Nguyễn Văn Hinh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nguyễn Văn Hinh

Nguyễn Văn Hinh, né en 1913 et mort en 2005, était un militaire et homme politique vietnamien. Il a été de 1952 à 1954 le chef d'état major de l'Armée nationale vietnamienne, armée de l'État du Viêt Nam, et a tenu à ce titre un rôle important au cours de la guerre d'Indochine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Citoyen français de naissance, en raison du statut de colonie de la Cochinchine, Nguyễn Văn Hinh naît dans le delta du Mékong. Son père, Nguyen Van Tam, était un haut dignitaire, portant le titre de « Doc Phu Su », et fut Premier ministre de Bảo Đại de 1952 à 1953 après avoir occupé plusieurs fonctions ministérielles à partir de 1946. Nguyen Van Tam fut surnommé le « tigre de Cai Lay » pour avoir combattu férocement les partisans du Viet Minh dans la région de Cà Mau dans le delta du Mékong.

Nguyen Van Hinh reçoit en 1947 le commandement d'un groupe aérien. En 1949, il est envoyé en Indochine avec son groupe de Junkers Ju 52 pour bombarder les troupes de l’Armée populaire vietnamienne dans les hautes régions du Tonkin. Il devint bientôt une figure emblématique de l’aviation française en Extrême-Orient et un membre influent du cabinet militaire de Bảo Đại. Général de brigade à 36 ans, Nguyen Van Hinh est bientôt pressenti pour prendre le commandement de la toute nouvelle Armée nationale vietnamienne, sous l'autorité du Général Jean de Lattre de Tassigny.

Ce travail implique la gestion d'une armée de 20 000 hommes, dont la moitié sont des soldats de métier et l'autre des appelés, encadrés seulement par 560 sous-lieutenants et lieutenants, 76 capitaines et commandants et 4 colonels.

La nouvelle académie militaire inter-armes de Đà Lạt emploie alors environ 4 000 instructeurs militaires français, sur le modèle de l'école française militaire de Saint-Cyr, et accueille plus de 100 candidats élèves-officiers par mois. Elle est toujours à court d’entrainement, d’équipement et d’expérience au combat, l'armement étant du vieux matériel français. Le Général Nguyễn Văn Hinh doit en outre faire face à une pénurie financière chronique qui lui cause de gros problèmes pour payer ses soldats et renouveler le matériel. Enfin son père, Nguyen Van Tam, devenu ministre de l’intérieur dans le gouvernement dirigé par Tran Van Huu, lui vient en aide, proposant que 40 % du budget soit consacré à la défense.

Nguyễn Văn Hinh choisit l'exil en France après le coup d'État de Ngô Dinh Diêm.

Distinctions françaises[modifier | modifier le code]

« [...] Décret du 15 juin 2000 portant élévation à la dignité de grande croix et de grand officier NOR : DEFM0001651D. Ministère de la défense.

[...] Par décret du Président de la République en date du 15 juin 2000, pris sur le rapport du Premier ministre et du ministre de la défense, et visé pour son exécution par le chancelier de l'ordre national du Mérite, vu la déclaration du conseil de l'ordre en date du 19 avril 2000 portant que les présentes élévations sont faites en conformité des lois, décrets et règlements en vigueur, le conseil des ministres entendu, sont élevés dans l'ordre national du Mérite, pour prendre rang de la date de la remise réglementaire des insignes, les militaires n'appartenant pas à l'armée active désignés ci-après : À la dignité de grand-croix. ARMÉE DE L'AIR N'guyen Van Hinh, 20 septembre 1985, général de division aérienne. Grand officier du 30 janvier 1971. »