Perdrix gambra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Perdrix gambra (Alectoris barbara) est une espèce d'oiseau appartenant à la famille des Phasianidae.

Morphologie[modifier | modifier le code]

Comportement[modifier | modifier le code]

Reproduction[modifier | modifier le code]

Œufs d'Alectoris barbara Muséum de Toulouse

Répartition et habitat[modifier | modifier le code]

Répartition[modifier | modifier le code]

La perdrix gambra est largement distribuée en Afrique du Nord : extrême nord de la Mauritanie ; Maroc ; Algérie ; Tunisie ; Libye, nord-ouest de l’Egypte. Quelques populations sont isolées aux îles Canaries, dans le Hoggar, le nord du Tchad, en Sardaigne et à Gibraltar.

La perdrix gambra vit dans le nord de l'Afrique (Maroc, Mauritanie, Sahara occidental, Algérie, Tunisie, Libye, Tchad, Égypte), mais aussi dans certains pays de l'extrême sud de l'Europe (Espagne et Gibraltar, Italie).

Systématique[modifier | modifier le code]

Cette espèce a été décrite par le naturaliste français Pierre Joseph Bonnaterre en 1792 sous le nom Perdrix rouge de Barbarie (Perdrix barbara), dans son ouvrage Tableau encyclopédique et méthodique des trois règnes de la nature, Ornithologie[1].

Nom vernaculaire[modifier | modifier le code]

  • Perdrix gambra
  • Perdrix rouge de Barbarie

Synonymie[modifier | modifier le code]

Perdrix barbara (Bonnaterre, 1792) (Protonyme).

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs sous-espèces :

  • Alectoris barbara barbara (Bonnaterre, 1792) Zones septentrionale du Maroc à l'Algérie
  • Alectoris barbara barbata (Reichenow, 1896) De la Libye au Nord de l'Égypte
  • Alectoris barbara koenigi (Reichenow, 1899) Dans le Nord-Ouest du Maroc
  • Alectoris barbara spatzi (Reichenow, 1895) Du Sud du Maroc au Sud de la Tunisie à travers le centre de l’Algérie

La Perdrix gambra et l'homme[modifier | modifier le code]

Statut de conservation[modifier | modifier le code]

La présence ancienne de cette espèce en France métropolitaine est attestée par la découverte de restes présents sur des sites archéologiques datant du paléolithique moyen et supérieur et du néolithique moyen. Elle est actuellement déclarée disparue sur ce territoire[2].

Cette espèce est protégée dans tous les États membres de l'Union européenne. Il est interdit de détruire ou capturer nids, œufs et individus dans le milieu naturel et leur achat, vente ou même transport est illégal[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Joseph Bonnaterre, Tableau encyclopédique et méthodique des trois règnes de la nature …, vol. Ornithologie, Panckoucke libraire,‎ 1790, 460 p. (lire en ligne), p. 208
  2. Inventaire national du Patrimoine naturel, « Alectoris barbara (Bonnaterre, 1790) », sur http://inpn.mnhn.fr, Muséum national d'Histoire naturelle (consulté le 4 décembre 2011)
  3. ministre de l'écologie, de l'énergie, du développement durable et de la mer et ministre de l'alimentation, de l'agriculture et de la pêche, « Arrêté du 29 octobre 2009 relatif à la protection et à la commercialisation de certaines espèces d'oiseaux sur le territoire national », sur http://www.legifrance.gouv.fr, Légifrance,‎ 25 novembre 2009 (consulté le 4 décembre 2011)

Références taxonomiques[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :