Noétique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Néotique.

La noétique (terme dérivé de noèse) est une branche de la philosophie métaphysique concernant l'intellect et la pensée. Parmi ses centres d'intérêt on peut mentionner l'étude de la nature et du fonctionnement de l'intellect humain et les liens entre cet intellect et l'intellect divin. C'est pourquoi la noétique a eu souvent des liens très étroits avec la métaphysique. Dans la tradition occidentale et dans la philosophie arabe la noétique a été très influencée par les théories de philosophes tels que Anaxagore, Aristote ou Platon.

Histoire de la noétique[modifier | modifier le code]

Le Noûs d’Anaxagore[modifier | modifier le code]

Anaxagore soutenait que le noûs (esprit, intellect) était la cause de l'univers.

L’intellect selon Aristote[modifier | modifier le code]

Dans la tradition occidentale et dans la philosophie arabe, une bonne partie de la noétique s'est développée grâce à l'étude de certaines œuvres d'Aristote comme :

  • La Métaphysique
    • Cet ouvrage présente le Moteur Premier qui est acte : il se pense lui-même. Dieu, comme acte pur, est le Moteur premier, éternel et immobile. Il meut immédiatement, à titre de cause efficiente, par contact mais sans réciprocité et sans être lui-même touché, la Sphère des Étoiles fixes, et lui imprime un mouvement uniforme, continu et éternel, mouvement le plus voisin de l’immobilité de l’Acte pur, et qui ressemble le plus parfaitement au mouvement propre de la pensée. Dieu est pensée de la pensée, pensée de soi. Aristote détermine l’activité du Premier Moteur, identifié à Dieu et au Bien de Platon, comme "pensée de la pensée" (νόησις νοήσεως). La Pensée divine se pense elle-même et elle est la Pensée de la Pensée : "L'Intelligence suprême se pense donc elle-même, puisqu'elle est ce qu'il y a de plus excellent, et sa Pensée est pensée de pensée" (Métaphysique, Lambda, 9, trad. J. Tricot, t. II, p. 701).
  • De l'Âme
    • Cet ouvrage présente le processus de l'intellection des intelligibles (le pensable, l'objet de la pensée), à partir de la définition de l'âme et de ses facultés. L'âme a quatre facultés : nutritive (végétative), sensitive (perceptive), appétitive (motrice), intellective (cogitative). "L'âme (...) se définit par les fonctions nutritive, sensitive, cogitative et par le mouvement" (De l'âme, II, 2, 413 b 15). L'âme intellective (= la faculté dianoétique, l'esprit cogitatif, la partie pensante) comprend un "intellect patient" (passif) et un "intellect agent" (actif) : "Il y a d'un côté l'intelligence caractérisée par le fait qu'elle devient toutes choses, et, de l'autre, celle qui se caractérise par le fait qu'elle produit toutes choses, comme une sorte d'état comparable à la lumière" (De l'âme, III, 5, 430 a 14-15, trad. R. Bodéüs, Garnier-Flammarion, 1993, p. 228). L'intellect agent est le principe actif de notre intellect, qui fait en sorte que notre intellect possible saisisse ou devienne les intelligibles (le pensable).

Développements des aristotéliciens[modifier | modifier le code]

Développements des néoplatoniciens[modifier | modifier le code]

Le néoplatonisme apporte à la noétique des solutions issues des réflexions sur l'Un et le Multiple principalement.

  • Plotin: Les Ennéades
    • Plotin développe une théorie du processus d'émanation à partir de l'Un et de l'Intellect (Noûs).

Développements des philosophes perses et arabes[modifier | modifier le code]

Les philosophes arabes ont développé des notions et des théories noétiques originales pendant plusieurs siècles. Ils ont été généralement influencés par le néoplatonisme.

  • Avicenne: De Anima
    • Avicenne présente, entre autres, l'intellect saint.
  • Averroès: Grand commentaire au De Anima d'Aristote
    • Averroès soutient notamment la thèse de l'unité de l'intellect possible.

