservé sur une planche à côté d'un Ordosemys liaoxiensis, exposé au Shanghai Ocean Aquarium

Le genre Psittacosaurus est connu par plus de 400 spécimens, dont plus de 75 ont été attribués à l'espèce type, P. mongoliensis[9],[27],[28]. Tous les fossiles de Psittacosaurus découverts jusqu'ici ont été trouvés dans des sédiments datant du début du Crétacé en Asie, du sud de la Sibérie jusqu'au nord de la Chine et peut-être même jusqu'en Thaïlande. Les formations géologiques possédant des fossiles de Psittacosaurus datent le plus souvent de la fin du Barrémien jusqu'à l'Albien, au Crétacé inférieur, soit il y a environ entre 125 à 100 millions d'années. Presque toutes les formations sédimentaires terrestres de cette époque situées en Mongolie et dans le nord de la Chine ont produit des fossiles de Psittacosaurus conduisant, avec le très commun ptérosaure Dsungaripterus à l'utiliser comme fossile index pour cette période dans la région[29].

La première espèce trouvée est P. lujiatunensis, trouvée dans les couches les plus basses de la Formation Yixian[7]. Plus de 200 spécimens attribués à ce genre ont été récupérés dans ces lits et d'autres de la Formation Yixian, dont l'âge est l'objet de beaucoup de débats[28]. Bien que les premières études utilisant la datation radiométrique aient placé le Yixian au Jurassique, des dizaines de millions d'années en dehors de la fourchette de temps prévue pour l'existence de Psittacosaurus, les travaux les plus récents datent du Crétacé inférieur. En utilisant la datation argon-argon, une équipe de scientifiques chinois a daté les couches inférieures de la formation d'environ 128 Ma et le supérieures d'environ 122 Ma[30]. Une étude chinoise plus récente, utilisant la datation uranium-plomb, suggère que les couches inférieures sont plus jeunes, environ 125 Ma, tout en convenant d'un âge de 122 Ma pour les couches supérieures[31]. Ce travail indique que la Formation du Yixian date du début de l'Aptien ou éventuellement de la fin du Barrémien jusqu'au début de l'Aptien.

Paléobiologie[modifier | modifier le code]

Mode de vie quotidien[modifier | modifier le code]

La comparaison entre les anneaux sclérotiques de Psittacosaurus et ceux des oiseaux et des reptiles actuels suggère que ce premier pourrait avoir été cathéméral, actif sur les 24 h pendant des intervalles courts[32].

Alimentation[modifier | modifier le code]

Le spécimen de P. mongoliensis AMNH 6254 avec ses gastrolithes dans l'abdomen American Museum of Natural History

Psittacosaurus avait des dents auto-affûtées qui auraient pu être utiles pour cueillir et couper des plantes coriaces. Cependant, contrairement aux cératopsiens plus tardifs, il n'avait pas de dents adaptées pour broyer ou mâcher la nourriture. Au lieu de cela, il devait utiliser des gastrolithes, des pierres avalées pour écraser la nourriture quand elle passait dans le système digestif. On retrouve parfois ces gastrolithes, jusqu'à plus de cinquante, dans l'abdomen des psittacosaures et qui étaient peut-être stockés dans un gésier, comme chez les oiseaux actuels[1].

Contrairement à beaucoup d'autres dinosaures, les psittacosaures avaient des crânes akinétiques : les mâchoires supérieure et inférieure se comportaient comme des unités indépendantes sans point de contact adapté en dehors de l'articulation de la mâchoire elle-même et les psittacosaures pouvaient faire glisser leur mâchoire inférieure d'avant en arrière au niveau de l'articulation, permettant une action de cisaillement. Contrairement à la plupart des cératopsiens, leur bec n'était pas crochu, mais plutôt arrondi ou aplati. Si les deux mâchoires avaient été face à face, le bec aurait pu être utilisé pour cueillir des objets mais la mâchoire inférieure était en retrait et le bec inférieur se plaçait en dedans du bec supérieur, les mâchoires pouvant avoir servi pour casser des objets. Une alimentation riche en noix ou graines pouvait bien correspondre avec les gastrolithes souvent retrouvés dans des squelettes bien conservés de psittacosaures[21].

