Pierre-Édouard Frère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Frère (homonymie).

Pierre-Édouard Frère

Naissance
Paris
Décès (à 67 ans)
Écouen
Nationalité Drapeau de la France France
Activités Peintre, lithographe
Formation École nationale supérieure des beaux-arts de Paris
Maîtres Paul Delaroche
Élèves Léonide Bourges

Pierre-Édouard Frère, né le à Paris et mort le à Écouen, est un peintre et lithographe français.

Il est le frère cadet du peintre orientaliste Charles-Théodore Frère.

Biographie[modifier | modifier le code]

La petite Cuisinière (vers 1858), New York, Brooklyn Museum.

Fils d’un éditeur de musique, il entre en 1836 dans l’atelier de Paul Delaroche[1] à l’École des beaux-arts de Paris, où il remporte de nombreuses distinctions.

Il débute au salon de 1843, et ne tarde pas à se faire une grande réputation dans la peinture de genre. Artiste prolifique, la plupart de ses compositions ont d’ailleurs été popularisées par la lithographie et la gravure. Il se fera connaître du grand public par ses gravures, d’enfants et d’intérieurs de gens modestes. En 1847, il s’installe à Écouen. Il fait construire la villa Gabrielle[2] sur une parcelle boisée de plus d'un hectare. Aujourd'hui, cette demeure est devenue le collège Sainte-Thérèse.

Pierre-Édouard Frère est nommé chevalier de la Légion d'honneur en 1855.

En 1860, il effectue un voyage en Égypte dont il rapportera des compositions orientalistes.

Collections publiques[modifier | modifier le code]

La Préparation du dîner (1858), Baltimore, Walters Art Museum.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Illustrations
  • Paul Féval, Le Fils du diable, 2 volumes in-8°, portraits et gravures par de nombreux artistes, 1847
  • Veillées littéraires illustrées, 1848
  • Veillées littéraires illustrées, 1851

Salons[modifier | modifier le code]

  • 1843 : Mendiants de Dunkerque, Le petit Paresseux
  • 1844 : Le Petit Gourmand
  • 1872 : Garçons et filles vont à l’école
  • 1873 : La Glissade
  • 1877 : Intérieur à Écouen

Expositions[modifier | modifier le code]

  • Galerie Française à Londres, 1854
  • Académie royale du Canada
  • Grande Exposition de Londres, 1862

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Collectif, Revue d’Art 1873, article
  • Collectif, Hapers Magazine, novembre 1871 article
  • Gabriel P. Weisberg, La Tradition réaliste française, peinture et dessin 1830-1900
  • Ch. Stranahan, Une histoire de peinture française, New-York, Scribner’s & Sons, 1888, p. 393.
  • Janine Bailly-Herzberg, Dictionnaire de l’Estampe en France 1830-1950, Paris, Flammarion, 1985, p. 123.

Iconographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Delaroche aura, entre autres, pour élèves Jean-François Millet, Charles-François Daubigny et Jean-Léon Gérôme.
  2. Second prénom de son épouse, Suzanne Gabrielle Bosquet.

Liens externes[modifier | modifier le code]