Développements des philosophes médiévaux latins[modifier | modifier le code]

Les philosophes médiévaux latins reprennent les textes aristotéliciens et les développements originaux des philosophes arabes afin d'apporter une nouvelle contribution à la noétique.

  • Albert le Grand: De intellectu et intelligibili, De Anima
    • Albert fut un grand lecteur de philosophes comme Averroès. Pour être comprise, son œuvre noétique complexe nécessite, entre autres, l'étude des développements néoplatoniciens et de la philosophie arabe.
  • Thomas d'Aquin: De unitate intellectu contra averroistas
    • Thomas d'Aquin, qui fut un élève d'Albert le Grand, s'oppose à la thèse selon laquelle l'intellect possible serait unique pour tous les hommes.

Chez Husserl[modifier | modifier le code]

Chez Husserl, la noèse est l'acte même de la pensée : le noème est l'objet intentionnel de cette pensée (Idées directrices pour une phénoménologie, III, 3, § 87 ss.).

Concepts principaux de la noétique[modifier | modifier le code]

  • Intellect agent
    • Dans De l'Âme, Aristote présente plus précisément « l'intellect qui produit toutes choses » (ho noûs toi panta poiein).
  • Intellect possible
  • Intelligible
  • Moteur Premier
  • Possibilite de creer les choses de pensee

Questions principales traitées par la noétique[modifier | modifier le code]

  • La nature de l'intellect agent et de l'intellect possible
  • Les liens entre l'intellect et l'intellect divin
  • L'unité ou la pluralité de l'intellect humain
  • Le problème de l'intellect acquis (intellectus adeptus)

Le concept d'autorisation noétique en sciences de l'éducation[modifier | modifier le code]

L'autorisation noétique peut être définie comme un cheminement vers soi même. Ce concept, proche de celui d'individuation développé par Carl Gustav Jung dans le cadre de la psychologie analytique, a été posé par René Barbier et repris par Joëlle Macrez-Maurel dans le cadre des sciences de l'éducation.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Aristote, De l’âme, traduction inédite, présentation, notes et bibliographie par Richard Bodéüs, Paris, Flammarion, GF 711, 1993.
  • Averroès, L’Intelligence et la pensée. Grand commentaire du De Anima, livre III (429 a 10 – 435 b 25), traduction, introduction et notes par Alain de Libera, Paris, Flammarion, GF 974, 1998.
  • H.A. Davidson, Alfarabi, Avicenna, and Averroes, on Intellect. Their Cosmologies, Theories of the Active Intellect, and Theories of Human Intellect, New York-Oxford, Oxford University Press, 1992.
  • Alain de Libera, Métaphysique et noétique : Albert le Grand, Paris, Vrin, 2005
  • Viktor Frankl, Le Dieu Inconscient, InterEditions, 2012
  • Octave Hamelin, La Théorie de l’intellect d’après Aristote et ses commentateurs (Bibliothèque d’histoire de la philosophie), Paris, Vrin, 1953
  • Marc Halévy, L'Âge de la Connaissance : Principes et Réflexions sur la révolution noétique au XXIe siècle, M21 Éditions, 2005
  • Thomas d'Aquin, L’Unité de l’intellect contre les averroïstes suivi des Textes contre Averroès antérieurs à 1270, texte latin, traduction, introduction, bibliographie, chronologie, notes et index par Alain de Libera, Paris, Flammarion, GF 713, 1994.
  • Joëlle Macrez-Maurel, S'autoriser à cheminer vers soi : Aurobindo, Jung, Krishnamurti, Vega Eds, 02/2004, (ISBN 2-85829-370-8)
  • Dan Brown, Le Symbole Perdu, JC Lattès, 11/2009, (ISBN 978-2-7096-2699-6)

Articles connexes[modifier | modifier le code]