Croissance[modifier | modifier le code]

Crâne d'un jeune P. mongoliensis, AMNH

On a retrouvé plusieurs jeunes Psittacosaurus. Le plus petit d'entre eux est un jeune P. mongoliensis figurant dans la collection de l’American Museum of Natural History (AMNH) qui ne mesurait que de 11 à 13 centimètres de long, avec un crâne de 2,8 centimètres de longueur. Un autre crâne de l'AMNH ne mesure que 4,6 centimètres de long. Les deux spécimens sont en provenance de Mongolie[33]. Des juvéniles découverts dans la formation Yixian ont environ le même âge que le plus grand des deux précédents spécimens de l'AMNH[34]. Les Psittacosaurus mongoliensis adultes approchaient les 2 mètres de longueur.

Un examen histologique de P. mongoliensis a permis de déterminer le taux de croissance de ces animaux. Le plus petit spécimen trouvé semble avoir trois ans et peser moins de 1 kg, tandis que le plus grand aurait neuf ans et pèserait presque 20 kg. Cela montre une croissance relativement rapide par rapport à la plupart des reptiles et des mammifères marsupiaux, mais plus lente que les oiseaux modernes et les mammifères placentaires[2]. Une étude réalisée pour déterminer l'âge des restes de Psittacosaurus mongoliensis en utilisant le nombre de cernes conclut que la longévité de ce cératopsien primitif était comprise entre 10 ou 11 ans[2].

Tégument[modifier | modifier le code]

Article connexe : Dinosaures à plumes.
Reconstitution de P. sibiricus avec sa queue

Le revêtement cutané des Psittacosaurus est connu à partir d'un spécimen chinois, qui vient probablement de la Formation Yixian au Liaoning. Le spécimen, qui n'est pas encore placé dans une espèce particulière, a été illégalement exporté de Chine, en violation du droit chinois et a été acheté par un musée allemand et des dispositions sont prises pour renvoyer l'échantillon en Chine[35].

La plus grande partie du corps était couverte d'écailles. De grandes écailles étaient disposées de façon irrégulière avec de nombreuses petites écailles occupant les espaces libres entre elles, de façon un peu similaire aux impressions cutanées retrouvées chez d'autres cératopsiens, tels que Chasmosaurus. Toutefois, une série de ce qui semble être des poils creux, tubulaires, d'environ 16 centimètres de long, ont également été préservés, disposés en ligne à la base de la ligne dorsale (supérieure) de la queue. Toutefois, selon certains scientifiques « il n'y a jusqu'à présent, pas de preuve convaincante montrant que ces structures étaient homologues à la structure des plumes et protoplumes des dinosaures théropodes[35] ». Comme ces structures ne se trouvent que sur une seule rangée au niveau de la queue, il est peu probable qu'elles aient été utilisées pour la thermorégulation, mais elles ont peut-être servi à communiquer par une sorte d'écran[35].

Rôle des membres[modifier | modifier le code]

Des études menées par Phil Senter en 2007 sur Psittacosaurus neimongoliensis et Psittacosaurus mongoliensis ont permis de conclure que les membres antérieurs de ces taxons (et probablement ceux des autres espèces de Psittacosaurus) étaient trop courts pour atteindre le sol et ne pouvaient ni être amenés en pronation, ni servir à produire une force propulsive pour se déplacer, ce qui suggère que Psittacosaurus était entièrement bipède. Les membres antérieurs étaient également trop courts pour servir à creuser ou apporter de la nourriture à la bouche et Senter a suggéré que si Psittacosaurus avait besoin de creuser des trous dans le sol, il pouvait avoir utilisé ses membres postérieurs à la place. Les membres antérieurs pourraient avoir servi à saisir à deux mains des objets ou à se gratter le corps, mais en raison de leur flexibilité et de leur portée extrêmement limitée, ils ne pouvaient être utilisés que pour saisir des objets très proches, sur les côtés ou le ventre de l'animal, ou à se gratter le ventre, les flancs et les genoux. Même si les mains ne pouvaient atteindre la bouche, elles pouvaient toutefois être utilisées pour transporter du matériel de nidification ou de la nourriture à un endroit voulu[10].

