Potentiel d'un champ vectoriel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir potentiel.

Concept fondamental en analyse vectorielle et pour ses implications en physique, le potentiel d'un champ vectoriel est une fonction scalaire ou vectorielle qui, sous certaines conditions relatives au domaine de définition et à la régularité, permet des représentations alternatives de champs aux propriétés particulières. Ainsi :

  • Un champ vectoriel irrotationnel (de rotationnel nul) peut être identifié au gradient d’un potentiel scalaire.
  • Un champ vectoriel solénoïdal (de divergence nulle) peut être identifié au rotationnel d’un potentiel vecteur.

Dans les deux cas, le champ d’origine dérive d’un potentiel (allusion entre une fonction et sa primitive). Ces résultats s’inscrivent comme des cas particuliers du théorème fondamental du calcul vectoriel.

Ces potentiels permettent non seulement d’appréhender certains champs vectoriels sous un angle complémentaire (pour un traitement parfois plus aisé), mais ils légitiment des abstractions essentielles comme, par exemple en physique, l’énergie potentielle associée à un champ de forces conservatives.

Potentiel scalaire[modifier | modifier le code]

Sur un domaine connexe par arcs et simplement connexe (sans « trous »), un champ \vec f continu et irrotationnel dérive d’un potentiel scalaire  U (l’adjectif est souvent omis) conformément à la relation

\vec f = -\, \vec{\mathrm{grad}}\ U.

Le même résultat se vérifie dans l’espace entier à condition que, vers l’infini, le champ décroisse « assez » rapidement.

L'existence du potentiel est une conséquence du théorème de Green (ou d’une forme du théorème du rotationnel qui en découle) : il est possible de formuler une relation caractérisant explicitement  U en fonction de \vec f .

Ce potentiel est défini à une constante additive près qui peut être choisie arbitrairement. Par ailleurs, selon le contexte, par convention ou commodité, le signe « - » de la relation est parfois omis.


En physique, les potentiels scalaires interviennent dans différents domaines :

Les deux premiers cas correspondent à la situation importante des forces conservatives. La constante arbitraire est souvent définie en fonction des conditions aux limites du problème, et le signe « - » est retenu de sorte qu'une position d'équilibre stable corresponde à un minimum de l'énergie potentielle associée.

Dans ce contexte, il y a parfois confusion entre potentiel et énergie potentielle, c’est à dire entre une cause et son effet. En prenant par exemple le cas du potentiel électrique, cette confusion vient du fait qu’une relation semblable relie le champ électrique \vec E et le potentiel électrique  V d'une part, la force électrique \vec F et l'énergie potentielle  E_p d'autre part :


\begin{matrix}
\vec E = -\,\vec{\mathrm{grad}}\ V \\
\vec F = -\,\vec{\mathrm{grad}}\ E_p \\
\end{matrix}

Entre la seconde relation et la première, il existe un multiple correspondant à la charge électrique placée dans le champ, sans laquelle la seconde relation n’a pas de sens : \vec F = q \vec E.

La situation est analogue pour le potentiel gravitationnel.

On peut donc dire que la force dérive de l'énergie potentielle et que le champ dérive du potentiel.

Potentiel vecteur[modifier | modifier le code]

Sur un domaine ouvert et étoilé, un champ \vec B régulier et de divergence nulle dérive d’un potentiel vectoriel \vec A conformément à la relation

\vec B = -\, \vec{\mathrm{rot}}\ \vec A.

Le même résultat se vérifie dans l’espace entier à condition que, vers l’infini, le champ décroisse « assez » rapidement.

Après l’avoir formulée adéquatement en termes de formes différentielles, cette propriété est une application directe du lemme de Poincaré.

Comme le potentiel scalaire, le potentiel vecteur n'est pas unique : le rotationnel d'un gradient étant toujours nul, le potentiel vecteur est déterminé à un gradient près. En d'autres termes, deux potentiels vecteurs reliés par une relation du type

\vec A' = \vec A  + \vec{\mathrm{grad}}\,f

représentent le même champ vectoriel.

En physique, les potentiels vecteur interviennent dans différents domaines :

Voir aussi[modifier | modifier le code]