Repenomamus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Repenomamus est un genre éteint de mammifères de l'ordre des Triconodonta, dont les fossiles ont été retrouvés en Chine, dans la formation de Yixian, et plus particulièrement dans le gisement de Jehol. Ces terrains datant du Crétacé inférieur et se sont déposés voici 130 million d'années. Deux espèces sont connues: Repenomamus giganticus et Repenomamus robustus. Ce genre est le seul connu de la famille des Repenomamidae.

Description[modifier | modifier le code]

Repenomamus giganticus est un des plus grands mammifères du Mésozoïque. La longueur du corps avoisinait un mètre et son crâne mesurait 16 centimètres. Il devait peser 12 à 14 kilogrammes. Seuls certains Multituberculés atteignaient de telles dimensions. C'était un animal carnivore (au contraire des multituberculés qui étaient omnivores) doté d'une longue queue. Ses incisives puissantes et ses canines et prémolaires aiguisées correspondent à un animal capable d'attaquer ses proies vivantes, d'une taille à peine inférieure à la sienne. Cependant, ses pattes courtes et son corps massif ne faisaient probablement pas de lui un bon coureur. L'anatomie des membres et des ceintures de Repenomamus est celle d'un animal terrestre, mais sa démarche reste difficile à imaginer dans la mesure où sa ceinture pectorale et ses membres antérieurs sont dotés de nombreux caractères dérivés (innovations) alors que la ceinture pelvienne est primitive. Ce mammifère se déplaçait probablement à la façon des varans actuels, en ondulant.

Nourriture et environnement[modifier | modifier le code]

L'un des fossiles de Repenomamus a révélé le contenu stomacal de l'animal avec des ossements de petits mammifères et aussi de dinosaures, en particulier ceux d'un jeune Psittacosaurus. Les os entiers, non broyés, voire en quasi-connexion, indiquent que Repenomamus a gobé sa proie vivante[1]. Repenomamus vivait avec de nombreux dinosaures, comme Psittacosaurus, ou le théropode à plumes Sinosauropteryx, et aussi avec d'autres mammifères, comme Eomaia, le plus ancien placentaire connu.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Jean-Louis Hartenberger, Une brève histoire des mammifères, Belin-Pour la Science, 2001.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Quand les mammifères chassaient les dinosaures, sur DinoNews (6 avril 2005)