Soins parentaux et grégarité[modifier | modifier le code]

Spécimen au nid avec 34 jeunes

Un spécimen extrêmement bien conservé trouvé dans la formation Yixian en Chine fournit certains des meilleurs éléments de preuve de soins parentaux chez les dinosaures. Ce spécimen est constitué d'un Psittacosaurus adulte (pas classé dans une espèce particulière), qui est étroitement proche de 34 squelettes articulés de juvéniles, tous conservés en trois dimensions. Les jeunes Psittacosaurus, tous approximativement du même âge, entassés sous l'adulte, avec les 34 têtes positionnées au-dessus des corps, comme ils l'auraient été dans la vie. Ceci suggère que les animaux étaient vivants au moment de leur enterrement, qui doit avoir été extrêmement rapide, peut-être par suite de l'effondrement de leur terrier[34].

Les os des juvéniles sont très petits mais sont bien ossifiés. Ceci a été considéré comme une preuve que les jeunes devaient avoir bénéficié de soins parentaux prolongés, puisqu'ils étaient restés dans le nid suffisamment longtemps pour que leurs os aient pu s'ossifier[34]. Une autre découverte montre un troupeau de six Psittacosaurus tués par une coulée de lave, avec la présence d'au moins deux groupes d'âge de deux portées différentes. Cette découverte a été considérée comme une preuve que la fidélité de groupe et la vie de groupe s'étendait au-delà de la période au nid ce qui a constitué le premier élément de preuve pour tous les cératopsiens[36]. Même si les dents des très jeunes psittacosaures semblent usées, ce qui indique qu'ils mâchaient très tôt leur propre nourriture et peut-être qu'ils étaient nidifuges, cela n'exclut pas la poursuite de soins parentaux[33].

Possible vie aquatique[modifier | modifier le code]

En 2010, Ford et Martin ont suggéré que Psittacosaurus était un animal semi-aquatique, nageant en utilisant leur queue à la manière des crocodiles et en pagayant avec leurs pieds. Ils ont basé leur interprétation sur les preuves suivantes : de nombreux spécimens ont été retrouvés dans des dépôts lacustres, la position haute des narines et des yeux; leur interprétation des mouvements des bras et des jambes; leur queue avec de longs chevrons (et les poils de la queue peut-être recouverts de peau, formant une nageoire), offrant une grande surface de propulsion et la présence de gastrolithes, interprétés comme du lest. Ils ont en outre suggéré que certaines espèces de Psittacosaurus étaient plus terrestres que d'autres[37].

Prédation[modifier | modifier le code]

Le spécimen de Repenomamus robustus avec les restes d'un Psittacosaurus dans son ventre.

Un autre fossile de la Formation Yixian fournit une preuve directe que Psittacosaurus servait de proie. Un squelette de Repenomamus robustus, un grand mammifère triconodonte, a conservé les restes d'un psittacosaure juvénile dans son abdomen. Plusieurs des os du juvénile sont toujours articulés, traduisant le fait que ce mammifère carnivore avalait sa proie par gros morceaux. Ce spécimen est remarquable en ce qu'il constitue le premier exemple connu de mammifère du mésozoïque s'attaquent à des dinosaures[38]. une forte prédation sur les jeunes Psittacosaurus peut avoir entraîné une stratégie r, la production de nombreux descendants permettant de lutter contre ces pertes importantes.

Pathologie[modifier | modifier le code]

Sur plus de 400 spécimens de Psittacosaurus connus, un seul a été publié avec une pathologie signalée. Le spécimen en question, constitué d'un squelette adulte complet et provisoirement affecté à P. mongoliensis, a été trouvé dans les couches inférieures de la Formation Yixian. Il n'y a aucun signe de fracture de l'os, mais des signes très nets d'une infection est visible au milieu du péroné droit. L'os présente un grand trou rond, signe de nécrose due à un manque d'irrigation sanguine de la région. Le trou est entouré d'un important bourrelet osseux le long du tiers inférieur de l'os. Cette grande quantité d'os déposé autour de la lésion indique que l'animal a survécu pendant un bon moment malgré la blessure et l'infection qui a suivi. Comme les psittacosauridés étaient des animaux bipèdes, une telle blessure sur un os supportant le poids du corps lui aurait probablement été fatale. Cependant, contrairement au fémur et au tibia, le péroné n'est pas un os supportant le poids du corps et donc cet animal a dû être encore capable de marcher même si c'est avec une certaine difficulté. L'origine de la blessure demeure inconnue[28].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Sereno, Paul C. (1997). Psittacosauridae. In: Currie, Philip J. & Padian, Kevin P. (Eds.). The Encyclopedia of Dinosaurs. San Diego: Academic Press. Pp. 611–613.
  2. a, b et c Erickson, Gregory M. & Tumanova, Tatyana A. (2000). Growth curve of Psittacosaurus mongoliensis Osborn (Ceratopsia: Psittacosauridae) inferred from long bone histology. Zoological Journal of the Linnean Society 130: 551–566.
  3. a, b et c Sereno, Paul C, Zhao Xijin, Brown, Loren & Tan Lin. (2007). New psittacosaurid highlights skull enlargement in horned dinosaurs. Acta Palaeontologica Polonica 52(2): 275-284.
  4. a, b, c, d et e Russell, Dale A. & Zhao Xijin. (1996). New psittacosaur occurrences in Inner Mongolia. Canadian Journal of Earth Sciences 33: 637–648.
  5. Brinkman, Donald B., Eberth, David A., Ryan, M.J. & Chen Peiji. (2001). The occurrence of Psittacosaurus xinjiangensis Sereno and Chao, 1988 in the Urho area, Junggar basin, Xinjiang. Canadian Journal of Earth Sciences 38: 1781–1786.
  6. a et b Sereno, Paul C., Zhao Xijin, Chang Zhengwu & Rao Chenggang. (1988). Psittacosaurus meileyingensis (Ornithischia: Ceratopsia), a new psittacosaur from the Lower Cretaceous of northeastern China. Journal of Vertebrate Paleontology 8: 366–377.
  7. a, b, c et d Zhou Changfu, Gao Keqin, Fox, Richard C. & Chen Shuihua. (2006). A new species of Psittacosaurus (Dinosauria: Ceratopsia) from the Early Cretaceous Yixian Formation, Liaoning, China. Palaeoworld 15: 100–114.
  8. a, b, c et d Averianov, Alexander O., Voronkevich, Alexei V., Leshchinskiy, Sergei V. & Fayngertz, Alexei V. (2006). A ceratopsian dinosaur Psittacosaurus sibiricus from the Early Cretaceous of West Siberia, Russia and its phylogenetic relationships. Journal of Systematic Paleontology 4(4): 359–395.
  9. a, b, c, d et e You Hailu & Dodson, Peter. (2004). Basal Ceratopsia. In: Weishampel, David B., Dodson, Peter, & Osmolska, Halszka (Eds.). The Dinosauria (2nd Edition). Berkeley: University of California Press. Pp. 478–493.
  10. a et b Senter, P. (2007), Analysis of forelimb function in basal ceratopsians. Journal of Zoology 273: 305–314. DOI:10.1111/j.1469-7998.2007.00329.x
  11. a, b et c Osborn, Henry F. (1923). Two Lower Cretaceous dinosaurs of Mongolia. American Museum Novitates 95: 1–10. [1]
  12. Xu Xing & Zhao Xijin. (1999). Psittacosaur fossils and their stratigraphical implications. In: Wang Y. & Deng T. (Eds.). Proceedings of the Seventh Annual Meeting of the Chinese Society of Vertebrate Paleontology. Beijing: China Ocean Press. Pp. 75–80.
  13. Sereno, Paul C. (2000). The fossil record, systematics and evolution of pachycephalosaurs and ceratopsians from Asia. In: Benton, Michael J., Shishkin, Mikhail A., Unwin, David M. & Kurochkin, Evgeny N. (Eds.). The Age of Dinosaurs in Russia and Mongolia. Cambridge: Cambridge University Press. Pp. 480–516.
  14. a et b Sereno, Paul C. (2010). Taxonomy, cranial morphology, and relationships of parrot-beaked dinosaurs (Ceratopsia:Psittacosaurus). In: Ryan, Michael J., Chinnery-Allgeier, Brenda J. & Eberth, David A. (Eds.). New Perspectives on Horned Dinosaurs: The Royal Tyrrell Museum Ceratopsian Symposium. Bloomington and Indianapolis: Indiana University Press. Pp. 21–58.
  15. Archibald, J. David. (1997). Species. In: Currie, Philip J. & Padian, Kevin. The Encyclopedia of Dinosaurs San Diego: Academic Press. Pp. 695–699.
  16. a et b Sereno, Paul C. (1990). New data on parrot-beaked dinosaurs (Psittacosaurus). In: Carpenter, Ken & Currie, Philip J. (Eds.). Dinosaur Systematics: Perspectives and Approaches. Cambridge: Cambridge University Press. Pp. 203–210.
  17. Young, C.C. (1958). The dinosaur remains of Laiyang, Shantung. Palaeontologia Sinica Series C 16: 53–159.
  18. Sereno, Paul C. & Zhao Xijin. (1988). Psittacosaurus xinjiangensis (Ornithischia: Ceratopsia), a new psittacosaur from the Lower Cretaceous of northwestern China. Journal of Vertebrate Paleontology 8: 353–365.
  19. a et b Xu Xing. (1997). A new psittacosaur (Psittacosaurus mazongshanensis sp. nov.) from Mazongshan area, Gansu Province, China. In: Dong Z. (Ed.). Sino-Japanese Silk Road Dinosaur Expedition. Beijing: China Ocean Press. Pp. 48–67.
  20. Leshchinskiy, Sergei V., Fayngertz, Alexei V., Voronkevich, Alexei V., Maschenko, E.N. & Averianov, Alexander O. (2000). Preliminary results of the investigation of the Shestakovo localities of Early Cretaceous vertebrates. In: Komarov, A.V. (Ed.). Materials of the Regional Conference of the Geologists of Siberia, Far East and North East of Russia. Tomsk: GalaPress. Pp. 363–366. [In Russian]
  21. a, b et c Sereno, Paul C., Zhao Xijin, Tan Lin. (2010). A new psittacosaur from Inner Mongolia and the parrot-like structure and function of the psittacosaur skull. Proceedings of the Royal Society B 277(1679):199–209.
  22. Buffetaut, Eric & Suteethorn, Varavudh. (1992). A new species of the ornithischian dinosaur Psittacosaurus from the Early Cretaceous of Thailand. Palaeontology 35: 801–812.
  23. Buffetaut, Eric & Suteethorn, Varavudh. (2002). Remarks on Psittacosaurus sattayaraki Buffetaut & Suteethorn, 1992, a ceratopsian dinosaur from the Lower Cretaceous of Thailand. Oryctos 4: 71–73.
  24. You Hailu, Xu Xing & Wang Xiaolin. (2003). A new genus of Psittacosauridae (Dinosauria: Ornithopoda) and the origin and early evolution of marginocephalian dinosaurs. Acta Geologica Sinica (English edition) 77(1): 15–20.
  25. Xu Xing, Forster, Catherine A., Clark, James M. & Mo Jinyou. (2006). A basal ceratopsian with transitional features from the Late Jurassic of northwestern China. Proceedings of the Royal Society of London: Biological Sciences. 273: 2135–2140. doi:10.1098/rspb.2006.3566
  26. Hai-Lu You, Kyo Tanoue & Peter Dodson. (2008). New data on cranial anatomy of the ceratopsian dinosaur Psittacosaurus major. Acta Palaeontologica Polonica 53(2):183–196.
  27. "MSU, Mongolian paleontologists find 67 dinosaurs in one week" by Evelyn Boswell. Montana State University News Service. 13 September 2006. Accessed 5 May 2007.
  28. a, b et c Lü Junchang, Kobayashi, Yoshitsugu, Lee Yuong-Nam & Ji Qiang. (2007). A new Psittacosaurus (Dinosauria: Ceratopsia) specimen from the Yixian Formation of western Liaoning, China: the first pathological psittacosaurid. Cretaceous Research. DOI:10.1016/j.cretres.2006.08.005 [published online]
  29. Lucas, Spencer G. (2006). The Psittacosaurus biochron, Early Cretaceous of Asia. Cretaceous Research 27: 189-198.
  30. Wang S, Hu H, Li P & Wang Y. 2001. Further discussion on the geologic age of Sihetun vertebrate assemblage in western Liaoning, China: evidence from Ar-Ar dating. Acta Petrologica Sinica 17: 663–668.
  31. Yang Wei, Li Shuguang & Jiang Baoyu. (2007). New evidence for Cretaceous age of the feathered dinosaurs of Liaoning: zircon U-Pb SHRIMP dating of the Yixian Formation in Sihetun, northeast China. Cretaceous Research. doi|10.1016/j.cretres.2006.05.011
  32. (en) Schmitz, L.; Motani, R., « Nocturnality in Dinosaurs Inferred from Scleral Ring and Orbit Morphology », Science, vol. in press,‎ 2011 (DOI 10.1126/science.1200043)
  33. a et b Coombs, Walter P. (1982). Juvenile specimens of the ornithischian dinosaur Psittacosaurus. Palaeontology 25: 89–107.
  34. a, b et c Meng Qingjin, Liu Jinyuan, Varrichio, David J., Huang, Timothy & Gao Chunling. (2004). Parental care in an ornithischian dinosaur. Nature 431: 145–146.
  35. a, b et c Mayr, Gerald, Peters, D. Stephan, Plodowski, Gerhard & Vogel, Olaf. (2002). Bristle-like integumentary structures at the tail of the horned dinosaur Psittacosaurus. Naturwissenschaften 89: 361–365.
  36. Zhao, Q., Barrett, P.M., Eberth, D.A. (2007). "Social behaviour and mass mortality in the basal ceratopsian dinosaur Psittacosaurus (Early Cretaceous, People's Republic of China)". Palaeontology 50(5): 1023-1029. doi:10.1111/j.1475-4983.2007.00709.x
  37. (en) Tracy L. Ford, New Perspectives on Horned Dinosaurs: The Royal Tyrrell Museum Ceratopsian Symposium, Bloomington and Indianapolis, Indiana University Press,‎ 2010 (ISBN 978-0-253-35358-0, LCCN 2009019913), « A semi-aquatic life habit for Psittacosaurus », p. 328–339
  38. Hu Yaoming, Meng Jin, Wang Yuanqing & Li Chuankui. (2005). Large Mesozoic mammals fed on dinosaurs. Nature 433: 149–152.

Avec 2,5 mètres au maximum, c'était l'un des plus petits cératopsiens. Son crâne, aux formes plutôt carrées, portait un bec fort semblable à celui des perroquets modernes, bec qui servait sans doute à arracher les nouvelles plantes dures qui sont apparues à la même époque que lui. Ses yeux et narines étaient hauts sur la tête, et les côtés du crâne présentaient des bosses semblables à des cornes.

Ses courtes pattes avant, ses longues et puissantes pattes arrières et la queue agissant comme balancier montrent que le psittacosaure était principalement bipède, même si les griffes de ses pattes avant peuvent s'être révélées pratiques pour la marche à quatre pattes. Elles peuvent aussi avoir servi à saisir feuilles et végétation.

Le psittacosaure est un fossile assez commun : certaines espèces ont été établies à partir de douzaines de spécimens. Certains présentent même des empreintes de tissus corporels (rarement préservés), qui ont montré que l'animal était couvert de fines écailles, avec des plus grosses sur les épaules. Quelques espèces présentaient même des épines semblables à celles des porc-épics sur leur queue. L'espèce type est P. mongoliensis; on connaît également P. meileyingensis, P. sinensis, P. xinjiangensis, P. neimongoliensis, P. ordosensis et P. sibiricus.

Huit espèces de Psittacosaurus à l'échelle.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références taxonomiques[modifier | modifier le code]

Images[modifier | modifier le code]

Tête de Psittacosaurus mongoliensis